Overwatch [Actualités], le 10/10/2017 12:12:24

OW - Disband équipe Rogue

0

esport, overwatch league, Blizzard, rogue, team, compétition, tournoi, disband

         
         
    Tournois Esport
Index OW

 

Alors que les Overwatch Contenders couronnaient leurs champions, ce week-end a aussi été marqué par la disparition d'une équipe de la scène, une des plus anciennes, talentueuses et avec l'un des plus impressionnant palmarès : Rogue. Officiellement, c'est l'incapacité de l'équipe à obtenir une franchise pour l'Overwatch League qui est en cause. Face à cet échec, les dirigeants ont décidé de libérer leurs joueurs afin qu'ils puissent être recrutés par l'une des 12 équipes de la future ligue professionnelle de Blizzard.

Rogue faisait partie du paysage de la scène compétitive d'Overwatch depuis un an et demi et avait réussi à atteindre des sommets. Cette disparition aussi soudaine que purement budgétaire, n'a donc pas manqué de surprendre, choquer et indigner nombre de fans. Mais passion et chauvinisme (les 6 joueurs et le coach sont français) mis à part, leur refus en Overwatch League et la dissolution de la formation n'étaient-ils pas simplement logiques ?

Retour sur une success story française au dénouement pas si inattendu.



Une ascension fulgurante


Début mai 2016, l'équipe Rogue décide de miser sur la nouvelle licence de Blizzard en recrutant quelques jours avant la sortie d'Overwatch l'équipe semi-professionnelle MyDong. A l'époque, trois joueurs font déjà partie de l'équipe actuelle : aKm, winz et uNKOE, et sont rapidement rejoints par KnOxXx.

Pendant les premiers mois, l'équipe reste assez discrète bien que flirtant avec quelques podiums. Mais c'est en août que l'équipe franco-suédoise crée son premier gros coup d'éclat en remportant l'ESL Atlantic Showdown à la Gamescom, où ils prendront le dessus sur les grands noms de la scène européenne : Cloud9, EnVyUs ou encore les REUNITED (désormais eUnited).

 

Rogue lors de leur victoire à l'ESL Atlantic Showdoown

 

Rogue persiste sur sa bonne lancée, s'envole en septembre aux États-Unis et signe un bon podium à l'Overwatch Open. Mais c'est bien le mois suivant que la "petite" équipe va surprendre à nouveau non pas l'Europe mais le monde entier en remportant en Chine l'APAC Premier où elle s'offrira même le luxe de tomber les deux équipes coréennes du tournoi : Lunatic-Hai et Afreeca Freecs.

Désormais plus personne ne pouvait ignorer la force des Rogue. Ces derniers finiront l'année aux États-Unis pour participer à l'APEX et feront un détour en Corée pour les IEM Gyeonggi, avec des résultats plus qu'honorables.

 

Le célèbre DJ Steve Aoki, véritable passionné d'esport

 

Entre temps, l'équipe s'est renforcée avec l'arrivée de deux nouveaux Français : SoOn en DPS et Lanf3ust comme coach. Mais c'est surtout l'arrivée du célèbre DJ et producteur de musique, Steve Aoki, comme investisseur qui permet à Rogue de gagner en stature et de terminer 2016 comme l'une des meilleures et plus grosses écuries au monde sur Overwatch.

 

 

En route pour l'Amérique

 

Alors que Blizzard tarde à donner plus de détails sur une Overwatch League brièvement présentée pendant la Blizzcon 2016, la direction de Rogue n'hésite pas, décide de faire un saut de foi et embarque toute son équipe début 2017, direction les États-Unis !

L'objectif ? Se préparer pour l'Overwatch League et montrer patte blanche à Blizzard afin d'améliorer le futur dossier de l'équipe. En parallèle, Rogue recrute NiCo en février et complète son roster 100% français qui ne bougera plus jusqu'en octobre.

 

Le 6 final de Rogue qui représentera la France à la coupe du monde d'Overwatch à la Blizzcon

 

Le premier semestre de Rogue est plutôt positif et l'équipe enchaine les victoires en tournois, tout en restant invaincue pendant de long mois. Rogue décide de faire une offre pour une franchise à Las Vegas, ville où l'équipe s'entraine déjà depuis des mois.

 

 

Soudain, c'est le drame !

 

Fin septembre, le verdict tombe et fait mal. Blizzard dévoile le casting complet de l'Overwatch League et on ne trouve aucune mention de Rogue ou de Las Vegas parmi les 12 sélectionnés. Sans aucun recours et avec la ligue professionnelle de Blizzard comme unique objectif, Rogue n'a pas d'alternative : la section Overwatch est dissoute et les joueurs libérés.

Pour les fans, c'est un scandale ! On ne claque pas la porte au nez d'une équipe qui a autant investit dans Overwatch pendant deux ans, qui a expatrié ses joueurs et qui possède l'une des meilleures formations au monde. Surtout que la majorité des franchises ont été "distribuées" à des propriétaires sans aucun joueur !

 

 

Pour les joueurs professionnels et les experts, cette décision aussi triste soit-elle reste tout a fait logique. Rogue n'a pas réussi à réunir suffisamment d'investisseurs pour convaincre Blizzard. Tandis que la firme californienne exigeait de réunir au moins 20M$ nécessaires pour s'offrir une franchise, certaines équipes sont soutenues par de multiples millionnaires venus du milieu sportif traditionnel (propriétaires et joueurs professionnels) ou, comme EnVyUs, soutenus par un énorme groupe industriel capable d'aligner des chèques de plus de 35M$.

Un drame humain et sportif confronté à une réalité financière bien cruelle. La passion et le skill, c'est bien. Mais les dollars, c'est mieux !?

 

 

L'esport, un business comme un autre

 

Les fans sont indignés par la décision de Blizzard mais c'est principalement par ignorance et/ou manque d'objectivité. L'esport est un milieu en pleine croissance qui explose ses propres records chaque année, au point que les médias classiques ne peuvent plus ignorer ce phénomène qui attire de plus en plus de nouveaux investisseurs.

Avec plus de 350 millions de spectateurs et près de 500 M$ de revenus estimés en 2017, l'esport est en plein boom et les prévisions pour les années à venir sont plus qu'encourageantes.

Overwatch avec plus de 30 millions de copies vendues dans le monde en un an, est le candidat parfait pour tenter d'accéder au sommet de la chaine alimentaire esportive. Blizzard a d'énormes attentes pour l'Overwatch League et mettre en place du jour au lendemain une telle ligue professionnelle est très coûteux.

 

L'esport peut-il garder son identité malgré son succès grandissant ?

 

Voila pourquoi Blizzard ne pouvait pas se permettre de prendre à la légère les dossiers de candidature pour l'Overwatch League. La priorité était de satisfaire un énorme besoin en garanties financières. Les candidats sélectionnés se devaient d'avoir les reins ultra-solides, d'autant qu'il a été estimé que les équipes ne toucheront aucun revenu de l'Overwatch League avant 2021. Et c'est dans l'hypothèse où la ligue serait un succès ! Car avec un salaire minimum pour l'équipe de 300 000 $ par an (imposé par Blizzard) et sans compter tous les frais divers (déplacements, entrainements, etc.), il y a intérêt à avoir les poches profondes et bien remplies pour tenir avant un éventuel retour sur investissement.

 

 

L'esport, un sport comme un autre ?

 

L'esport grandit à une vitesse fulgurante ces dernières années et sa croissance multiplie ses similitudes avec les modèles économiques que l'on connait dans les sports classiques. Lorsque des sommes d'argent aussi grosses pénètrent dans la bulle, la passion et l'amour du jeu passent au second plan.

Dès qu'un sport atteint une certaine popularité et que les budgets commencent à crever le plafond, ce sera presque toujours le propriétaire avec le gros chéquier qui passera le premier que ce soit pour une franchise ou ne serait-ce qu'un joueur talentueux. Les équipes plus modestes ont historiquement tendance à rester en seconde ligne et servir de réservoir de joueurs.

 

Vers une structure pyramidale en 2018 ? Ladder => Amateur => Semi-Pro => Ligue Pro

 

Beaucoup ont souhaité pendant de longues années que l'esport grossisse et sorte de sa petite bulle pour s'exporter d'internet et s'ouvrir à un plus large public. C'est l'objectif de Blizzard avec Overwatch et cela aura malheureusement pour conséquence de régulièrement asphyxier des petits Poucets comme Rogue. Ce genre de pratiques déjà existantes dans l'esport actuel ne fera que se démocratiser avec le développement du milieu, sur tous (gros) jeux confondus.

Et cette situation n'est pas prête de s'inverser surtout si l'Overwatch League rencontre son public. Dans un contexte futur favorable, Blizzard prévoit d'élargir la ligue en ouvrant de nouvelles franchises. Dans un tel cas, de nouveaux investisseurs rassurés par le succès de la ligue feront leur apparition. Ce ne seront donc pas les petites équipes d'aujourd'hui qui achèteront les franchises de demain. Le scénario le plus probable est qu'elles se fassent racheter par ses gros investisseurs et/ou qu'elles servent d'incubateur pour les talents de demain et vivent des transferts vers la ligue professionnelle.

Un schéma classique des sports traditionnels populaires.

 

 

 Quel avenir pour les Rogue ?

 

Libéré de toutes obligations envers Rogue, les six Français n'ont que jusqu'au 30 octobre pour se trouver une place dans l'une des équipes de l'Overwatch League avant la date butoir de la période des transferts. Il semble d'ores et déjà très improbable que les joueurs de l'équipe de France ne jouent avec le même maillot pour le coup d'envoi de la saison inaugurale en décembre.

Cette possibilité n'est pour autant pas à exclure puisque quatre des douze villes n'ont encore officialisé aucun joueur et ne sont affiliées avec aucune équipe (comme San Francisco avec NRG Esports par exemple).

 

N'hésitez pas à soutenir ici les Rogue de France pour leur remonter le moral !

 

A ce jour, aucun des six joueurs n'a signé avec une nouvelle équipe, mais leurs routes devraient bel et bien se séparer. D'après ESPN, uNKOE et SoOn ont été sélectionné par les Immortals pour participer à la saison inaugurale de l'Overwatch League avec Los Angeles.

Plus inquiétant, aKm, winz et NiCo n'auraient toujours pas reçu d'offres et cherchent activement une place en Overwatch League voire même dans une équipe qui participera à la saison 2 des Overwatch Contenders. Enfin, aucune rumeur autour d'un KnOxXx extrêmement silencieux pour le moment sur les réseaux sociaux.

Dans tous les cas, les ex-Rogue joueront ensemble avec le maillot de l'équipe de France, les finales de la Coupe du monde d'Overwatch en novembre, à la Blizzcon. Ce sera peut être la dernière occasion de les voir jouer ensemble, mais espérons que nous aurons au moins la chance de les voir s'affronter les uns contre les autres en Overwatch League l'année prochaine et d'avoir un maximum de représentants de la France dans cette ligue majeure.

Rappel de la composition de l'équipe Rogue Overwatch au moment de sa dissolution :

{#eu} ROGUE

{#fr} Nicolas « NiCo » Moret (DPS/Flex)
{#fr} Terrence « SoOn » Tarlier (DPS)
{#fr} Michaël« winz »Bignet (Support)
{#fr}  Dylan« aKm »Bignet (DPS)
{#fr} Benjamin« uNKOE »Chevasson (Support)
{#fr} Jean-Louis« KnOxXx »Boyer (Tank)

 

En savoir plus sur l'auteur

BarnY

BarnY

Rédacteur et responsable du portail Heroes of the Storm
Contact : Email - Twitter

ARTICLES SIMILAIRES

Aucun commentaire (0)

DOSSIERS

Dossier Overwatch Découvrez la dernière licence de Blizzard

Dossier Overwatch

La rédaction Overwatch recrute ! Faites partie de l'équipe Overwatch !
  • Articles les
    plus lus

  • Articles les
    plus commentés

Commandez avec
Diablo III : Reaper of Souls
PC 28,12 €
One 39,99 €
PS4 42,00 €

PHOTOS