Millenium / Dernières reviews de jeux /

Test de Pathfinder: Wrath of the Righteous sur PC, PS4, Xbox One

Test de Pathfinder: Wrath of the Righteous sur PC, PS4, Xbox One
1

Après une première excursion dans le monde de Pathfinder en 2018, le studio russe Owlcat avait relancé une campagne kickstarter afin de financer la suite de leur jeu de rôle. Voici le fruit de leurs efforts. Succès critique ou pétard mouillé ?

Test de Pathfinder: Wrath of the Righteous sur PC, PS4, Xbox One
85

Lancé par le biais d'une campagne de financement Kickstarter, Pathfinder: Wrath of the Righteous est la suite du jeu de rôle Kingmaker sorti en 2018. Déjà plébiscité à sa sortie, Pathfinder: Kingmaker proposait une excellente adaptation de l'univers et du système de jeu Pathfinder, mais il souffrait de problèmes de rythme et d'une narration diluée par une exploration incessante de la carte-monde. Le studio a pris en compte les retours de sa communauté de joueurs pour améliorer la formule et nous offre désormais un jeu de rôle de haute volée.

  • Genre : Jeu de rôle
  • Date de sortie : 2 septembre 2021
  • Plateforme : PC, PS4, Xbox One
  • Développeur : Owlcat Games
  • Éditeur : META Publishing
  • Prix : 49,99€
  • Testé sur : PC

Patchfinger: Rat of the right house

Ce nouveau Pathfinder adapte la campagne Wrath of the Righteous du jeu de rôle papier, dans laquelle le monde de Golarion est envahi par une horde de démons qui se sont faufilés dans le monde à travers une faille interdimensionnelle. Il sera alors du ressort du joueur de les affronter afin de rétablir l'ordre et la paix, sans oublier d'être promu commandant d'une croisade et héritier d'un royaume.

Pathfinder: Wrath of the Righteous commence par la création de votre personnage principal. Pour qui n'est pas familier avec le système Pathfinder, on sera étonné du nombre important de classes disponibles (25 au total). On passe par les classiques du genre fantasy (guerrier, voleur, rôdeur, druide), tout en proposant quelques classes moins communes comme le barde, l'alchimiste, l'inquisiteur ou encore le cinéticien.

Millenium

Mais ceci n'est que le début des hostilités, car chaque classe présente des archétypes. Il s'agit ici de choisir une spécialité. Si vous choisissez de jouer un rôdeur (une classe qui se spécialise dans le combat à distance et qui permet d'invoquer des créatures pendant les combats) et que vous le spécialisez Flame Warden, vous débloquerez la possibilité de lancer des sorts de feu. Dans un autre registre, l'archétype Espionnage Expert vous permet de vous rendre invisible (ce qui vous permettra de mieux vous positionner avant d'engager un combat), de détecter les faiblesses des ennemis et d'avoir un bonus de dégâts pour les poisons que vous avez appliqués sur votre arme.

Chaque classe possède six archétypes, ce qui offre un très grand choix de builds pour vos personnages. Comme si cela ne suffisait pas, Wrath of the Righteous permet de créer des classes hybrides en piochant des points de compétences dans les autres classes.

Tous les builds ne seront bien évidemment pas efficaces, mais la latitude accordée au joueur quant à la manière dont il souhaite façonner son personnage est très grande et vous permettra de créer des builds dans tous les sens et les tester durant votre partie.

Millenium

Héritier des jeux de rôle des années 90 (notamment Baldur's Gate), Wrath of the Righteous se joue en escouade de six personnages que vous allez contrôler en vue isométrique. Vous parcourez une carte-monde sur laquelle vous trouverez les différents lieux visitables (villages, donjons annexes comme par exemple une grotte, avant-postes ennemis, ...). Lors de votre exploration, il y aura des chances pour que vous tombiez sur une rencontre aléatoire, qui est généralement un combat vite expédié ou parfois un marchand ambulant.

Les combats dans le jeu se déroulent au choix au tour par tour ou en temps réel avec pause active. Le mode tour par tour fournit tout le luxe de pouvoir aborder les affrontements avec beaucoup de stratégie, où l'ordre des combattants est défini par rapport au niveau d'initiative le plus élevé. Le mode temps réel avec pause est explicite, vous engagez un combat où chaque combattant exécute son action (attaque, utilisation d'un objet, lancement d'un sort) selon un timer, qui passe alors au suivant. Vous pouvez figer l'action en appuyant sur la barre d'espace et sélectionner les compétences à activer pour votre escouade. Ce mode de combat perd en tactique ce qu'il gagne en dynamisme et ce sera alors au joueur de choisir son angle d'attaque.

Millenium

La nature du système de jeu Pathfinder étant complexe, il y a un certain nombre d'éléments à découvrir et à comprendre afin de réussir les combats. Bien mieux équilibré que dans Kingmaker, les niveaux de difficulté (pour un total de 8) offrent une progression bien différente selon la difficulté choisie. Le mode "histoire" réduit les dégâts reçus de 80%, désactive les coups critiques reçus ainsi que le debuff "Aux portes de la mort" (un membre de votre escouade a été tué, ses statistiques sont réduites et il peut être définitivement tué s'il tombe une seconde fois au combat). En piochant dans les niveaux de difficulté plus élevés, les dégâts reçus sont amplifiés, les coups critiques plus fréquents, les chances de lancer un sort sont amoindries et un membre de votre escouade meurt définitivement lorsqu'il tombe durant le combat.

Millenium

Dans les niveaux de difficulté les plus élevés, une compréhension fine du système Pathfinder est requise afin de correctement mener les combats. Dès qu'on a saisi le fonctionnement du système de jeu, les combats se révèlent particulièrement satisfaisants et stratégiques. Pour une première session de jeu, on conseillera de jouer en difficulté normale, voire téméraire, pour qui a déjà l'habitude des jeux du même genre (Pillars of Eternity ou encore Divinity : Original Sin 2 pour ne citer que deux exemples). Avec ces différents paramètres, la progression dans ce nouveau Pathfinder se fait à la carte (vous pouvez d'ailleurs modifier à la volée ces paramètres depuis le menu des options) avec des combats bien mieux équilibrés et variés que dans le précédent opus.

Millenium

La colère des ventripotents

Lorsque vous explorez les niveaux, de nombreux jets s'exécuteront, comme le jet de perception qui met en lumière des trésors cachés ou révèlent des pièges. Dans un second temps, une aptitude comme Doigts de fée sera utile pour démanteler les pièges, par exemple. D'autres compétences seront sollicitées durant les conversations, comme la diplomatie, qui permet de calmer certaines situations en facilitant les combats qui suivent la conversation (par exemple, en faisant changer d'avis certains ennemis qui se rallient à votre cause). Durant les conversations, certains choix de dialogue vous permettent de mettre en avant les alignements et ainsi mieux définir votre personnage en se la jouant roleplay.

Millenium

Les alignements, système hérité de Donjons & Dragons, se présentent suivant deux spectres : celui de la moralité (définition du bien et du mal) et celui de l'étique (respect des lois, des classes sociales). Il existe un total de 9 alignements allant du Loyal Bon (généralement un personnage du type Paladin qui défend la Loi, les structures sociales et protège les innocents) au Chaotique Mauvais (un personnage malfaisant, destructeur, cruel, joué par des classes comme le nécromancien ou un ensorceleur).

Millenium

Les autres axes d'amélioration de Wrath of the Righteous se situent dans la narration ainsi que la progression. On déplorait dans Kingmaker beaucoup de temps passé sur la carte-monde, qu'il s'agisse de retourner à son royaume pour le gérer depuis de grandes distances ou l'écart parfois important entre les zones d'intérêt. Dans cet nouvel opus, la carte est bien mieux structurée à la fois dans sa répartition des zones et quêtes annexes comme dans la progression de l'histoire principale. En effet, dans Wrath of the Righteous, la progression dans de nouvelles zones se fait uniquement lorsque vous avez bouclé certaines quêtes annexes et combattu dans des lieux clés avec votre croisade pour pouvoir faire progresser la quête principale. De plus, la narration, déjà complète dans Kingmaker avec sa narration environnementale, ses passages en mode Livre dont vous êtes le héros et ses nombreux dialogues, est ici agrémentée de quelques cinématiques et d'une légère mise en scène qui vient mettre en valeur les moments forts de l'aventure.

Millenium

Avec Wrath of the Righteous, le studio a instauré un nouveau système de croisade, à travers lequel vous contrôlez des armées d'unités diverses et variées (allant du simple fantassin ou archer jusqu'à de puissants oracles, inquisiteurs ou barbares). Ces armées se contrôlent depuis la carte-monde que vous allez envoyer combattre les unités démoniaques ennemies. Les combats se jouent dans un tour par tour classique avec certaines unités qui possèdent des compétences diverses (soins, sorts de contrôle, debuffs ennemis). Sans être particulièrement retors, les combats de croisade constituent néanmoins un jeu dans le jeu avec un niveau de tactique suffisant pour prolonger le plaisir du jeu de base (notamment lorsqu'une récompense ponctue la victoire du combat).

Millenium

Comme dans Kingmaker, vous allez débloquer après une bonne quinzaine d'heures de jeu un royaume que vous allez devoir gérer. Il y a des crises à gérer avec différents choix : Allez-vous recruter ces mendiants dans votre armée au détriment du moral du groupe ? Allez-vous aider un groupe d'alliés qui a besoin d'aide immédiatement avec des ressources pour la gestion de votre royaume à la clé ?

Vous allez pouvoir agrémenter votre royaume de nombreux bâtiments, qui boosteront le moral de votre croisade, amélioreront vos revenus (à redistribuer durant certaines crises ou pour acheter de nouvelles unités pour votre croisade) ou débloqueront de nouvelles unités. Sans offrir la complexité d'un réel jeu de gestion, ce système de gestion de royaume aère la progression de l'histoire et se couple bien au nouveau système de croisade, décuplant le plaisir de jeu. Tout ceci fait de Wrath of the Righteous un jeu de rôle extrêmement complet que vous allez pouvoir arpenter des dizaines d'heures durant, voire des centaines si vous relancez des parties pour expérimenter avec les très nombreux builds du jeu.

Millenium
85

Bien qu'assez convenu dans le fond et la forme, Pathfinder: Wrath of the Righteous est définitivement le nouveau jeu de rôle à mettre dans toutes les mains des fans du genre. C'est à la richesse de son gameplay que l'on doit cela, avec un nombre de builds important, un système d'alignements pour le roleplay, la gestion de croisade et de royaume, ainsi que son contenu dense. La nouvelle production d'Owlcat est enthousiasmante sur de nombreux points, et même si elle n'est pas complétement dénuée de défauts, elle saura vous occuper pendant longtemps.

Le nombre important de builds possibles
Des combats qui révèlent toute leur richesse tactique dans les niveaux de difficultés plus élevés
Une narration riche et mieux maîtrisée
Des niveaux de difficulté mieux équilibrés
Excellente durée de vie
Le système de croisade agréable et qui ne manque pas de tactique
Deux systèmes de jeu supplémentaires (gestion de croisade, gestion de royaume)
Un jeu à la carte (8 modes de difficulté, combats en temps réel avec pause ou en tour par tour)
De nombreux arcs narratifs bien amenés
Classique dans le fond et la forme
Plutôt long à se mettre en place
Pas de réelles conséquences de nos choix sur le déroulement de l'histoire
Quelques bugs et coquilles de traduction à corriger

Test de King's Bounty 2: Le roi du RPG tactique change de perspective

King's Bounty II est le nouvel opus d'une saga de RPG tactique initiée en 1990 sur PC. Cet opus est le premier à se dérouler à la troisième personne. Ce changement de point de vue est-il une bonne pioche ?

Voir la suite
1
Eve Echoes il y a 2 semaines

Une pépite ! Grand fan des baldurs gate and co, je retrouve dans Pathfinder cette energie et ce plaisir d’un jeu de role complexe et qu’on me maitrise pas en une heure. <br /> Je pense qu’on tient avec ce second obtus une vraie mine d’or pour les amateurs du genre. <br /> Si il y a bien un jeu qui merite le nom de baldurs gate III : c’est bien pathfinder. <br /> Et non cette vaste blague que nous a fait Larian avec DoS III. <br /> Une Masterpiece, comme le premier volet.

L'actu

En Continu

09:09 Worlds LoL 2021 : le miracle ou la porte pour Fnatic
21:40 Le scénario de Gotham Knights se dévoile un peu plus
20:25 Un nouveau trailer pour Suicid Squad Kill the Justice League !
19:38 Speedrun Metroid Dread : Tous les sequence breaks en une vidéo
19:15 xMatty, Rekkles, Woolite... Les subs d'Upset qu'on aurait kiffé voir !
17:57 Du gameplay et des précisions pour Tales of Luminaria
17:33 Metroid Dread, fin du jeu et 100% : Comment débloquer les archives Chozo de la galerie
15:20 Rogue Trymbi Worlds 2021 : "Hans Sama deviendra le meilleur AD du monde."
14:59 Metroid Dread : Le guide pour vous passer de la soluce
14:34 De nouvelles images d'Elden Ring en attendant la sortie

Guides

à découvrir

League of Legends : Tier List des champions en Saison 11
Quels decks jouer pour l'extension Unis à Hurlevent sur Hearthstone ?
Calendrier des sorties de jeux