MGG / Actualités jeux vidéo /

Retour sur la faillite de l'ESGN

Retour sur la faillite de l'ESGN
2

L'ESGN pour eSport Global Network était dernièrement au cœur d'un scandale qui regroupait tous les ingrédients croustillants du mélodrame. Faillite, impayés, dissimulations etc.

Retour sur la faillite de l'ESGN

L'ESGN - pour eSport Global Network - était dernièrement au cœur d'un scandale qui regroupait tous les ingrédients croustillants du mélodrame. Faillite, impayés, dissimulations, phrases chocs, bref nous ne pouvions pas passer à côté de cette information qui n'aura finalement pas fait autant de bruit que cela dans les médias dédiés aux jeux vidéo. C'est donc avec du retard, que nous qualifierons de recul pour être plus précis, que nous vous informons plus en détail des tenants et aboutissants qui concernent la faillite d'une entreprise qui n'aura pas passé le cap du troisième trimestre d'existence. Dévoilée fin 2013, l'ESGN avait pour objectif affiché de promouvoir le sport électronique mais surtout ses ambitions étaient de devenir « la référence mondiale de l'information eSportive ». Des personnes vendant du rêve nous en avons connues, mais il faut bien avouer que cette fois au niveau des moyens engagés ils avaient mis le paquet ce qui rendait totalement crédible le projet initial.

 

Un projet qui faisait rêver sur le papier et qui avait mis les formes

 

Un projet ambitieux


L'eSport Global Network avait donc vu le jour en décembre 2013, le but était de profiter du développement du streaming et du sport électronique en général pour tenter une percée dans le domaine en centralisant le contenu mondial en un seul endroit. Une société coréenne, le pays référence dans le domaine de l'eSport, était derrière le projet. Il s'agissait de Clauf GmbH qui comptait également parmi ses partenaires des noms reconnus et d'ores et déjà bien implantés sur le devant de la scène : l'Electronic Sports League pour l'Europe, GomTV pour la Corée du Sud et GameFY en Chine. S'appuyant sur une télévision de haute qualité accompagnée d'un studio professionnel ainsi qu'un site internet faisant office de véritable base de donnée complète, l'ESGN semblait avoir toutes les clés en main pour réussir. De plus afin de rendre le tout encore plus crédible, une énorme soirée de lancement avait été organisée à Berlin en Allemagne, tandis que le studio télé se trouvait à Postdam dans les prestigieux studios de Babelsberg plus habitués au cinéma ... Comment imaginer alors que quelques mois plus tard tout allait s'effondrer aussi rapidement ?

La société dirigée par le Coréen Jong Hwan Lee avait les yeux plus gros que le ventre. Les investissements qui ont été réalisés, et notamment la soirée de lancement dont la facture est estimée à quelques 50 000 euros, avaient pour objectif d'en mettre plein les yeux des partenaires afin de faire rentrer de l'argent frais dans les caisses. Or le résultat n'aura clairement pas été au niveau des attentes et l'entreprise a très vite manqué de liquidités ce qui a entraîné la situation surréaliste qui a suivi. Les employés ont poursuivi pendant des mois leurs activités bénévolement en espérant relancer la machine par leur travail. Rien n'y fit et dès mars 2014 on apprenait déjà via un mail diffusé par le patron de la société que les comptes n'étaient clairement pas dans le vert. Les salaires ont d'ailleurs commencé à ne plus être payés à partir de cette date là. Quand on sait que le lancement officiel de l'ESGN a eu lieu en janvier 2014, après un mois de phase bêta et plusieurs mois de travail en amont, on peut légitimement constater qu'il y a eu des manquements stratégiques inadmissibles.

 

Le site qui devait révolutionner le sport électronique mondial

 

Les yeux plus gros que le ventre


Plusieurs erreurs grossières expliquent la chute aussi rapide d'un colosse aux pieds d'argile. Si l'ESGN avait su convaincre des partenaires bien implantés sur le devant de la scène, ces derniers n'étaient là que pour partager leur savoir faire et profiter de l'éventuelle vitrine que proposait le service. Or l'eSport Global Network avait besoin de liquidités et ils comptaient sur les éditeurs de jeux qui leur auraient permis d'encaisser quelques chèques juteux. Rien n'arriva jamais tant dans ce milieu ces derniers sont frileux et souhaitent généralement avoir la main mise sur l'intégralité du processus de promotion de leurs titres. Autre défaut de l'ESGN, sa jeunesse qui n'inspire malheureusement pas confiance en règle générale. De plus la télévision mise en place, malgré des moyens professionnels, n'arrivait pas à convaincre et les audiences étaient en baisse mois après mois. À ce niveau-là également l'étude de marché aura été mal réalisée. Les patrons pensaient que la débauche de moyens suffirait à convaincre les téléspectateurs, or il manquait des personnalités fortes pour marquer de leurs empreintes les différentes émissions.

Le modèle économique de l'entreprise misait sur une croissance bien trop rapide et pour ce faire il fallait investir vite sans réellement regarder à la dépense. Il fallait mettre des paillettes dans les yeux de tout le monde, or avec plus d'un million cinq cent milles euros dépensés en seulement six mois on ne peut nier qu'à ce niveau-là, la stratégie du groupe était respectée même si cela aura été réalisé au détriment des employés et des joueurs qui n'ont, pour la plupart, pas touché l'argent promis suite à leurs victoires aux tournois estampillés ESGN ou tout simplement à leur travail de salarié. Encore une fois ce sont donc les passionnés, ceux qui faisaient vivre cet ambitieux projet qui ont été floués. Après de longues semaines à tergiverser, où on nous aura fait miroiter une réduction de la voilure avec la fermeture du studio télé de Postdam ainsi que le licenciement d'une bonne partie des salariés, fin juin la réponse finale qui ne faisait plus aucun doute est tombée.

 

On ferme les portes et on abandonne cette belle aventure trop courte !

 

Une faillite inévitable


La société a ainsi été officiellement déclarée insolvable suite au retrait de son principal soutien Clauf GmbH. Une bonne partie des employés ont fait part de leur dégout via les réseaux sociaux et autres sites communautaires, les dirigeants ont tenté de justifier l'injustifiable et finalement la meilleure des solutions aura été de mettre un terme à une aventure bien trop ambitieuse pour ceux qui souhaitaient la mener. Pourtant il est vrai que le milieu du sport électronique est en pleine croissance, que le streaming et ses revenus publicitaires peuvent faire rêver, que des entreprises qui ne génèrent pas d'argent sont aujourd'hui valorisées plusieurs milliards de dollars, mais n'oublions pas les bases. Derrière les grandes idées il y a des génies (apparemment ce n'était pas le cas ici) et une part minime de chance (or dans le cas de l'ESGN on misait un peu trop dessus).

La recette du succès n'était donc pas respectée, une erreur dans l'assemblage des ingrédients et vous vous retrouvez à mettre sur le carreau vos employés, les joueurs et cela ne risque certainement pas d'aider les éditeurs à devenir moins frileux.

2
MGG
Orange_BuD il y a 8 ans

"Surpassing limits" huehuehueheuehue

ppp il y a 8 ans

C'est dommage, c'était vraiment du bon show. Surtout sur street. C'est la première fois que je vois une news de mil sur l'esgn et malheureusement c'est sur leur faillite.

L'actu

En Continu

16:45 Fall Guys : Une collaboration avec un jeu iconique arrive cette semaine !
16:35 Cyberpunk 2077 : Jouer à la 3eme personne
16:30 Animal Crossing New Horizons : Le nombre maximal de Nook Miles atteint par la mère de ce joueur !
16:05 L'ancien champion d'Europe FEBIVEN officialisé en LFL
15:28 Larme de vie Elden Ring : Liste et position, où les trouver ?
15:00 Bientôt deux nouveaux champions annoncés ?
14:04 Elden Ring: Le Patch 1.06 nerf le Pas de chevalier limier & Rivière sanglante mais améliore le multi
14:00 LoL : Suite à de nombreux bugs, l'événement Star Guardians est prolongé !
13:30 Twitch : Ce célèbre streameur a parié plus d'un demi millard via des jeux d'argent !
13:00 WoW WotLK : Guide du Voleur Combat de la Phase 1

Guides

à découvrir

League of Legends : Tier List des champions en Saison 12
Calendrier des prochaines sorties de jeux vidéo : août 2022
Diablo Like : Top des Hack'n slash, notre sélection