Menu
Millenium / Actualités jeux vidéo / Top Jeux / Soluce, guides, astuces /

Test Warhammer Chaosbane sur PC, PS4, Xbox One

Tous nos guides complets
Test Warhammer Chaosbane sur PC, PS4, Xbox One
1

L'univers de Warhammer est maintenant largement répandu dans le monde du jeu vidéo. Il est l'heure de voir ce que le dernier née, nommé Chaosbane, un hack and slash développé par Eko Software, et lourdement inspiré de Diablo, a dans le ventre.

Test Warhammer Chaosbane sur PC, PS4, Xbox One
70

Une note c'est bien. Mais savoir d'où elle vient, c'est mieux ! Découvrez notre test en détails, ci-dessous.

Warhammer est sûrement l’un des univers fantastiques les plus denses et complexe qui soit. Mais c’est aussi probablement le plus manichéen. Rien de plus simple donc pour en faire des jeux où l’on affronte les forces du mal, ce qu’une pléthore d’éditeurs ne se sont pas privés de faire, souvent avec un résultat souvent assez moyen mais parfois très correct. Warhammer Chaosbane est le dernier jeu en date issu de cet univers, mais aussi la première entrée dans la version médiévale du genre très éprouvé des Hack'n Slash. L’heure est donc venue de voir ce que donne la fusion de ces deux mondes.

Trailer de Warhammer Chaosbane
  • Genre : Hack'n Slash
  • Date de sortie : 4 juin 2019
  • Plateforme : PC, Xbox One, PS4
  • Développeur : Eko Software
  • Éditeur : Bigben Interactive, Games Workshop
  • Prix : 49,99€
  • Testé sur : PC

Pour savoir mettre l’ambiance…

Avant de rentrer dans le vif du sujet, penchons-nous un peu sur le contexte historique dans lequel se situe le jeu. Disons-le d’emblée, celui-ci sert de prétexte. Cependant, il a le mérite de se situer dans une partie de l’histoire qui n’a été que très peu abordée jusqu’ici, à savoir l’ascension de l’empereur Magnus. Le choix de cette époque est plus que bienvenue et contraste avec la tendance majoritaire qui tend à s’intéresser à la période de « La fin des temps ».

C’est donc dans ce contexte que vous êtes amené à jouer l’un des quatre personnages principaux : un homme, un nain, un haut elfe et une elfe sylvain. Chacun d’entre eux possède sa propre histoire, même s’il s’agit ici d’un bien grand mot, car hormis une cinématique d’introduction et de conclusions, ainsi que quelques dialogues spécifiques, vous vivrez peu ou prou la même expérience à chaque fois. Ce qui est bien dommage quand on sait que la force de l’univers de Warhammer réside principalement dans la richesse de son univers. Il ne faudra pas non plus compter sur l’intrigue principale qui a juste le mérite d’exister. Non, la force du jeu se trouve ailleurs, mais nous y viendrons.

On dire ce que l'on veut ... ça envoi. - Top Jeux
On dire ce que l'on veut ... ça envoi.

Lorsque l’on parle de Warhammer, les attributs sombres, terrifiants, voire cauchemardesques viennent rapidement à l’esprit. La transcription de ce type d’atmosphère n’est pas toujours chose aisée, et il est souvent complexe de trouver la bonne limite entre trop peu et juste trop. Sans être transcendante, celle retransmise au travers de Warhammer Chaosbane remplit son office, notamment grâce à son bestiaire directement inspiré des figurines du jeu de plateau originel. On pourra peut-être reprocher aux développeurs leur manque de prise de risques à ce niveau, mais il serait néanmoins bête de bouder son plaisir face à des modélisations plutôt fidèles. Même s’il faut bien avouer que le moteur graphique utilisé pour le jeu est un peu vieillot, le côté pastel apporté aux textures sert ici bien le propos. On regrettera quand même l’absence de sang au sol lorsque vos ennemis meurent. Sans parler d’effusion d’hémoglobine, cela aurait pu apporter un peu plus de cachet et de crédibilité au jeu.

Les différents décors remplissent eux aussi leur office. Bien que très (trop) peu nombreux et parfois très (trop) sobres, ceux-ci sont parsemés de plusieurs petits détails bienvenus. Cette sobriété, critiquable à plusieurs égards, permet au moins d’offrir une meilleure lisibilité de l’action qui se déroule. En effet, Hack’n Slash oblige, vous n’échapperez pas aux hordes infinies d’ennemis venant se déverser sur vous, vous obligeant à déchaîner un torrent de sorts et d’effets pyrotechniques pour en venir à bout. Et malgré cette action omniprésente, le jeu reste très lisible et fluide, même lorsque votre écran est saturé.

On ne dirait pas, mais en fait c'est super clair. - Top Jeux
On ne dirait pas, mais en fait c'est super clair.

…Il faut avoir la classe

Afin de massacrer joyeusement vos adversaires, vous pourrez donc choisir une des quatre races disponibles. Notez ici qu’il n’est ici pas possible de personnaliser la création de votre personnage, tant au niveau physique que technique. Chaque race est affiliée à une classe. On retrouvera donc le typique guerrier nain, le mage Haut Elfe, le soldat Humain ou encore le ranger Elfe Sylvain. Afin de combler ce manque, les développeurs ont misé sur la diversité des sorts et talents disponibles. Car si on est certes loin des cadors du genre, il faut avouer que Warhammer Chaosbane propose un choix tout à fait honorable en ce qui concerne la personnalisation de vos compétences.

Celles-ci se débloquent de deux manières différentes. La première consistera à monter des niveaux (jusqu’à un maximum de 50) afin d’acquérir automatiquement des capacités actives et passives. La seconde sera d’investir des points dans votre arbre de talent. Celui-ci vous permettra également d’augmenter vos attributs passifs tels que votre vie, vos dégâts, votre génération de ressources. Ces mécaniques permettent une certaine souplesse sur le choix de vos compétences même s’il faut avouer qu’elles ne sont pas d’une originalité débordante.

Osez dire que ça n'en jette pas un max. - Top Jeux
Osez dire que ça n'en jette pas un max.

Car il faut bien avouer que Warhammer Chaosbane ne s’est pas trop attardé sur les détails, et c’est bien là son principal défaut. Le monde du Hack’n Slash est par définition très répétitif dans son exécution. Cependant, au fil du temps, plusieurs mécaniques ont été trouvées afin de ne pas lasser les joueurs en renouvelant sans cesse l’expérience de jeu à chaque session. Malheureusement, ici, la plupart d’entre elles manquent à l’appel. Exit donc la génération aléatoire de niveaux et de mini-boss. Sur les quatre actes qui composent le jeu, vous n’aurez le droit qu’à 2, voire 3 cartes par acte, tout au plus. Pour chacune d’entre elles, il ne s’agira que de longs couloirs remplis d’ennemis sans grandes subtilités, avec quelques détours pour trouver des coffres à fouiller. Alors oui, vous trouverez certaines créatures plus robustes que les autres, mais celles-ci sont toujours identiques et souvent placées au même endroit. Seuls les boss de chaque acte parviennent à vous faire sortir de cette routine. Associant des combats techniques à un design réussi, ces derniers offrent un vrai défi, surtout à haut niveau. C’est d’ailleurs sur eux que vous trouverez la plupart du temps les meilleurs équipements.

Un arbre de talent aux multiples facettes. - Top Jeux
Un arbre de talent aux multiples facettes.
Les boss ont vraiment la classe. - Top Jeux
Les boss ont vraiment la classe.

À ce propos, il faut noter que le jeu fait encore une fois dans le minimalisme. Il fait également fit du système de création d’objets. Vous ne trouverez qu’un seul type d’arme et d’armure par classe et l’interface visiblement pensée pour les console ne vous demandera qu’un ou deux clics pour équiper directement le meilleur équipement de votre inventaire. Même si la plupart des pièces proposent quelques subtilités dans leur statistique, il semblera que les développeurs aient oublié d’indiquer à quoi servaient certaines caractéristiques. Le jeu est d'ailleurs globalement avare en explication. Par exemple, il nous a fallu farfouiller dans le menu de configuration des touches pour trouver comment utiliser la compétence associée à la soif de sang.

Par ailleurs, ne prenez pas la peine de chercher un marchant où dépenser votre or, celui-ci vous servira uniquement à payer vos réapparitions ou vos points de talents. En dehors des rares PNJ de quêtes, les seules interactions que vous aurez seront avec votre coffre et un vendeur vous permettant de vider votre stock d’objets en échange de point de réputation. Réputation qui, après un certain temps, vous permettra de débloquer des compétences passives parfois très intéressantes.

Video de gameplay du tueur nain

À plusieurs tout est meilleur

Cependant, il faut noter que se concentrer sur le jeu solo serait perdre de vue la façon dont le jeu a été pensé. Car si le jeu possède bien des problèmes flagrants, il faut bien avouer que ce dernier joue la carte du multijoueur à fond. Ce qui est généralement vrai dans le monde Hack’n Slash ne fait pas exception ici. Alors qu’un joueur aguerri pourra se balader sans trop de difficulté en solitaire, les choses se corsent à plusieurs avec des ennemis bien plus résistants. Les combats deviennent donc très vite tactiques et il faut savoir jouer des différentes mécaniques de sa classe pour venir à bout de vos adversaires. Ces dernières sont d’ailleurs suffisamment bien pensée pour offrir un large panel de possibilité en multijoueur. Il sera donc très plaisant de passer du temps avec vos compagnons pour optimiser vos sorts afin de trouver la meilleure synergie possible.

L'arbre de compétence est plutôt fourni - Top Jeux
L'arbre de compétence est plutôt fourni

C’est aussi là le meilleur moyen de profiter de la partie « endgame » du jeu. En effet, une fois votre premier run terminé, il vous sera bien évidemment possible de rejouer chacun des environnements et boss du jeu de différentes manières. Que ce soit en exploration libre ou en boss rush, vous aurez de nombreux moyen d’améliorer votre équipement pour relever des défis toujours plus élevés. Encore une fois, même si cet aspect donne très rapidement un sentiment de vide en solitaire, il prend tout son sens à plusieurs.

Notons pour finir un point qui n’est pas des moindres : le jeu est jouable à 4 en local sur le même support, Windows inclus. Durant notre session de test, il ne nous a malheureusement pas été possible de pousser l’expérience si loin, mais une telle fonctionnalité est plus que bienvenue par les temps qui cours et l’on comprend mieux certains choix fait par les développeurs. On se rend ainsi compte que l’objectif ici n’était pas de transcender le genre, mais d’offrir une expérience agréable à parcourir entre amis. Et parfois, c’est tout ce que l’on demande.

C'est l'heure d'appeler les copains. - Top Jeux
C'est l'heure d'appeler les copains.
Chaque joueur peu configurer ses touches. - Top Jeux
Chaque joueur peu configurer ses touches.
70

Sans être un chef d'œuvre, Warhamer Chaosbane n’est pas non plus un échec total. De par son design minimaliste, mais bien mis en œuvre, le titre pêche surtout sur son exécution en ne proposant qu’un contenu trop maigre et brouillon qui contraste avec des classes plutôt bien travaillées. Le jeu manque d’ambition, et parfois même de finitions, c'est regrettable pour une licence à si fort potentiel. Cependant, tout son intérêt vient indubitablement de son mode multijoueur, jouable à 4 sur un même support. On conseillera donc d’opter pour l’expérience à plusieurs. Car après tout, il est parfois agréable de se rappeler qu’il est toujours possible de s’asseoir devant une télé avec ses amis et des pizzas, pour jouer tous ensemble et passer une bonne soirée. Et c’est sûrement ici tout ce que le jeu vous propose de faire.

Un jeu sans prise de tête...
Jouable à 4 en local
Les combats de boss
Les classes plutôt agréables à jouer
...mais très vite répétitif
Son prix au lancement
Très pauvre en contenu
Ne cherchez pas l'histoire du jeu

Rejoignez Millenium TOP Jeux

Rejoignez l'équipe dédiée au jeu vidéo généraliste sur Millenium.

Calendrier des sorties de jeux

Retrouvez notre calendrier des sorties de jeux vidéo en 2019 ainsi que des années à venir sur PC, Xbox One, PS4, Nintendo Switch, 3DS, Google Stadia, Scarlett et autres : les prochains jeux ou DLC vous seront présentés avec leurs dates de sortie lorsqu'elles sont disponibles.

Voir la suite
1
anachoret il y a 2 mois

Hello. Déjà, dès le départ, le ton est donné et il y a maldonne. Alors soit tu voulais placer le terme "manichéen" pour faire genre.... soit tu n'en connais pas la signification. Warhammer, que ce soit l'univers fantasy ou 40K, n'est pas vraiment ce que l'on peut considérer comme manichéen. Les héros, tout comme n'importe quelle entité de ces univers ont bien des choses à se reprocher dans un sens comme dans l'autre. Il en est peut-être ainsi dans Chaosbane mais j'en doute fortement.

L'actu

En Continu

11:52 Patrice Désilets nous explique comment marche l'évolution dans Ancestors
20:55 NFS Heat : Le prochain épisode se dévoile dans un trailer brûlant
10:41 Monster Hunter World : Se préparer pour Iceborne
20:25 Diablo 3 et l'avenir : Annonce Blizzard
17:00 PS5 : Prix et date de sortie révélés le 12 février 2020 ? Rumeur
11:49 Test de Rebel Galaxy Outlaw : Combats spatiaux et copains à tentacules
15:59 Diablo 3 : Fermeture des serveurs de test Patch 2.6.6 & Saison 18
11:25 No Man's Sky: Beyond, c'est pour bientôt !
11:17 Trine 4 s'offre un petit trailer pour annoncer sa date de sortie.
09:41 Red Dead Online va subir une grosse mise à jour prochainement

Articles

recommandés

Project Scarlett, Xbox : date de sortie, Halo Infinite, toutes les infos
E3 2019 Google Stadia : date, prix, jeux, résumé de la conférence
Luigi's Mansion 3, Zelda LA... On a testé les prochains hits de la Switch

Guides

à découvrir

Calendrier des sorties de jeux
Calendrier des sorties de jeux VR