MGG / Actualités jeux vidéo / The Elder Scrolls Online / La saga des "Elder Scrolls" /

The Elder Scrolls V : Skyrim - La saga des "Elder Scrolls"

La saga des "Elder Scrolls"
The Elder Scrolls V : Skyrim
  • La série des " Elder Scrolls "
  • The Elder Scrolls : Arena
  • The Elder Scrolls II : Daggerfall
  • The Elder Scrolls Online
  • The Elder Scrolls VI ?
6

C'est à se demander s'il faut le présenter. À certains égards, Skyrim constitue une finalité, un aboutissement. Et pour le studio, c'est la preuve finale que la série peut créer des jeux absolument énormes, dans tous les sens du terme.

Comment le studio en est arrivé à ce stade ? A posteriori, les joueurs auront l'impression qu'Elder Scrolls Online a été réalisé après Skyrim. En réalité, les choses sont un brin plus compliquées, et il est fort possible que les deux jeux aient été développés simultanément.

Dès 2008, Todd Howard annonce le nouvel épisode pour 2010. On devine aujourd'hui que ce délai était trop ambitieux, et Skyrim accusera un an de retard. Mais une telle annonce laisse penser que le chantier a pu débuter dès 2007.

La même année, un autre évènement survient : c'est la création de Zenimax Online Studios. Son objectif affiché est de réaliser des jeux en ligne. À partir de là, les questions de la communauté et des sites spécialisés fusent.

 



Skyrim et Elder Scrolls Online auraient donc été développés en même temps par les deux studios, alors que leurs dates de sortie respectives sont espacées de près de trois ans.

En Bordeciel, Bethesda signe peut-être sa plus grande œuvre. IGN, Joystick, Metacritic ainsi que les innombrables communautés de fans, tous sont d'accord sur le sujet : Skyrim est un bijou. Le monde est devenu plus que cohérent : il est vivant. Lorsque le joueur entre dans un village, il entend un forgeron travailler sur son enclume, des enfants jouent et courent, et un homme de foi harangue les passants pour le salut de leur âme. Bref, aucun PNJ n'est en trop. Tous ont leur histoire, et tous ont une tâche dans ce vaste monde.

En décembre 2011, Joystick mentionne une phrase résumant bien le gameplay : "la mollesse et l'inertie du combat au corps-à-corps semble enfin être de l'histoire ancienne". Beaucoup plus dynamique, basé sur l'action, les statistiques se font à la fois plus importantes et plus discrètes, pour laisser le joueur user de ses propres capacités personnelles. Finalement, Battlespire aura fini par porter ses fruits : le joueur peut parer. Il peut porter une arme dans chaque main et utiliser chacune séparément ou en même temps.

D'ailleurs, Bethesda a fait dans le sensationnalisme, et a ajouté de multiples coups de grâce dont le style et la subtilité rappellent étrangement les "Fatality" de Mortal Kombat. Ceci a certainement contribué à l'attribution du logo "PEGI 18" sur la boîte du jeu.

 


Seule ombre au tableau : nombre de joueurs PC ont décrié un gameplay pensé pour les consoles. Utilisant une croix directionnelle pour la sélection de l'inventaire ou de toute autre chose, Skyrim avait voulu penser aux utilisateurs de la 360 et de la PS3. Mais cela a bridé l'utilisation du clavier sur lequel la série a grandi.

Plus que n'importe quel épisode, Skyrim laisse le joueur décider de sa destinée. Fini de choisir de jouer un barbare, et de se cantonner à cette classe tout le long du jeu. Grâce à un système de talents ("perks"), vous voilà incité à créer votre propre classe à partir de rien. Pourquoi pas un mage en armure lourde, spécialisé dans la magie d'illusion ? Pourquoi pas un voleur maîtrisant le marchandage, et en même temps maître à la masse à deux mains ?

 

 

Alors qu'une guerre civile entre les Sombrages (une force armée unie pour l'indépendance de Bordeciel) et l'Empire fait rage, un prisonnier s'apprête à être décapité. Il est sauvé in extremis par l'arrivée d'un dragon, une créature que Tamriel n'avait plus rencontrée depuis des siècles.

Au fil de son aventure, le prisonnier qui en a réchappé apprendra qu'il est en réalité l'enfant de Dragon, capable d'aspirer l'âme de ces êtres destructeurs. Sa destinée est de vaincre Alduin, le dévoreur de mondes revenu pour détruire les terres de Bordeciel.

Dans le milieu, Skyrim est une bombe. D'après le site VGChartz, il s'écoule 3,4 millions d'exemplaires dans les premières 48 heures de la sortie (pour rappel, c'est plus qu'Oblivion en 10 mois...), et 7 millions en 5 jours. Avec des chiffres intéressants : 85% des jeux vendus étaient des jeux consoles, et seuls 15% étaient des jeux PC.

Il faut cependant nuancer, car Skyrim était disponible sur Steam, et l'on ignore si les chiffres prenaient en compte les ventes dématérialisées.

Dans tous les cas, Skyrim a eu un succès mondial. Outre son portage sur consoles, le jeu a bénéficié d'un bon calendrier : il est sorti en novembre, un mois et demi avant Noël. Bien souvent, le jeu a été offert avec l'achat d'une console de la 7G, et à Noël 2011, nombre de Skyrim se sont retrouvés sous le sapin.

 

The Elder Scrolls V : Dawnguard

Le jeu a, comme son prédécesseur, bénéficié d'extensions livrées sous la forme de DLC, avec une date de sortie variant en fonction du support. La première extension sort en juin 2012 pour la 360, environ 6 mois après la sortie de Skyrim.

Dans Elder Scrolls, vampires et loups-garous sont un thème récurrent. Morrowind proposait déjà les deux au début des années 2000. Cette fois, Dawnguard se concentre sur les vampires. À partir du niveau 10, une nouvelle suite de quêtes est proposée au joueur, au bout de laquelle celui-ci peut devenir un seigneur de la nuit.

L'intrigue de l'épisode est relativement simpliste, avec deux factions : les vampires, qui souhaitent assombrir le soleil, et leurs pires ennemis, regroupés sous le nom de Garde de l'Aube.

 

 

Le gameplay évolue et propose aux apprentis suceurs de sang de nouvelles fonctionnalités. Le joueur peut se transformer en chauve-souris. Il voit ses statistiques être augmentées lorsqu'il n'est pas au soleil et, bien sûr, il peut se nourrir de sang humain.

D'un autre côté, les chasseurs de vampires disposent d'un vrai contenu également, tandis que le jeu incitait clairement le joueur à rejoindre le camp de leurs ennemis. La Garde de l'Aube donne, entre autres, la possibilité d'apprivoiser un troll et d'en faire un allié.

Dawnguard propose un contenu respectable, qui inclut en particulier une nouvelle arme : l'arbalète. Mais celle-ci se révèle peu utile pour les joueurs de haut niveau. Or, répétons-le : la quête permettant de l'obtenir n'est accessible qu'à partir du niveau 10...

Les critiques des différents sites spécialisés ont relevé nombre de problèmes spécifiques. Clipping, crashes, décors mal pensés ou gênant le joueur, quêtes inintéressantes... Au bout du compte, l'extension est jugée somme toute dispensable, bien qu'elle ait apporté une durée de vie respectable.

 

The Elder Scrolls V : Hearthfire

Quelques mois plus tard, un autre DLC est proposé. Il s'appelle Hearthfire, et il dispose d'un contenu centré sur des éléments inhabituels.

Depuis que les moddeurs ont investi l'univers d'Elder Scrolls, les fans ont exprimé leur volonté de vivre dans ces nouveaux mondes créés par Bethesda. Des mods proposaient ainsi la possibilité de posséder sa propre maison ou de tenir un magasin, par exemple.

 


Avec Skyrim (et avant lui avec Oblivion), le studio a répondu positivement : il est effectivement possible de posséder sa propre maison, mais pas de la construire, et les options de personnalisation sont finalement assez limitées.

Hearthfire va ainsi plus loin dans le domaine. Non seulement il est possible d'acheter sa maison, mais il faut également la bâtir, étape par étape. Il faut acheter le terrain, réunir les matériaux, agencer les pièces (qui peuvent inclure une armurerie, une pièce pour les trophées...), etc. Bien loin des pérégrinations des dragons, il est possible d'engager un chambellan (un majordome, si vous préférez) et même d'adopter des enfants.

L'extension ajoute également de nouveaux outils, notamment un atelier de dessin et un atelier de charpentier.

Bref, de fait, Hearthfire a réussi ce qu'il souhaitait réaliser : donner une dimension plus rôle-play au jeu et s'essayer hors des sentiers battus. Malheureusement, les notes des critiques sont assez moyennes, et les plus basses parmi les trois extensions de Skyrim. Hearthfire apparaît aux yeux de beaucoup comme amusant dans les premiers moments de jeu, mais bien vide à la longue. Nombre de personnes et de sites vont jusqu'à considérer Hearthfire non pas comme une réelle extension, mais plutôt comme un gros plug-in.

 

The Elder Scrolls V : Dragonborn

La dernière extension pour Skyrim est nommée Dragonborn, et elle a ressorti les vieux dossiers. Elle propose en effet de retourner sur l'île de Solstheim, cette même île qui était dévoilée en 2003 à l'occasion de l'extension Bloodmoon. Dix ans après Morrowind, le joueur retourne dans un monde où des champignons géants abritent des appartements, et où une atmosphère glauque à base de tentacules rappelle de bons souvenirs aux fans de Lovecraft.

Après la demi-teinte que Hearthfire a constitué, Dragonborn apparaît comme une extension à part entière. Elle sort en décembre 2012, un peu plus d'un an après Skyrim.

Une fois encore, de nouvelles armes et armures sont disponibles. Mais surtout, il y a de nouvelles quêtes, et en particulier la principale, au bout de laquelle le joueur acquiert la possibilité de se faire obéir d'un dragon sauvage, qu'il pourra ensuite chevaucher. Il peut alors s'en servir pour attaquer les ennemis, se défendre contre eux, et bien sûr, voler.

 


Certains joueurs et critiques auraient apprécié un gameplay plus poussé concernant le vol en dragon. Aucune quête ne se déroule dans les cieux, et aucun combat aérien n'est présent. À cause de cela, l'intérêt de la chose reste vague. Se déplacer rapidement ? Elder Scrolls est à l'heure du fast traveling omniprésent. Attaquer ses adversaires ? Les attaques en vol, quoique possibles, sont brouillonnes et ne révolutionnent pas la manière de se battre.

Qu'importe : l'extension reste excellente, et Dragonborn a plu. Outre le monde de Solstheim, qui parle aux fans de Morrowind et contente les amateurs d'open world, L'intrigue apporte sept quêtes majeures et quelques quêtes secondaires, et l'extension reçoit un très bon accueil. Eurogamer en dit que "ce n'est pas un DLC. C'est une extension, comme au bon vieux temps".

Après ces trois DLC, il semble que Skyrim en ait terminé. Et peut-être, avec lui, la série des RPG solo. Quoique...

  • La série des " Elder Scrolls "
  • The Elder Scrolls : Arena
  • The Elder Scrolls II : Daggerfall
  • The Elder Scrolls V : Skyrim
  • The Elder Scrolls Online
  • The Elder Scrolls VI ?
6
Millenium Rédaction
MGG
pipo59 il y a 8 ans

http://hitek.fr/actualite/skyrim-mod-impressionnant_4504

maelyangus il y a 8 ans

En tant que grand fan des TESO je ne peux que plussoyer. Très bon article! <br /> <br /> Des choses vraiment intéressantes. J'espère voir un article de ce type pour FALLOUT donc personnellement j'attends la suite avec encore plus d'impatience que pour TESO VI.<br /> <br /> PS : il me semble qu'un blog avait été fait pour la série Fallout mais ça date maintenant

pipo59 il y a 8 ans

" au bout de laquelle le joueur acquiert la possibilité de se faire obéir d'un dragon sauvage, qu'il pourra ensuite chevaucher. " je vais DL ce dlc ^^<br /> <br /> nice article ,

pipo59 il y a 8 ans

" au bout de laquelle le joueur acquiert la possibilité de se faire obéir d'un dragon sauvage, qu'il pourra ensuite chevaucher. " je vais DL ce dlc ^^<br /> <br /> nice article ,

Netharya il y a 8 ans

Superbe article Sinic !

Jack il y a 8 ans

The Elder Scrolls VI natif pour l'Oculus Rift CV1 + un bon controleur VR = au revoir la vraie vie.

L'actu

En Continu

15:20 TESO High Isles : La nouvelle extension qui nous fait voyager chez les Brétons
12:20 Voyage au delà des mers dans The Elder Scrolls Online !
16:00 Faites place au grand Méhrunes Dagon !
22:56 Microsoft / Bethesda : The Elder Scrolls Online sortira bien sur PS5
21:30 The Elder Scrolls Online : Annonce DLC Markarth
14:00 Défendez Bordeciel d'une menace sanglante
17:53 ESO: Morrowind, qu'en disent les joueurs?
18:38 Les 1001 façons de s’amuser dans ESO
16:00 TESO: Morrowind se détaille d'avantage
17:11 Morrowind débarque dans TES Online !

Guides

à découvrir

Guide : Bien débuter sur TESO
Devenir un loup garou dans TESO
Découvrez le Chevalier Dragon