Top Jeux [Test], le 19/03/2017 15:09:19

Test de NieR Automata sur PS4

0

square enix, platinum games, yoko taro, ps4, pc, action-rpg, j-rpg

Test de NieR Automata sur PS4


Il a fallu quelques années à NieR premier du nom pour obtenir son statut de jeu culte auprès des amateurs de j-rpg, et son créateur Yoko Taro l'a bien compris. En gestation depuis presque trois ans, NieR Automata nous parvient cette fois en collaboration avec la fine équipe de Platinum Games afin d'apporter un peu de piment au gameplay. Quelles surprises nous réservent ces deux géants du jeu vidéo japonais ? Réponse dans ce test.

 

X Fermer la vidéo vidéo



Genre :
Action-RPG

Développeur : Platinum Games

Éditeur : Square Enix

Support : PS4 / PC

Prix : 59,99€



2B or not 2B


Avant toute chose, précisons qu'il n'est pas essentiel de connaître sur le bout des doigts l’œuvre de Yoko Taro pour apprécier le scénario que propose le titre. Situé plusieurs milliers d'années après les événements du premier NieR, Automata nous conte l'histoire de 2B et 9S, deux androïdes aux personnalités opposées qui devront combattre côte à côte au service de l'humanité pour reconquérir une planète Terre dévastée, infestée de machines ennemies. Bien que les fans de la trilogie Drakengard et du premier NieR sauront trouver les clins d’œil disséminés, agrandissant ainsi le background déjà fort complexe des jeux de leur créateur, Automata se concentre donc en majeure partie sur son histoire isolée.

Et qu'il est difficile d'évoquer ce scénario sans en dévoiler trop. Sachez seulement que le jeu aborde des thématiques assez fortes et matures qui prendront soudainement le joueur par les sentiments, afin de l'impliquer grandement dans les enjeux de l'histoire ; le genre de tour de force que l'on aimerait voir plus souvent. Aussi, la crainte d'un Bayonetta-bis à la sauce Platinum disparaîtra vite en fumée, vu qu'Automata se concentre essentiellement sur ses protagonistes, son histoire et son propos fort.

Vous reviendrez régulièrement dans la base lunaire de YoRHa

You had my curiosity, but now you have my attention


Il faut bien féliciter le travail de collaboration formidable effectué entre Platinum Games et Yoko Taro, deux géniaux concepteurs qui ont réussi à trouver le juste équilibre entre combats et narration forte. NieR Automata est à prendre avant tout comme un j-rpg, et non comme un beat them up pur jus de Platinum, ce qui ne sera pas pour déplaire aux fans de la série.
Aucune combo chart ne sera mise à disposition du joueur, et les combinaisons ou possibilités en combat ne seront pas aussi variées et explosives que dans un Bayonetta, ce qui pourra poser un certain problème de redondance à long terme. On se penchera alors plutôt vers la gestion des puces de compétences, sortes de bonus à insérer dans le système de notre androïde, qu'il faudra gérer et optimiser selon notre style de jeu (un des marchands pourra d'ailleurs aider les plus flemmards d'entre vous à optimiser automatiquement vos puces), ainsi que l'achat et l'amélioration des armes, divisées en quatre catégories : petites épées, armes lourdes, lances et gantelets de combat.

Cet équilibre, on le retrouve aussi dans la nature même du jeu, un hybride presque jamais vu entre open-world, beat them all et action-rpg. Ajoutons à cela de nombreuses phases de shoot them up qui viendront ponctuer l'histoire de séquences épiques et nerveuses, ces dernières n'étant pas sans rappeler les deux poncifs du genre que sont Ikaruga et Radiant Silvergun, l'un pour son système de projectiles ennemis, l'autre pour sa mise en scène grandiose et ses combats au corps-à-corps.
NieR Automata alterne donc régulièrement entre l'exploration de son monde post-apocalyptique, la récolte de matériaux, des combats réguliers, et des phases plus narratives situées dans des zones uniques, un ensemble qui crée un rythme survolté au titre.

Pour autant, une fois une des cinq fins différentes du jeu atteinte, on reste dubitatif et mitigé : L'histoire était sympa, mais un peu courte. Les combats étaient jouissifs, mais vite répétitifs. Le monde ouvert était agréable, mais trop vide. Une impression générale en demi-teinte qui sera fort heureusement rehaussée si l'on décide de se pencher sur les autres fins du jeu, passage absolument essentiel pour apprécier NieR Automata à sa juste valeur.

 

Les combats se prennent très rapidement en main

Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?


Car c'est une fois les premiers crédits de fin passés que l'on commence à comprendre où Yoko Taro veut nous amener. La tête pensante derrière Drakengard et NieR a l'habitude des narrations complexes, et Automata n'échappe pas à la tradition : sans trop en dévoiler, chaque nouvelle run positionnera le joueur sous une autre perspective afin de lui faire comprendre d'autres aspects de l'histoire, lui donner de plus en plus d'éléments clés, bouleverser ses convictions et l'impliquer de plus en plus dans le scénario.

Une manière très subtile et originale de construire une histoire complexe, qui viendra s'enrichir au fil des nouvelles péripéties du joueur, soulevant toujours plus de thématiques relativement matures : conscience, culpabilité, responsabilité, trahison, sentiments... Le tout couvert d'une ambiance S-F épurée qui fonctionne admirablement bien. La nature robotique des protagonistes permet d'ailleurs aux développeurs de construire un propos méta bien pensé, en justifiant toutes les mécaniques connues du jeu vidéo interactif par l'ensemble numérique de l'univers du jeu : le genre de détails qui fait mouche.

Aussi, nous ne développerons pas plus que ça afin d'éviter le moindre spoiler, mais sachez que NieR Automata constitue une surprise narrative de tous les instants, un jeu dont la prise de risque est constante, mais qui saura vous retenir une bonne quarantaine d'heures dans son histoire dont il faudra recoller soi-même les bouts. Profitons-en au passage pour évoquer les musiques de Keiichi Okabe, en grande partie responsables du succès d'estime du premier NieR. Mêlant toujours l'orchestral, le synthétique et le chant dans une langue bricolée pour l'occasion. l'OST d'Automata est riche, prend aux tripes, et parvient toujours à s'accorder au ton de la mise en scène pour l'enrichir. On reconnaîtra d'ailleurs quelques remix du premier épisode, et les compositions originales ne sont pas en reste. Bref, nul doute qu'Okabe a lui aussi frappé fort, une fois de plus.


Plusieurs environnements à thèmes pourront être explorés


Au diable les notes : NieR Automata est incontestablement un incontournable du jeu vidéo japonais de ces dernières années, dont on se souviendra encore des années durant. Malgré les rares soucis techniques et les problèmes de répétitivité à long terme pour les combats et les environnements, Yoko Taro a réussi une fois de plus à nous surprendre avec une narration unique et des thématiques extrêmement fortes. Une œuvre peut-être un peu bancale par moments, mais qui procure bien trop d'émotions chez le joueur pour rester indifférent. Les fans comme les nouveaux venus seront pris aux tripes et impliqués dans cette histoire unique, à l'ambiance maîtrisée et aux problématiques matures.

Les plus et les moins

Gameplay jouissif et précis Combats qui manquent de profondeur à long terme
Une narration éclatée au service d'un scénario inoubliable Des zones peut-être trop grandes et vides
Mise en scène forte et construction pleine de bonnes surprises Revisiter les mêmes environnements
Bande-son grandiose de Keiichi Okabe Sous-titres parfois difficilement lisibles dans le feu de l'action
Un mélange de genres qui fonctionne du tonnerre Des textures vieillottes, et 60fps qui flanche de temps en temps sur les premières PS4
Propre, fluide, et animations très soignées    
Un propos méta bien ficelé, allié à des questionnements pertinents et matures    
Le monde cohérent à explorer    

En savoir plus sur l'auteur

Francis

Francis

Rédacteur, voix off tendancieuse mais officielle, gros consommateur d'OST. Mon Twitter

ARTICLES SIMILAIRES

Test

Aucun commentaire (0)

DOSSIERS

Calendrier des sorties Ne rien manquer des jeux et DLC
Top Jeux recrute ! Rejoignez l'équipe Top Jeux

Top Jeux recrute !

Tout sur Civilization VI Aperçu, civilisations, guides
Prey Retrouvez notre dossier sur Prey

Prey

  • Articles les
    plus lus

  • Articles les
    plus commentés

Commandez avec
Fifa 15
PS3 38,08 €
One 45,94 €
PS4 49,99 €

PHOTOS