Menu
Sekiro: Shadows Die Twice - Guides, soluce, secrets, gameplay etc.
Test Sekiro Shadows Die Twice sur PC, PS4, Xbox One
3

FromSoftware revient avec un titre purement japonais, ayant l'ambition de pousser encore plus loin la recette proposée par Dark Souls et Bloodborne. Incarnez un ninja en quête de vengeance, et préparez-vous à accumuler les rancunes en chemin.

Test Sekiro Shadows Die Twice sur PC, PS4, Xbox One
88

Une note c'est bien. Mais savoir d'où elle vient, c'est mieux ! Découvrez notre test en détails, ci-dessous.

À défaut d'avoir reçu une version de Sekiro Shadows Die Twice en avance pour vous livrer un test avant la sortie, nous avons exploré le jeu en profondeur dans le cadre de la préparation de nombreux guides. Autant dire que nous en avons mangé, et que nous avons terminé le jeu plusieurs fois, dans des modes de difficulté toujours plus élevés (les fameux NG+), ce qui nous a offert une perspective un peu différente, et nous l'espérons, un peu plus exhaustive du jeu. Voici ce que nous en avons pensé, dans ce test à froid.

Sekiro Shadows Die Twice - Trailer de lancement
  • Genre : Action, Infiltration, Dark Souls-Like
  • Date de sortie : 22 mars 2019
  • Plateforme : PC, Xbox One, PS4
  • Développeur : FromSoftware
  • Éditeur : Activision
  • Prix : 59,99 €
  • Testé sur PC

Un bras, et bientôt un pad en moins

Vers la fin de l'ère Sengoku, alias l'ère des luttes au Japon, vous allez incarner un shinobi, un ninja à la mémoire trouble, dont la mission sera d'aller sauver son jeune seigneur, dont le sang est très prisé pour ses qualités surnaturelles. Durant cette mission, il va perdre un bras, qui sera remplacé par une prothèse dotée d'outils fort utiles, qui l'aideront dans sa mission. Dans cette version fantastique, mais surtout très sombre du monde, il faudra braver des samouraïs, des shinobis et des créatures surnaturelles, à l'occasion, pour progresser, avant de vous prendre pour Highlander, ce qui va permettre de justifier, en termes d'histoire, une grande partie des mécanismes du jeu. Le scénario du jeu est classique dans les grandes lignes, voire prévisible, même si des passages étranges sont acceptés par les personnages sans sourciller, comme ramener des objets d'un rêve. Mais l'art de la narration très particulier utilisé dans Sekiro lui donne un charme mystérieux et une retenue devenue trop rare dans les grosses productions. Comme nous allons le voir, cest plus coloré et généralement plus ancré dans la réalité que les titres précédents du studio, du moins au premier abord. Nous sommes bien loin de l'ambiance Lovecraftienne et oppressante d'un Bloodborne par exemple.

Hé ! Je peux vous entendre ! - Sekiro : Shadows Die Twice
Hé ! Je peux vous entendre !
On va voir qui est le couard. - Sekiro : Shadows Die Twice
On va voir qui est le couard.

Comme souvent, dans les autres titres de FromSoftware, l'histoire de Sekiro est loin d'être inintéressante, mais elle sait rester au second plan afin de ne pas vous détourner du cœur de l'expérience qu'il a à proposer : le gameplay. Elle est donc parcellaire, voire quasi-incompréhensible si vous n'avez pas fait attention à la moindre miette d'information mise à votre disposition, et si vous n'avez pas pris la peine de réfléchir aux implications de ce qui vous a été dit. Il en est de même si vous n'avez pas pensé à lire la description de tous les objets. Les quelques personnages que vous rencontrerez ne s'avèrent pas envahissants ni trop bavards (contrairement aux habitants d'un certain fort). Et ils ne vous raconteront pas spontanément leur vie, leur histoire et leurs problèmes, ils sont néanmoins un peu plus coopératifs que dans les précédents titres du studio, surtout si vous prenez la peine de les espionner en bon shinobi. Oubliez les méchants qui sèment leur journal intime en 12 tomes dans 12 lieux différents pour raconter leur histoire et leur plan machiavélique. Il faudra tout passer au peigne fin entre deux morts (où aller lire les théories des fans sur un wiki) pour tenter de comprendre toute l'histoire.

Pourquoi personne ne rigole bizarrement dans ce jeu ? - Sekiro : Shadows Die Twice
Pourquoi personne ne rigole bizarrement dans ce jeu ?

Assassin's Attack on Spider Hunter: World

L'un des plus gros changements d'épaule de FromSoftware en termes de gameplay dans Sekiro Shadows Die Twice provient de l'addition du grappin, combiné à la discrétion façon Assassin's Creed, qui viennent s'ajouter à la grande agilité de notre vaillant shinobi, capable de bondir sur les murs, obstacles et ennemis, ou de s'accrocher à des corniches étroites. Déjà présent dans Tenchu, le grappin ressemble ici davantage à la version présente dans de nombreux titres récents, ce qui permet de repenser le level design. La verticalité est à présent fondamentale, et les niveaux sont plus complexes et interconnectés que jamais, même si le respect relatif de l'architecture de l'époque a certainement empêché les développeurs de véritablement donner vie à leurs idées les plus folles. Cela donne dans tous les cas véritablement l'impression de jouer un shinobi d'anime, capable de courir sur les toits et d'échapper à ses ennemis lourdauds comme pour rire. Cela vous offre aussi l'opportunité de frapper en premier à de nombreuses occasions. Il est difficile de faire plus classe et satisfaisant que de sauter du haut d'une pagode pour atterrir sur le dos d'un mini-boss pénible, et de lui enfoncer son katana, jusqu'à la garde, dans le cou. Cela permet aussi de se faufiler dans son dos et de lui trancher la gorge en lâchant une réplique edgy. Bon, il se relève ensuite pour un duel, mais si les choses tournent mal, dans la majorité des cas vous pourrez tout de même fuir et recommencer plus tard. C'est aussi dans ce domaine que le système de résurrection brille et montre à quel point des efforts ont été faits pour rendre le jeu plus accessible à tous.

Sekiro : Shadows Die Twice
Sekiro : Shadows Die Twice

Cette verticalité des niveaux est bien exploitée, puisque vous n'êtes pas le seul ninja des environs, les différents clans ont leurs propres méthodes de combats et instruments. Il est rare qu'un jeu qui ne vous fait affronter quasiment que des humains atteigne un tel niveau de variété. Que ce soient des nabots lanceurs de poison, des lanceurs de shurikens enflammés qui sautent depuis un cerf-volant dans les airs, ou des maîtres des arts martiaux qui vont littéralement vous botter les fesses, vous ne serez pas déçu. Les nombreux fusiliers et archers ne manqueront pas de vous faire tomber de vos grands chevaux non plus. Il est juste dommage que, Japon de l'ère Sengoku oblige, nous n'ayons pas droit aux habituels pièges mécaniques infâmes rencontrés dans les précédents titres. Mais cela peut être considéré comme un bon point pour certains. Généralement, les niveaux restent relativement réalistes, nous sommes loin des châteaux gargantuesques d'un Dark Souls par exemple. Cependant, naviguer entre les montagnes, châteaux et pagodes d'Ashina est une aventure mémorable, voire contemplative par moments. Certains lieux sont magnifiques et poétiques, ce qui change, mais ils cachent généralement des horreurs et atrocités sans nom dans leurs entrailles.

Dites vous bien que vous pourrez grimper sur chacun de ces bâtiments. - Sekiro : Shadows Die Twice
Dites vous bien que vous pourrez grimper sur chacun de ces bâtiments.

La grande agilité et le grappin font que l'exploration est plus complexe et intéressante que jamais. C'est une part importante de Sekiro, du moins en termes d'expérience pour le joueur. Chercher des secrets dans tous les coins entre deux boss permet de souffler un peu, voire de véritablement souffler. Vous n'allez pas plonger instantanément vers votre mort au moindre faux pas sur une plateforme. En bon shinobi, le protagoniste va automatiquement rester sur son support tant que vous ne décidez pas de sauter, et même un saut mal jaugé au fond d'un précipice sans fond ne vous fera perdre qu'un peu de vie. Cela finit donc de retirer la pression durant la phase d'exploration entre les boss, du moins, jusqu'à ce que cela vous mène à un des nombreux mini-boss facultatifs qui sont méchamment retors.

Sekiro : Shadows Die Twice

Soulsborne sauce samouraï, mais pas que...

Le véritable cœur de Sekiro et son âme tiennent dans ses duels à l'épée. Oubliez les ennemis surpuissants et inhumains contre lesquels le héros ne peut que tenter d'esquiver en donnant quelques pathétiques coups de cure-dent jusqu'à ce que mort s'ensuive, pour l'un ou l'autre. Il y a quelques monstres impressionnants, mais dans la majorité des cas, vous êtes leur égal. Vous pouvez tuer tous les ennemis normaux du jeu avec une technique d'assassinat dans le dos, et même les mini-boss, voire certains boss qui n'y sont pas immunisés. Cela leur fait perdre une de leurs deux barres de vie dans ce cas. Il s'en suit un duel à l'arme blanche digne des meilleurs films du genre, avec parades, feintes, contres, esquives. Presque toutes les attaques du jeu peuvent être bloquées avec votre épée, voire parées si vous avez un bon timing, ce qui va préserver votre jauge de posture et remplir celle de l'adversaire. Exit la jauge de stamina/endurance, qui limitait vos coups et vos actions dans les Dark Soul et Bloodborne entre autres, ici, vous pouvez attaquer en boucle, sprinter, sauter et esquiver sans limites, mais la jauge de posture qui la remplace a d'autres limitations. Bloquer des coups ou en recevoir va la remplir, et une fois pleine, elle se vide, mais votre personnage trébuche, ce qui l'expose à une attaque potentiellement mortelle sans pouvoir rien faire durant un instant. Par contre, si c'est la barre de posture de l'ennemi qui est remplie, vous allez profiter de l'opportunité offerte pour porter un coup mortel qui va le tuer instantanément ou vider sa barre de vie actuelle, même si c'est un boss.

Parfois la souffrance n'est qu'à un pas. - Sekiro : Shadows Die Twice
Parfois la souffrance n'est qu'à un pas.
De nombreuses techniques sont sur les boss. - Sekiro : Shadows Die Twice
De nombreuses techniques sont sur les boss.

Il en résulte une évolution fascinante du système de combat. Au lieu de simplement chercher à porter des coups à l'ennemi jusqu'à épuiser sa barre de vie, vous allez plutôt chercher à le déséquilibrer et à vous offrir une opportunité de donner un coup décisif, par exemple dans la gorge ou dans le cœur. Vous allez donc devoir trouver un bon équilibre entre attaque et défense pour parvenir à ce résultat. Il faut maintenir la pression, éroder la vie de votre cible pour ralentir le rétablissement de sa posture, parer ses enchaînements rapides d'attaques, qui bien que fort redoutables l'exposent aussi à une perte de posture. Tout cela accompagne une révision en profondeur des méthodes de défense. Bloquer et parer sont ici bien plus faciles et efficaces, comme mentionné plus haut, mais ce n'est pas tout. Certaines attaques ne peuvent être bloquées, comme un balayage bas ou trop puissant, ou un coup d'estoc. Le balayage s'évite en sautant, ce qui peut aussi permettre de sauter directement sur son adversaire qui s'est exposé, afin de le déséquilibrer davantage et l'attaquer en plein vol. Il y a aussi une esquive, un peu similaire à la roulade des jeux précédents, mais moins efficace. Pour finir, il y a un contre spécialisé contre les coups d'estoc, nommé contre mikiri, qui est très classe, il consiste à marcher sur l'arme de l'ennemi afin de la plaquer au sol. Cela donne, en gros, 4 façons d'éviter les coups, plutôt que 2, ce qui complique fortement les choses et rend les combats bien plus techniques (certains diront difficiles).

Une image que vous verrez (trop) souvent. - Sekiro : Shadows Die Twice
Une image que vous verrez (trop) souvent.
Au moins, le sang est au rendez-vous. - Sekiro : Shadows Die Twice
Au moins, le sang est au rendez-vous.

Le descriptif le plus utilisé : sévère mais juste

Il ne suffit pas d'esquiver en boucle. Bien que ce soit possible pour un expert, ce sera généralement une transition douloureuse pour les vétérans du genre. Il est bien plus efficace d'utiliser le contre adapté à chaque technique pour faire grimper la jauge de posture de l'ennemi. Heureusement, les animations souvent très travaillées des ennemis permettent d'anticiper l'attaque qui arrive en fonction de leur position, et un kanji rouge va vous avertir lorsqu'une attaque spéciale presque impossible à bloquer arrive. Il faudra alors réagir de la bonne manière. En jouant de la bonne façon, au lieu de passer 15 minutes sur un boss à faire du hit and run pour épuiser sa vie, vous pouvez le tuer en une ou deux minutes intenses en remplissant sa jauge de posture, alors que sa vie est à 80% ou plus. Cela peut sembler étrange, mais cela donne bien plus l'impression de l'avoir vaincu et de l'avoir battu dans un duel à l'épée. C'est aussi plus réaliste en un sens, de trouver une faille dans la garde d'un épéiste ennemi et de le tuer, que d'avoir à l'user avec 150 coups. Il convient de préciser qu'à moins d'acheter Sekiro sur PC et d'utiliser des mods, il n'y a pas de raccourcis, car il n'y a pas du tout d'élément multijoueur. Cela nous prive de messages amusants au sol, mais surtout de l'assistance (ou de l'ingérence) d'autres joueurs. Tout est vraiment désigné pour un duel, et c'est probablement mieux ainsi. Sauf si vous utilisez un Ninjutsu pour transformer un ennemi en pantin à votre service, mais c'est une autre histoire.

Un passage initiatique pour tous les joueurs. - Sekiro : Shadows Die Twice
Un passage initiatique pour tous les joueurs.
Robert ! - Sekiro : Shadows Die Twice
Robert !

Votre shinobi est un personnage fixe, Le Loup, dont la majorité de l'équipement est lui aussi immuable (du moins davantage que son bras gauche). Vous ne pourrez donc pas choisir de jouer mage, ni avec 2 grandes épées, ni tank avec un bouclier permanent. Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'évolution. La gamme variée d'outils mis à disposition sur son bras prothétique va du shuriken au bouclier, en passant par la hache, la lance et le lance-flammes entre autres. Vous pouvez en grande partie moduler votre façon de jouer en fonction de ce que vous préférez, ou pour pallier à vos faiblesses. Plusieurs arbres de talents permettent aussi d'orienter votre personnage dans différentes directions en fonction de vos préférences, par exemple la furtivité ou le combat pur, même si le fait de pouvoir tout prendre, à terme, gomme un peu l'individualité de la chose. Viennent ensuite les arts de combat, qui sont des techniques spécialisées fort utiles, comme un coup à longue portée, ou un coup de pied tourbillonnant. En piochant d'une manière avisée dans tout cela, et en espionnant vos ennemis, vous pourrez parfois trouver les faiblesses des boss afin de grandement faciliter le combat. Par exemple, il peut être vulnérable au feu, facilement effrayé par le bruit, ou ses illusions peuvent être dissipées par un certain objet. Cela fait aussi partie du plaisir de l'exploration et de l'impression d'être un ninja prêt à tout.

Sekiro : Shadows Die Twice
Sekiro : Shadows Die Twice

Les boss vont occuper la majeure partie de votre temps de jeu sur Sekiro, que ce soient les boss principaux obligatoires et optionnels, ou les mini-boss souvent optionnels. Vous devez avoir une idée de leur fonctionnement à présent, ils disposent de plusieurs barres de vie, et chacun dispose d'attaques, de combos et de techniques qui lui sont propres. Mais ils sont aussi intimement liés à la progression. Les gains de niveaux ne vous feront pas gagner de statistiques pures dans Sekiro, juste des points de compétence, qui ont tout de même un impact limité. Si vous souhaitez augmenter votre vie, votre posture et vos dégâts, le seul moyen est de tuer les différents types de boss. Il n'y a pas de raccourcis non plus en la matière. Ce n'est pas parce que ce général peut être contourné que vous devriez le faire. Car non seulement, vous allez gagner en puissance pure, mais vous allez aussi progresser en tant que joueur, et c'est probablement encore plus important. N'espérez pas passer beaucoup de boss par la force brute ni par la chance, ils sont généralement trop vicieux et rapides pour cela. De plus, de nombreux mini-boss sont des tutoriels sévères, placés là pour votre bien, comme ce samouraï qui dégaine plus vite que son ombre et va vous tuer quasi-instantanément si vous ne parez pas correctement. Vous pouvez utiliser la prothèse bouclier pour rendre les choses plus faciles, ou vous pouvez simplement prendre un autre chemin qui est caché pour atteindre le boss derrière lui. Mais le tuer normalement vous inculquera comment jouer pour continuer de progresser. Qui plus est, ces différentes méthodes, qui n'attendent que d'être découvertes, ne sont pas la seule issue de secours laissée par les développeurs. De nombreuses sections du jeu peuvent être explorées en même temps, votre aventure n'est pas linéaire. Cela veut dire que si vous bloquez sur un boss particulier, et que rien n'y fait, ce n'est pas un drame, vous pouvez prendre un autre embranchement et explorer une autre région, ce qui vous permettra d'obtenir les bons outils pour l'éliminer. Parfois, vous allez tout simplement progresser en tant que joueur, et surmonter cet obstacle par vous-même, après avoir appris à effectuer un mikiri ou pris le réflexe de sauter au bon moment, par exemple.

Sekiro : Shadows Die Twice

Il est dommage que nous n'ayons pas encore trouvé comment gérer cette maudite caméra par contre, même après tout ce temps. Le verrouillage de cible, qui s'avère fort utile, voire presque obligatoire sur les boss afin de pouvoir suivre leurs mouvements avec précision et y réagir, est pour le moins capricieux. La caméra perd sa cible si celle-ci passe derrière un obstacle, même si il s'agit d'un étroit pilier en bois dans la salle (vous allez vite découvrir laquelle). C'est encore pire pour les ennemis aériens qui passent au-dessus, voire derrière vous. Plutôt que de faire un 180° et de vous aider à faire demi-tour rapidement, elle va perdre sa cible et va vous exposer à un coup dans le dos. Elle a aussi tendance à mal se positionner dans les lieux étroits et à adopter un angle de vision du dessus, plutôt que de passer à travers l'obstacle et à l'afficher en semi-transparence. Tout cela est rageant sur quelques combats, mais heureusement, pas suffisamment fréquent pour gâcher l'expérience générale.

Sekiro : Shadows Die Twice
Sekiro : Shadows Die Twice

Le débat éternel de la difficulté : Sekiro est-il trop dur ? (Spoiler : non)

Évidemment, quand un jeu de FromSoftware sort, les joueurs dits "hardcore" se jettent dessus en connaissance de cause. Ils en attendent une difficulté punitive afin de prendre plaisir à relever ses défis. Mais c'est loin d'être un plaisir cherché par tous, que ce soit un grand public qui n'a pas forcément pris la peine de bien se renseigner, ou des joueurs qui se disent hardcore et aimer la difficulté, du moins jusqu'à ce que leur patience s'étiole après quelques morts. Nous pouvons en toute bonne foi dire que Sekiro est, de très loin, le jeu le plus accessible du studio. La courbe de progression est relativement douce, et le tutoriel est bien pensé. La présence d'Henbei l'immortel est une bénédiction, puisqu'il permet de s'entraîner à volonté afin de maîtriser chaque facette des combats. Encore une fois, le gameplay aussi accommode les joueurs, avec les résurrections, mais encore une fois, en forçant le joueur à apprendre à jouer correctement avant qu'il ait l'impression de se heurter à un mur impénétrable.

Un mode pause et même une carte (peu utile mais jolie), FromSoftware fait des progrès. - Sekiro : Shadows Die Twice
Un mode pause et même une carte (peu utile mais jolie), FromSoftware fait des progrès.

Qui plus est, il semble que les développeurs aient gardé sous contrôle leur fibre sadique cette fois. Vous n'avez pas d'ennemis ou de pièges vicieux planqués un peu partout afin de profiter de l'angle mort de la caméra pour vous attaquer. Et les rares occasions où cela arrive, la résurrection est là, ce qui réduit fortement la frustration, et vous permet de rattraper la chose. Même chose avec le vide, mortel dans les autres jeux, et ici relativement clément, à plus d'un titre. Au final, Sekiro donne l'impression d'être difficile, car ses boss sont techniques, ils demandent de maîtriser correctement toutes les commandes, et d'apprendre à gérer leurs attaques. Même sans avoir des réflexes fantastiques, c'est quelque chose qui finit par être compris, à un rythme plus ou moins rapide, parfois en un ou deux essais, parfois en plusieurs dizaines. Mais le fait qu'un point de réapparition n'est jamais loin du boss, et que les ennemis normaux peuvent être évités avec une grande facilité autorise cette différence fondamentale. Tenter de foncer jusqu'au boss dans un Bloodborne ou un Dark Souls demandait généralement d'affronter de nombreux ennemis pénibles, et de prendre le risque de tomber dans le vide.

Bonjour, je ne fais que passer. - Sekiro : Shadows Die Twice
Bonjour, je ne fais que passer.

Ironiquement, le fait que Sekiro ne soit pas trop difficile, et que son gameplay est à la fois bien conçu et bien équilibré devient évident quand on se lance une partie en New Game Plus, après avoir vaincu le dernier boss, ce qui augmente la difficulté. Ce n'est pas une possibilité qui nous avait particulièrement séduite dans les précédents titres du studio, mais dans le cas présent, nous avons éprouvé l'envie de mettre notre maîtrise du gameplay nouvellement acquise à l'épreuve, face à des ennemis et boss qui nous ont fait suer de longues heures. Nous n'étions pas simplement soulagé d'en avoir terminé, nous avions soif du sang des boss, soif de prouver que nous avions progressé. Même avec la difficulté relevée d'un cran et une barre de posture qui se régénère plus lentement, les mini-boss et boss sont tombés très rapidement sous nos coups, en seulement quelques heures, nous avons pu atteindre la fin du jeu à nouveau, alors que la première fois il nous avait fallu plus de 40 heures. Quelques ajustements doivent être faits, en particulier pour gérer sa barre de posture et apprendre à dévier proprement plutôt qu'à bloquer, mais c'est incroyablement satisfaisant d'affronter ces fantastiques tueurs en tant que shinobi d'élite, et de les vaincre. Ce n'est pas un exercice auquel nous nous serions livré dans un Dark Souls ou Bloodborne, dans lesquels on a bien plus souvent l'impression d'avoir bien esquivé et eu un peu de chance sur un boss, plutôt que d'avoir pris la peine d'apprendre à gérer parfaitement chacune de ses attaques, puis d'avoir appris à profiter de l'opportunité d'attaque qui en résultait, même s'il y avait des exceptions notables, en particulier dans les DLC. Cela donne dans tous les cas l'impression d'avoir vraiment maîtrisé le jeu, même en continuant d'augmenter la difficulté dans les NG+ successifs. Le fait d'être patient, méthodique, et d'apprendre à jouer d'une façon consciente fait pleinement partie de l'expérience de jeu, même si ce n'est pas un exercice destiné à tous, en particulier ceux qui manquent de temps ou de patience.

Vous pouvez même nourrir les poissons. - Sekiro : Shadows Die Twice
Vous pouvez même nourrir les poissons.
Le bon outil au bon moment. - Sekiro : Shadows Die Twice
Le bon outil au bon moment.

L'ombre peut mourir 200 fois

Néanmoins, il convient de souligner un point sur lequel Sekiro pèche à nos yeux, les mécanismes du système de mort. Celui-ci ressemble à une sorte de compromis mal conçu qui ne satisfait personne. Pour mémoire, ou pour info, si vous n'avez pas joué à des Dark Souls ni à Bloodborne, en cas de mort, vous perdez toute l'expérience en stock, il faut rejoindre votre corps sans mourir à nouveau pour la récupérer. En cas de mort prématurée, tout est perdu. C'est punitif, surtout avec les pièges et les ennemis mortels sur le chemin, mais c'est à la fois juste et prévisible. Dans Sekiro, vous pouvez revenir à la vie instantanément et sur place, mais si vous mourez à nouveau sans récupérer de charge de résurrection, vous perdez 50% de votre argent et de l'expérience en stock, et ils sont irrécupérables. Vous avez 30% de chances de ne rien perdre, mais vous ne pourrez pas compter dessus. De plus, parfois, après être mort plusieurs fois sur un boss, vous n'avez plus rien à perdre, mais le bonus se déclenche dans le vide et n'a aucun effet. Les joueurs bien avisés vont donc généralement s'arranger pour n'avoir ni argent ni expérience avant d'entamer un boss, ce qui élimine totalement les pénalités de mort, d'autant que les ennemis en chemin peuvent être esquivés.

Sekiro est riche à la fois en beauté et en laideur. - Sekiro : Shadows Die Twice
Sekiro est riche à la fois en beauté et en laideur.

Pour éviter ce problème tout en liant vos résurrections à l'histoire, et peut-être pour donner une certaine gravité à la chose, chacune de vos morts va répandre un peu plus une grave épidémie dans la région. Sans vous spoiler, nous pensions que cela allait avoir des implications sur l'histoire et la fin, de la même manière que tuer des gens dans Dishonored allait répandre la maladie. Mais que nenni, c'est simplement lié à une petite quête optionnelle, réduit vos chances de ne pas perdre d'expérience à la mort, et peut être facilement soigné. C'est une belle opportunité manquée, et la mort est donc gratuite, c'est-à-dire dénuée de pénalités la plupart du temps, et même d'implications scénaristiques. Un comble et une petite déception dans un jeu FromSoftware.

Les animations des exécutions sont plaisantes, sans chercher à en faire trop. - Sekiro : Shadows Die Twice
Les animations des exécutions sont plaisantes, sans chercher à en faire trop.
88

Sekiro Shadows Die Twice marque un tournant dans le genre en nous offrant des combats et duels à l'épée complexes, sublimes et précis, qui faisaient défaut à ses prédécesseurs, et dont les successeurs auront à s'inspirer pour ne pas faire pâle figure. Ce n'est plus simplement apprendre en mourant de façon répétée et injuste, mais peaufiner ses talents en tant que joueur, et chercher des solutions et des méthodes pour passer chaque boss, autrement qu'en faisant une roulade au bon moment avant de donner quelques coups. C'est aussi plus beau que les précédents jeux de FromSoftware, et moins oppressant, tout en étant bien plus ouvert et accessible à un nouveau public, sans pour autant renier sa formule hardcore, bien au contraire, qui a simplement évolué en bien. Cependant, nous aurions aimé un contenu plus conséquent, même si cela peut sembler un peu ingrat de notre part avec une centaine d'heures passées dessus. Parce que le jeu est excellent, nous brûlons d'envie d'affronter plus de boss d'un côté, et de l'autre, le jeu ne nous a pas permis de rencontrer les pièges vicieux et l'architecture labyrinthique qui auraient pleinement exploité toute la mobilité du Loup à un bras. Mis à part cela, la seule ombre au tableau est la caméra avec son mode de verrouillage de cible, qui a tendance à partir en vrille et à perdre le boss dans les pires moments et aux pires endroits, ce qui est frustrant et incompréhensible vu l'évidence du problème. C'est même encore pire contre plusieurs adversaires, mais cela ne nous empêche pas de recommander vivement Sekiro, si vous aimez le plaisir qui accompagne le fait d'apprendre à surmonter chaque obstacle.

Difficile mais juste, et satisfaisant
Le plaisir d'apprendre à jouer et de progresser
Des hitboxes souvent chirurgicales
Plusieurs façons d'aborder les affrontements
Gameplay varié et profond
Un univers sombre mais poétique
Des niveaux verticaux, ouverts et liés
Les voix japonaises disponibles
Joli et plaisant à explorer
Absolument pas pour tout le monde
La caméra de ciblage parfois horripilante
Quelques boss un peu ratés
Le système de pénalité en cas de mort, mal conçu, et mal exploité à la fois mécaniquement et scénaristiquement
Un mode NG+ qui pourrait apporter plus
Il va être difficile de rejouer aux précédents Soulsborne après ça
3
Momo Edda il y a 4 mois

"Il va être difficile de rejouer aux précédents Soulsborne après ça" <br /> <br /> Tout le contraire pour moi! Après Sekiro, j'ai décidé de me retaper la trilogie Dark Souls + Bloodborne pour revoir la difficulté des précédents opus, mais aussi pour comparer et revivre leur gameplays.

Momo Edda il y a 4 mois

"Il va être difficile de rejouer aux précédents Soulsborne après ça" <br /> <br /> Tout le contraire pour moi! Après Sekiro, j'ai décidé de me retaper la trilogie Dark Souls + Bloodborne pour revoir la difficulté des précédents opus, mais aussi pour comparer et revivre leur gameplays.

Quentin Montfort il y a 4 mois

"Il va être difficile de rejouer aux précédents Soulsborne après ça" <br /> <br /> Vous êtes vraiment hilarants ..

L'actu

En Continu

12:11 Calendrier des sorties de jeux
14:53 Sekiro : Aucun DLC de prévu d'après une rumeur
16:49 Sekiro : Shadows Die Twice : Activision dresse un bilan enthousiaste
10:25 Sekiro : Un manga préquel arrive le 27 mai
10:26 Sekiro Shadows Die Twice : Le Patch 1.03 déployé aujourd'hui
14:14 Guide Sekiro : Obtenir des Confettis divins
11:18 Guide Sekiro : Escamoter Kotaro & sa quête
18:05 Sekiro Shadows Die Twice vendu à plus de 2 millions d'exemplaires
17:27 Guide Sekiro : La boite à offrandes
15:35 Guide Sekiro : La Dent creuse de Hanbei l'immortel

Articles

recommandés

Sekiro Shadows Die Twice : Guides de tous les boss
Sekiro Shadows Die Twice : Tous les outils du bras prosthétique shinobi
Calendrier des sorties de jeux

Guides

à découvrir

Calendrier des sorties de jeux
Guide Sekiro Shadows Die Twice : Toutes les fins & leur cinématique
Sekiro Shadows Die Twice : Guides de tous les boss