Millenium / Actualités jeux vidéo / League of Legends (LoL) /

LoL : la LFL est-elle la meilleure ligue européenne régionale ?

LoL : la LFL est-elle la meilleure ligue européenne régionale ?
1

Le spring 2021 des European Masters a déjà commencé avec le Play-In où l'équipe française Vitality.Bee est engagée. Alors que dans l'hexagone on vante régulièrement la LFL comme la meilleure ligue européenne régionale, qu'en est-il réellement ? La Karmine Corp part elle favorite de la compétition ?

LoL : la LFL est-elle la meilleure ligue européenne régionale ?

Photo : European Masters

La scène française de League of Legends va bien et continue à se développer avec la LFL. Les nouveaux arrivants cette année ont réussi leurs débuts en se qualifiant tous les deux pour les playoffs. La Karmine Corp s'est particulièrement illustrée en finissant championne de France dès son premier segment, au plus grand bonheur de ses ultras.

Après le titre de champion de France, les coéquipiers de Lucas "Saken" Fayard peuvent maintenant viser un titre de champion d'Europe aux European Masters, compétition qui a déjà souri aux structures françaises. On rêve déjà de voir le Blue Wall s'abattre sur le Main Event, mais, si notre biais paraît évident, et qu'on ne cache pas notre partialité, en revanche nous ne sommes pas les seuls à voir la KCorp au sommet. Pour beaucoup de commentateurs européens, les champions de France sont très largement les favoris de la compétition.

Si la LFL fait sûrement partie du haut du panier, la compétition restera rude et il faudra se notamment se méfier des équipes polonaises, allemandes ou encore espagnoles. Cela dit, cette année, la France semble avoir un coup d'avance. Mais peut-on vraiment dire objectivement que la LFL est la meilleure des ligues européennes régionales ?

Les European Masters permettent d'avoir un aperçu sur les futures stars de demain.

Historiques des précédents tournois : la LFL en position de force ?

Depuis 2018, 6 éditions des Europeans Masters ont vu le jour. Le format et la diversité des équipes a évolué avec le temps, mais la France conserve une position plutôt dominante au sein du palmarès historique. Ses représentants ont gagné deux fois la compétition : Misfits Premiers (Spring 2019) et LDLC OL (Spring 2020). L'Espagne a remporté deux fois les deux premières éditions avec Origen puis MAD Lions, mais à l'époque le niveau était bien moins relevé — et nos voisins semblent moins dangereux ces derniers temps.

Le danger se trouve plutôt chez les Polonais d'Ultraliga (tenants du titre avec AGO ROGUE) et les Allemands de la Prime League (enfin les germanophones) qui ont remporté une fois chacun le titre (AGO Rogue et BIG). Ils se montrent d'ailleurs plus réguliers que nous puisque ces deux ligues comptent également deux deuxième places — là où les Français ont plutôt tendance à all in.

Cela dit, l'histoire retient bien plus les victoires que les places d'honneur et, à cet égard, la LFL a un léger avantage "historique" sur ses autres concurrents du Big 4.

Le talent individuel : de grosses individualités en LFL

Plusieurs anciens pensionnaires de LFL ont crevé l'écran en LEC cette année. - League of Legends
Plusieurs anciens pensionnaires de LFL ont crevé l'écran en LEC cette année.

Au-delà de la force collective, on peut également évaluer le niveau d'une ligue avec les talents individuels de ses joueurs. La ligue française n'a pas vraiment à se plaindre de ce côté là. D'ailleurs, la preuve de ces performances n'est pas loin : il suffit de constater le nombre d'anciens joueurs de la LFL qui évolue désormais en LEC.

On pense notamment à Jean "Jezu" Massol, Kristian "TynX" Østergaard Hansen ou à Vincent "Vetheo" Berrié. Si on pointe l'objectif de la lunette dans la direction opposée, les équipes françaises présentes aux European Masters peuvent toutes compter sur des joueurs qui ont goûté à l'élite européenne. Que cela soit la Karmine Corp (Targamas, Saken, Cinkrof), Misfits Premier (Woolite, Jactroll) ou Vitality.Bee (Memento, Hustlin), toutes nos équipes sont bien armées. Mais que dire des autres grosses ligues ?

  • Les Polonais peuvent se targuer d'envoyer régulièrement des joueurs au plus haut niveau européen par la suite. L'ancienne line-up de Rogue AGO avait ainsi beaucoup animé le dernier mercato avec, entre autre, la promotion de Adrian "Trymbi" Trybus chez Rogue. En revanche, l'Ultraliga n'attire pas particulièrement les vieux loups. On ne retrouve ainsi pas de joueurs très connus chez AGO Rogue, K1CK et Illuminar Gaming cette année.
  • Les germanophones comptent également plus sur des jeunes joueurs ambitieux que des valeurs sûres de la scène européenne; On remarque surtout que cette année ils se présentent avec beaucoup d'anciens pensionnaires de la LFL : Nuclearint, SLT, Karim kt, Enjawve... C'est un peu triste pour nous, mais si on suit une logique de chaîne alimentaire cela place la Prime League en-dessous de la LFL.
  • La ligue espagnole a elle perdu se sa superbe avec les années. L'époque dorée où Selfmade, Nemesis et Crownshot martyrisaient les European Masters semble aujourd'hui bien loin. Parmi les membres du Big 4, c'est celle qui a l'armada la moins imposante.

Sur ce point, la LFL sort une nouvelle fois avec un léger avantage.

La nationalité des joueurs : le bât qui blesse

Les ligues régionales européennes ont notamment pour but de faire émerger de jeunes talents au niveau national pour les préparer ensuite au plus haut niveau. Ce n'est pas le seul objectif, mais la LFL cherche quand même à faire émerger des talents français, là où l'Ultraliga espère former les futures stars polonaises. Et à ce petit jeu, la ligue française fait figure de mauvais élève. Certains diront que les structures françaises ont les moyens de recruter à l'international et qu'il ne faut en conséquence pas se priver d'importer des talents. Mais il faut espérer ne pas devenir comme les LCS qui payent chaque année leur manque de talents locaux.

Les Polonais sont omniprésents pour ces European Masters.

Sur les 15 joueurs titulaires des équipes du Big Four, la LFL a au final très peu de talents locaux.

  • Ultraliga (Pologne) : 13 joueurs locaux
  • Prime League (Allemagne, Autriche, Suisse) : 7 joueurs locaux
  • LVP (Espagne) : 6 joueurs locaux
  • LFL (France) : 2 joueurs locaux

La puissance à court terme d'une ligue ne dépend pas de la nationalité de ses joueurs. On peut donc espérer qu'aujourd'hui encore la LFL soit la meilleure ligue européenne régionale. Cependant sur le long terme il faudra surveiller avec attention les évolutions et faire attention à un possible déclassement... En attendant place au jeu et que la meilleure équipe gagne ces European Masters.

LoL : Que vaut le Cho'Gath Support de Trymbi en LEC ?

Alors que la majorité des joueurs suivent consciencieusement la métagame, Adrian "Trymbi" Trybus s'est offert une pointe d'exotisme ce week-end durant les playoffs du LEC. Il a joué à plusieurs reprises Cho'Gath Support durant la série Rogue vs MAD Lions. Bonne ou mauvaise idée ?

1
Alex Game il y a 3 mois

Pourquoi seulement 2 joueurs francais locaux? Dans la Kcorp il y a saken , adam et targamas

L'actu

En Continu

10:14 Les Damwon, champions du monde 2020, peuvent-ils rater les Worlds cette année ?
22:00 LEC Summer Split : Fnatic perd gros, Vitality peut encore espérer
17:33 KCX, la viewing party de la Karmine Corp n'a pas échappé aux cas de Covid
14:01 Ils verront pas les Worlds 2021 de LoL : CLG, première équipe éliminée en NA
08:59 LFL 2021 — Tout savoir sur la Team BDS
08:56 LFL 2021 : Tout savoir sur GamersOrigin
08:56 LFL 2021 : Tout savoir sur MCES
08:53 LFL Summer 2021 : Tout savoir sur GameWard
08:50 LFL 2021 : Tout savoir sur Misfits Premier
08:47 LFL 2021 : Tout savoir sur Solary

Articles

recommandés

LoL — Patch note 11.15 : Akshan débarque dans la faille
Le Classico KCX, le mur bleu a désormais un visage
European Masters Summer 2021 : la Karmine Corp et Vitality.Bee déjà qualifiées

Guides

à découvrir

League of Legends : Tier List des champions en Saison 11
Guide pour Xin Zhao Jungle en S11
Guide pour LeBlanc Mid en S11