Menu
Millenium / Actualités jeux vidéo / World of Warcraft /

WoW Lore : Le crâne de Gul’dan

WoW Lore : Le crâne de Gul’dan
0

La semaine passée dans World of Warcraft, nous pouvions participer aux Marcheurs du Temps, Burning Crusade. Responsable des transformations de Ner’zhul et d’Illidan, l’un des agents majeurs de l’état de l’Outreterre est le crâne de Gul’dan, relique du démoniste Orc au pouvoir de corruption démesuré.

WoW Lore : Le crâne de Gul’dan

Vie et mort de Gul’dan : de Draenor à Azeroth

En tant qu’apprenti du chaman Ner’zhul, Gul’dan fut l’un des premiers témoins de l’entreprise de corruption des orcs par Kil’jaeden au profit de la Légion Ardente. Peu scrupuleux, il s’empressa d’évincer le vieux chaman soucieux de l’avenir de son peuple, pour devenir lui-même le porte-parole du Trompeur auprès des clans. Il corrompit également les chamans à l’aide de la magie gangrenée, et fit peu à peu disparaître le chamanisme au profit de l’ordre des démonistes.

Le Gardien de Tirisfal Medivh, habité par Sargeras, convainquit Gul’dan d’ouvrir avec lui la Porte des Ténèbres entre Draenor et Azeroth, en lui faisant miroiter la promesse des pouvoirs enfermés dans la Tombe de Sargeras. S’ensuivirent les Première et Deuxième Guerres entre Orcs et Humains. Dès qu’il en eût l’occasion, Gul’dan abandonna la Horde, précipitant ainsi la fin de la Deuxième Guerre. Il se rendit avec ses fidèles à la Tombe de Sargeras pour s’en approprier les pouvoirs. Cependant le Titan Noir, furieux de la trahison du démoniste, ordonna aux démons encore présents dans la Tombe de mettre fin à la traque de pouvoir de Gul’dan en le dépeçant vivant.

Le cadavre sans tête de Gul'dan est visible dans le raid de la Tombe de Sargeras (World of Warcraft) - World of Warcraft
Le cadavre sans tête de Gul'dan est visible dans le raid de la Tombe de Sargeras (World of Warcraft)

Le retour vers Draenor – ans 6 et 7

Quelques membres du clans Foudreguerre parvinrent à quitter vivants la Tombe de Sargeras ; ils emportèrent avec eux le crâne de Gul’dan, persuadés que cette relique contenait un grand pouvoir. Ils eurent moins de chance à l’extérieur : les partisans du démoniste avaient été rattrapés par le clan Rictus-de-Noirdent, envoyé par le chef de guerre Orgrim Marteau-du-Destin pour mettre fin aux traîtres. Seul l’ogre Cho’gall et quelques-uns de ses fidèles du clan Marteau-du-crépuscule réussirent à échapper à la vengeance de la Horde. Arraché aux partisans massacrés du démonistes, le crâne de Gul’dan fut emporté en guise de trophée par les orcs Rictus-de-Noirdent.

Les Orcs avaient obtenu leur revanche sur celui qui les avaient vendus à la Légion Ardente, mais la mort de Gul’dan ne pouvait leur rendre tout ce qu’ils avaient perdu. En partant vers la Tombe de Sargeras avec deux des clans, le traître avait quasiment anéanti les espoirs de la Horde de gagner la Deuxième Guerre. Les clans furent bientôt dispersés, mais certains Orcs réussirent à repasser la Porte des Ténèbres pour se réfugier sur Draenor ; le crâne de Gul’dan faisait partie de ce convoi.

Au-delà de la Porte des Ténèbres : Ner’zhul, Aile-de-Mort et Khadgar – an 8

Teron’gor / Teron Fielsang

Teron’gor était un jeune chaman respecté du clan Ombrelune lorsque Gul’dan lui fit voir pour la première fois la magie gangrenée. Séduit par cette magie puissante et bien plus facile que celle des chamans qui doivent obtenir systématiquement l’accord des éléments, Teron’gor devint le premier démoniste orc converti par Gul’dan. Lorsque Orgrim Marteau-du-Destin devint chef de guerre de la Horde après la fin de la Première Guerre, il fit éliminer le Conseil des Ombres, l’ordre rassemblant les plus proches partisans de Gul’dan dont faisait partie Teron’gor.

Ce dernier ne resta cependant pas mort bien longtemps. A l’aube de la Deuxième Guerre, Gul’dan infusa les esprits des membres assassinés du Conseil des Ombres dans les corps de chevaliers de Hurlevent tombés au combat. Ainsi naquirent les chevaliers de la mort de la Horde, de puissants nécromanciens morts-vivants. Le premier d’entre eux était celui qui se ferait désormais appeler Teron Fielsang. Après avoir regagné Draenor suite aux défaites de la Deuxième Guerre, les chevaliers de la mort cherchèrent à nouveau un moyen de quitter leur planète mourante pour asseoir leur domination sur un autre monde. Pour cela, Teron Fielsang avait besoin du concours de la Horde, et donc de Ner’zhul, le seul Orc qui ait l’influence suffisante pour rassembler les clans.

Au départ méfiant envers Teron Fielsang, le vieux chaman Ner’zhul accepta finalement de mettre en œuvre les projets du chevalier de la mort, avec l’espoir que leur peuple puisse enfin s’échapper de leur monde mourant. L’idée du nécromancien était relativement simple : les Orcs devaient ouvrir de nouvelles failles vers d’autres mondes du cosmos telles que la Porte des Ténèbres, et trouveraient bien ainsi une planète qui soit plus facile à conquérir qu’Azeroth.

Cependant, l’ouverture des portails nécessitait énormément de puissance, Teron Fielsang avait donc besoin de plusieurs reliques de pouvoirs dont Gul’dan lui avait appris l’existence sur Azeroth : le Livre de Medivh, l’Œil de Dalaran et le Sceptre de Sargeras. Pour cela, il fallait rouvrir la Porte des Ténèbres fermée par l’Alliance à l’issue de la Deuxième Guerre ; et les pouvoirs du crâne de son ancien maître pouvaient permettre d’agrandir la faille qui n’avait pas complètement disparu.

Une fois sur Draenor, le crâne de Gul’dan avait plusieurs fois changé de mains et s’était finalement trouvé en la possession de Hurkan Casse-Crâne, le chef du clan Mâche-les-Os. Ner’zhul et Teron Fielsang chargèrent Grommash Hurlenfer d’obtenir la relique, ce qu’il fit en tuant le chef mâche-les-os peu désireux de se séparer de son trophée.

Il arracha un sac de toile de sa ceinture et le laissa tomber sur le crâne sinistre de Gul’dan, pour l’y glisser sans prendre de risque. Teron Fielsang lui avait parlé avant son départ. Il l’avait prévenu de ne pas le toucher directement. Grom n’aimait pas le chevalier de la mort et ne lui faisait pas confiance. Cette chose surnaturelle était revenue de l’au-delà et habitait un cadavre humain, mais il avait tout de même écouté sa mise en garde. Gul’dan s’était montré si dangereux de son vivant, que Grom s’imaginait que les restes du démoniste pouvaient détenir un certain pouvoir dans la mort.
Au-delà de la Porte des Ténèbres, p. 42

Il semble que le crâne de Gul’dan ait permis la réouverture de la Porte des Ténèbres, non seulement en tant que source d’énergie mais également en fournissant des conseils, au demeurant « pas toujours avisés ou raisonnables » (Au-delà de la Porte des Ténèbres, p. 66). Malheureusement pour lui, Ner’zhul se méfia moins de la relique que ne l’avait fait Grom. Enivré de posséder un reste de l’ancien apprenti qui l’avait manipulé tout en trahissant leur peuple, l’ancien chaman garda avec satisfaction le crâne après s’en être servi pour rouvrir la faille vers Azeroth.

Le crâne entre ses mains, Ner’zhul en fixait les orbites vides. Il entendait la voix de Gul’dan, la même que de son vivant… obséquieux, en quête de reconnaissance, prêt à répondre aux questions, à offrir des solutions, mais incapable de dissimuler son incroyable mépris et sa soif de pouvoir.
Même mort, Gul’dan espérait encore inspirer à son ancien maître un faux sentiment de sécurité. Mais Ner’zhul ne comptait pas se laisser duper une seconde fois. Sa naïveté l’avait conduit à trahir son peuple involontairement. Cet orc, dont il tenait le crâne de ses mains noueuses, avait pris le pouvoir en pensant avoir jeté à terre le vieux chaman.
- Qui donc est vivant et puissant, et qui est mort, mon apprenti ? murmura-t-il au crâne.
Au-delà de la Porte des Ténèbres, p. 65

L’ironie est criante : tout en étant persuadé d’être enfin hors d’atteinte de Gul’dan, Ner’zhul se laissa à nouveau manipuler par son apprenti en sous-estimant grandement le pouvoir de corruption que la relique du démoniste avait gardé par-delà la mort. L’ancien chaman se mit à converser avec les restes de celui qui l’avait trahi, et le contact avec la magie gangrenée le pervertit irrémédiablement, sans même qu’il s’en doute.

- Quelle arrogance ! Il ne devrait pas te parler ainsi, murmura doucement la relique.
- Non, il ne devrait pas.
- J’y arriverai, répondit sèchement Ner’zhul, qui sentit bouillonner un pouvoir comme il n’en avait pas connu depuis des années. (C’était comme si le fait de puiser dans l’énergie du crâne avait réveillé en lui quelque chose de profondément enfoui. Une chose qui lui avait profondément manqué sans qu’il en prenne conscience. Et cela lui faisait… du bien.)
Au-delà de la Porte des Ténèbres, p. 66

Les énergies gangrenées sont décrites comme un pouvoir hautement corrupteur et addictif, aux effets quasiment irréversibles. Avec un psychisme déjà fragilisée, Ner’zhul fut perdu dès qu’il entra en contact avec le crâne de Gul’dan.

Il était plus facile d’ignorer la voix du défunt Gul’dan quand il n’était pas en contact physique avec le crâne. Toutefois, même s’il s’était promis de ne pas l’écouter, il lui lança un regard. L’os jauni était posé sur un guéridon et la lumière des torches s’y reflétait. Il se mit à lui parler, comme si Gul’dan pouvait l’entendre. Ce qui, d’une certaine façon, était vrai.
Au delà de la Porte des Ténèbres, p. 176

Après s’être emparé du Livre de Medivh, de l’Œil de Dalaran et du Sceptre de Sargeras, Teron Fielsang repassa la Porte des Ténèbres pour trouver Ner’zhul dans la Péninsule des Flammes Infernales, dévastée par les énergies gangrenées comme la majorité de Draenor. Avec lui, se trouvaient Aile-de-Mort et certains de ses dragons sous forme humanoïde. Le maître du vol draconique noir repéra immédiatement la puissance qui émanait du crâne de Gul’dan et le réclama à Ner’zhul. Sentant en cette créature d’immenses pouvoirs, le chef de guerre accepta à contrecœur de se séparer de la relique qui n’était plus nécessaire à la Horde.

Aile-de-Mort avait décidé d’apporter une couvée d’œufs de dragons noirs sur Draenor afin de reconstituer son vol loin des yeux de l’Alliance et des autres Aspects draconiques. Lorsqu’il remarqua l’aura magique du crâne de Gul’dan, le Destructeur décida d’utiliser la relique pour renforcer le vol draconique noir, ainsi qu’accélérer le développement de ses œufs et de ses jeunes. Il emporta donc les restes du démonistes en Gorgrond, où il s’installa avec les dragons noirs qui l’avaient suivi pour assurer la sécurité des œufs.

Entre temps, une force de l’Alliance – les Fils de Lothar – avait franchi la Porte des Ténèbres afin de s’assurer que la Horde ne menacerait plus Azeroth avant de fermer à nouveau la faille entre les deux mondes. Pour cela, l’archimage Khadgar avait besoin de reprendre le Livre de Medivh détenu par Ner’zhul ainsi que le crâne de Gul’dan, désormais en la possession d’Aile-de-Mort. L’ancien apprenti de Medivh réussit à vaincre le Destructeur en lançant un sort qui arracha les plaques d’adamantites empêchant le corps du dragon noir d’imploser sous la force de ses propres énergies destructrices. L’Aspect de la Mort fuit immédiatement vers Azeroth pour sauver sa vie, lâchant le crâne de Gul’dan qui fut récupéré par le jeune « vieillard ».

Humain… mais puissant. Quel potentiel énorme, je ressens ici ! Mais ne fallait-il pas s’y attendre de la part du jeune apprenti de Medivh ? Tu peux devenir plus fort encore, si tu trouves le courage d’accepter ton destin. Pourquoi ne pas devenir mon apprenti ? Je t’enseignerai que le sang et le massacre sont la clef de…
- Ah !
Khadgar poussa un cri étouffé et failli lâcher l’objet. Gul’dan ! Il serra les dents et cloisonna son esprit. Même mort, tout laissait à penser que Gul’dan constituait un danger.
Au-delà de la Porte des Ténèbres, p. 274

Avec la Porte des Ténèbres aux mains de l’Alliance, Ner’zhul devait trouver un autre site de convergence des lignes telluriques pour abriter le rituel d’ouverture des nouvelles failles : le Temple Noir. Poursuivi en chemin par une partie des troupes de l’Alliance, le chef de guerre n’hésita pas à utiliser la magie gangrenée à laquelle le crâne de Gul’dan lui avait fait goûter.

Sa magie chamanique lui permettait jadis de ne faire qu’un avec ce monde, de puiser ses forces dans les éléments eux-mêmes. Mais les éléments ne l’écoutaient plus… plus depuis qu’il avait prêté allégeance à Kil’jaeden, comme s’ils étaient dégoûtés par l’énergie démoniaque qui souillait désormais l’ensemble de sa race. Mais peu importe. Il avait depuis appris de nouveaux pouvoirs.
Un vent sorti de nulle part s’abattit soudain sur la forêt qui n’était jusque-là troublée que par les cris de guerre et les geignements des mourants. […] D’un geste impérieux des deux mains, Ner’zhul provoqua une tempête de sable gris et sec, qui fouetta le nain et son animal. Le Marteau-Hardi cria, non pas de triomphe mais de douleur, en se faisant écorcher. Quelle agréable mélodie aux oreilles de Ner’zhul. [...]
Il aurait préféré mourir plutôt que de le reconnaître, mais il s’était fait surprendre par ses propres pouvoirs. Cela lui était venu si facilement, et avec tant de puissance. Sans compter les résultats impressionnants. C’était… jouissif.
Au-delà de la Porte des Ténèbres, pp. 214-216

Une fois au Temple, Ner’zhul utilisa les trois reliques magiques en sa possession pour ouvrir les failles vers d’autres mondes. Mais poursuivi par les Fils de Lothar, il n’eut pas le temps de soigner son sort ; le rituel bâclé entraîna une réaction en chaîne qui déséquilibra les lignes telluriques de Draenor et forma de nombreux trous dans le tissu de la réalité. Face à ce désastre, le travail de sape commencé par le crâne de Gul’dan s’acheva et l’ancien chaman perdit définitivement les derniers restes de sa santé mentale et de son altruisme. Suivi par quelques alliés, il sauta dans un portail avec le Sceptre de Sargeras, laissant sans remord le reste de son peuple se battre pour survivre au cataclysme qu’il avait créé.

Pour éviter que les énergies destructrices ne se propagent sur Azeroth à travers la Porte des Ténèbres, les Fils de Lothar se résolurent à fermer la faille depuis Draenor. Après avoir utilisé le crâne de Gul’dan avec précaution pour détruire le portail, Khadgar le confia à un chevaucheur de griffon pour l’emporter en sécurité vers Azeroth auprès des mages du Kirin Tor.

Draenor n’était plus : les restes de la planète flottant au contact du Néant Distordu seraient dès lors connus comme l’Outreterre.

Khadgar utilise le crâne de Gul’dan pour refermer la Porte des Ténèbres (cinématique de fin de Warcraft II : Beyond the Dark Portal) - World of Warcraft
Khadgar utilise le crâne de Gul’dan pour refermer la Porte des Ténèbres (cinématique de fin de Warcraft II : Beyond the Dark Portal)
Les mystères du trajet vers Dalaran

Au moment de la destruction de la Porte des Ténèbres, Khadgar confia à un Marteau-Hardi le sac contenant le crâne de Gul’dan et le Livre de Medivh.

« Lorsque le griffon passa sous l’arche fissurée, le sac s’illumina et la Porte réagit. L’éclat qui s’ensuivit aveugla tout le monde. Turalyon entendit le griffon hurler de douleur, de même que le nain, mais il ne vit pas ce qui leur était arrivé » (Au-delà de la Porte des Ténèbres, p. 311)

Le Nain réussit à traverser le portail, mais nous ne savons pas s’il survécut à son passage ni exactement comment les reliques arrivèrent jusqu’au Kirin Tor.

Le sort de l’Œil de Dalaran est encore plus mystérieux. Etait-il placé dans le sac que Khadgar confia au chevaucheur de griffon, ou resté sur Draenor au moment où elle vola en éclat ? Une chose est sûre : d’une manière ou d’une autre, il fut dévoré dans le Néant Distordu par la terreur du vide Occul’Tharon, avant d’être récupéré par les joueurs démonistes dans la quête Un Œil pour un Sceptre.

De Dalaran à Gangrebois : Tichondrius et Illidan – an 20

Pendant la Troisième Guerre, le Fléau assiégea Dalaran pour s’emparer du Livre de Medivh qui leur permit de faire revenir sur Azeroth le Seigneur de la Légion Archimonde. Parmi les serviteurs de la Légion Ardente dans la cité du Kirin Tor, se trouvait le seigneur de l’effroi Tichondrius. Attiré par l’aura d’énergie gangrenée du crâne de Gul’dan, gardé à côté de la relique du dernier Gardien, le Nathrezim s’empara des restes du démoniste.

Les démons infusèrent le crâne avec davantage de magie gangrenée, le rendant plus puissant encore. Arrivés à Kalimdor, Tichondrius et Mannoroth comptaient faire usage de ces énergies pour empoisonner les forêts d’Orneval et affaiblir ainsi le demi-dieu protégeant la région : Cénarius. Au demeurant, ils utilisèrent finalement le lien qu’ils avaient encore avec les Orcs pour manipuler Grommash Hurlenfer et ses Chanteguerres, qui tuèrent Cénarius à leur place.

Puisque les pouvoirs du crâne de Gul’dan étaient encore disponibles, Tichondrius les mit à profit pour empoisonner une partie des forêts à l’ouest du Mont Hyjal. Cela facilita l’avancée de la Légion sur le second Puits d’Eternité en détruisant une grande partie des protecteurs déployés autour de la source arcanique. La région ainsi souillée par la magie gangrenée serait dès lors connue sous le nom de Gangrebois.

Enfermé dans un cristal rouge, le crâne de Gul'dan corrompt peu à peu Gangrebois (World of Warcraft, quête Le crâne de Gul'dan) - World of Warcraft
Enfermé dans un cristal rouge, le crâne de Gul'dan corrompt peu à peu Gangrebois (World of Warcraft, quête Le crâne de Gul'dan)
Mystérieux cristal rouge

Avant World of Warcraft : Cataclysm, une suite de quêtes de Sombrivage demandait aux joueurs d’enquêter sur un mystérieux cristal rouge qui corrompait les chouettards de la région. La Sentinelle Glynda Nal’Shea soupçonnait que le cristal puisse être lié à la zone gangrenée de Gangrebois (quête Comme l'eau tombe en cascade). De plus, en examinant l’objet, les joueurs observaient des fragments d’os, ainsi qu’une moitié de mâchoire semblant appartenir à un humanoïde (quête Les fragments à l'intérieur). Il est donc possible que ce cristal rouge soit celui qui enfermait le crâne de Gul’dan à Gangrebois.

Dans la cinématique d’introduction de World of Warcraft : The Burning Crusade, l'os inférieur de la mâchoire est effectivement absent du crâne de Gul’dan.

Pendant ce temps, les Elfes de la Nuit qui peuplaient et gardaient ces terres n’étaient pas restés inactifs. Leur Grande Prêtresse, Tyrande Murmevent, avait décidé de libérer le « Traître » Illidan Hurlorage, emprisonné depuis 10 000 ans pour avoir créé le second Puits d’Eternité. Malgré ses convictions aux antipodes de celles du reste de son peuple, Illidan semblait à Tyrande un allié inestimable pour ses connaissances inégalées sur la Légion.

Attiré par une aura magique, Illidan se dirigea vers le nord de Gangrebois. Il rencontra sur sa route le chevalier de la mort Arthas Menethil, qui lui parla du crâne de Gul’dan protégé par le Nathrezim Tichondrius. Armé de cette mise en garde, l’Elfe se fraya un chemin jusqu’à la relique dont il s’appropria les pouvoirs et les souvenirs avant de tuer Tichondrius. Il avait mis un terme à la propagation inexorable de l’énergie gangrenée mais ce processus l’avait transformé en un véritable démon, et il fut par la suite exilé des terres elfes par son frère Malfurion et par Tyrande. Apparemment, le « Traître » rejeté par son peuple gardait en sa possession le crâne de Gul’dan.

World of Warcraft
Illidan avant et après sa transformation (quête Le crâne de Gul'dan) - World of Warcraft
Illidan avant et après sa transformation (quête Le crâne de Gul'dan)
Les souvenirs de Gul’dan

La transformation d’Illidan en un démon puissant attira l’attention de Kil’jaeden. Le Trompeur donna à l’ancien Elfe la mission de détruire le Roi Liche qui s’était émancipé de la Légion Ardente, la privant ainsi des forces du Fléau. Profitant de cette occasion d’en apprendre plus sur la Légion, Illidan accepta l’offre du Seigneur démon. Combinés avec ses propres connaissances de Suramar, les souvenirs de la Tombe de Sargeras puisés dans le crâne de Gul’dan lui permirent d’aller chercher l’Œil de Sargeras. Cette relique l’aida à lancer un sort puissant contre le Trône de Glace. Cependant, un assaut des Elfes de la Nuit empêcha Illidan de détruire définitivement le Roi Liche ; il savait que Kil’jaeden ne lui pardonnerait pas cet échec.

Retour au Temple Noir : Illidan, Seigneur de l’Outreterre – ans 20 à 26

Pour tenter d’échapper à la Légion Ardente, Illidan puisa à nouveau dans les souvenirs fournis par le crâne de Gul’dan et décida de se diriger vers la planète dépeuplée qu’il y découvrit : Draenor. Il arriva dans les restes désolés connus comme l’Outreterre, dont il réussit petit à petit à prendre le contrôle, installant le siège de son autorité dans un lieu de pouvoir : le Temple Noir.

Après avoir à nouveau échoué à éliminer le Roi Liche après un rappel à l’ordre de Kil’jaeden, Illidan s’installa définitivement en Outreterre, toujours en possession du crâne de Gul’dan. Etant données les capacités que nous connaissons à cette relique, il est très possible qu’elle ait conversé avec Illidan comme elle l’avait fait avec Ner’zhul.

Illidan en possession du crâne de Gul’dan (cinématique d’introduction de World of Warcraft  : The Burning Crusade)

Pendant World of Warcraft : The Burning Crusade, les forces de l’Alliance et de la Horde menèrent finalement un raid sur le Temple Noir pour mettre fin aux agissements du Traître. En tuant Illidan, les joueurs ont une chance d’obtenir en bijou le crâne de Gul’dan, qui ne fait cependant plus de victimes depuis la défaite du chasseur de démons (à notre connaissance).

La boucle est bouclée : le second Gul’dan meurt aux Îles Brisées – an 32

Gul’dan alternatif retourne à la Tombe de Sargeras

Dans la Draenor alternative atteinte par Garrosh Hurlenfer grâce aux pouvoirs temporels du dragon de bronze Kairozdormu, Gul’dan n’hésita pas non plus à vendre les Orcs à la Légion Ardente. Suite à l’échec de leur plan, le démoniste fut finalement envoyé sur notre Âme-Monde par Archimonde pour préparer la troisième invasion de la Légion.

Guidé par Kil’jaeden jusqu’à la Tombe de Sargeras, Gul’dan décida de ne pas s’en approprier les pouvoirs comme l’avait essayé son prédécesseur de notre réalité temporelle. Il choisit de continuer à faire la volonté de la Légion et garda la vie sauve, servant de lieutenant aux armées démoniaques dans la ville de Suramar.

Lors du raid sur le Palais Sacrenuit à Suramar, Illidan Hurlorage est ressuscité et tue Gul’dan en le submergeant d’énergies gangrenées. La cinématique de fin du raid fait écho à celle de World of Warcraft : The Burning Crusade, qui montre le chasseur de démons contemplant le crâne de Gul’dan qu’il tient dans la main. Cependant, contrairement à ce qu’il avait fait par le passé, Illidan détruisit immédiatement le reste du démoniste, empêchant la relique de propager encore sa corruption.

Illidan détruit le crâne du Gul’dan alternatif (cinématique de fin du raid Palais Sacrenuit, World of Warcraft : Legion)

Pour en savoir plus : les Histoires sans Faim sur Ner'zhul et Illidan

Ces émissions datent d'avant la publication des Chroniques, elles ne comprennent donc pas les dernières informations sur les personnages mais donnent déjà une vision d'ensemble utile.

0

L'actu

En Continu

15:55 WoW Classic : Avertissement et rappel concernant l'accès à la bêta
15:24 WoW Classic : Le premier stress test aura lieu cette nuit de 01h à 03h
15:22 WoW : Le correctif du jour est un nerf de Grong et Mekkanivelle en Mythique
15:08 WoW : Un très léger correctif a été appliqué à La cabale insatiable
15:00 WoW : Le Krolauk gorgedune est disponible du 22 au 28 mai à Vol'dun !
14:59 WoW : Les mascottes sont à l'honneur cette semaine en Azeroth
14:47 WoW : Finalement, aucun changement au niveau de l'Hébétement à la 8.2
16:04 WoW : Nouveau costume de Pépé : Méca-Pépé
15:37 WoW : L'équipement benthique de Nazjatar, l'Île du temps figé du Patch 8.2
15:26 WoW : Le guide intégral de la Conscience collective

Articles

recommandés

WoW : Les mascottes sont à l'honneur cette semaine en Azeroth
WoW 8.2 : La liste complète des équilibrages connus sur le PTR
La rédaction Millenium WoW a besoin de vous !

Guides

à découvrir

Guide du Prêtre Ombre de Tides of Vengeance
Guide du Chasseur Maîtrise des bêtes de Tides of Vengeance
Guide du Moine Tisse-Brume de Tides of Vengeance