MGG / Actualités jeux vidéo /

Quand la crise au Venezuela crée une mafia sur Runescape

Quand la crise au Venezuela crée une mafia sur Runescape
0

Il est toujours impossible d'accéder aux meilleures zones de farm de Runescape sur certains serveurs. Un groupe extrêmement organisé de joueurs vénézuéliens s'est approprié l'endroit et répond tel une armée entraînée à la moindre incursion de joueurs extérieurs à leur groupe.

On utilise souvent le jeu pour échapper aux épreuves de la vie quotidienne, mais qu'arrive-t-il lorsque la réalité apporte ses problèmes à l'intérieur du jeu ?

Vous ne connaissez peut-être pas Runescape, ce ne serait pas si étonnant. Le MMO n'a jamais percé dans les pays francophones, pourtant outre-Atlantique c'est un béhémoth. Rien de moins que le MMO gratuit le plus populaire de tous les temps. Il a bercé l'enfance des Américains qui grandissaient dans les années 90, un peu comme Dofus a pu le faire dans nos contrées.

Aujourd'hui encore c'est une référence, mais une ombre s'étend depuis quelques années sur le jeu, une ombre aux implications biens trop graves pour l'univers coloré de Runescape.

Il existe quelque part sur Runescape un dédale de tunnel qu'on appelle la grotte des revenants. Les monstres y sont puissants mais ils ne sont pas le véritable danger : tout joueur osant s'aventurer dans la grotte est éliminé par une armée d'aventuriers aux chapeaux violets. Ce ne sont pas de PNJ mais des joueurs (le chapeau leur permet de se reconnaître entre eux) qui éliminent impitoyablement quiconque ose entrer sur leur territoire. Ce groupe compte des milliers de membres, il est organisé au point de pouvoir acheminer des centaines de renforts en provenance des nombreux serveurs en 30 secondes chrono et peut affronter à armes égales les plus grosses guildes du jeu lorsqu'elles s'allient pour essayer de le déloger de la grotte. Ces affrontements titanesques durent parfois plus de cinq heures jusqu'à ce que, immanquablement, les guildes se lassent tandis que le groupe semble inépuisable, ses membres remplacés en temps réel par des renforts frais à toute heure du jour et de la nuit. Les membres du groupe ne sont pas des bots, mais pas vraiment des joueurs non plus, ils sont là pour mettre du pain sur la table et presque tous sont originaires d'un pays qui a tout perdu.

Le Venezuela devrait être l'une des nations les plus riches d’Amérique du sud, assis sur d'immenses réserves de pétrole, membre de l'OPEC, il avait tout pour connaître le destin du Qatar ou du Danemark. Enhardi par la montée du cours du pétrole, Hugo Chávez déclare dans les années 2000 une guerre contre la pauvreté dans le pays, soudain l'Etat construit par centaines des cliniques médicales et des écoles gratuites pour les classes défavorisées. La nourriture, l'éducation et les soins médicaux sont presque entièrement subventionnés. Les résultats sont immédiats : 20% du Venezuela quitte la pauvreté entre 2002 et 2008. Mais rapidement les maux qui vont précipiter le pays vers la catastrophe apparaissent. D'abord le cours du pétrole chute : de 112 à 50 dollars le baril en quelques mois fin 2014. Alors que la planche à billet ralentit, l'incompétence et la corruption qui gangrènent les plus hauts échelons du pouvoir deviennent apparents. Le gouvernement a dépensé sans compter et surtout sans plan de secours en cas de baisse du prix du pétrole, les équipements de forage sur lesquels la nation toute entière repose sont mal entretenus, la faute à des fonds mal affectés, limitant d'autant les revenus du pétrole dans une période déjà difficile. Parce que tout cela ne suffisait pas, les caisses de l'Etat sont fragilisées par plusieurs années d'élus piochant allègrement dans la caisse.

Millenium

Tout cela était prévisible : en 2013, avant même la baisse du cours, le journal américain Foreing Policy prévoyait que quiconque succèderait à Chavez "hériterait de l'une des nations les plus dysfonctionnelles du monde". La publication avait raison, Maduro s'est retrouvé à la tête d'une nation qui ne pouvait plus gérer ses trop nombreux programmes sociaux, en quelques mois seulement les hôpitaux s'arrêtent de tourner, le prix de la nourriture explose, tous les progrès des années 2000 sont perdus. Le choc est si brutal que le Venezuela se retrouve dans une situation pire qu'avant de nager dans l'argent du pétrole. Le prix des premières nécessités explose, la monnaie ne vaut plus rien, le bolivar Vénézuélien est un bout de papier inéchangeable. Pour acquérir ce dont on a besoin sur les nombreux marchés noirs qui fleurissent dans les villes du pays il faut payer en dollars, mais comment mettre la main sur la monnaie américaine dans cette nation située à 3000 km des côtes de la Floride ?

Runescape, aussi étrange que ça puisse paraître, Runescape est l'une des réponses à cette question. Depuis une bonne décennie au moins les joueurs ne voulant pas se soumettre au grind achètent les monnaies de leurs mmos préférés en gros sur internet. Runescape possède une grosse playerbase prête à mettre la main au porte-monnaie, peu de système en jeu pour empêcher le grind et la vente de pièce d'or et surtout : il est suffisamment vieux pour tourner à peu près bien sur la majorité des ordinateurs au Venezuela.

Millenium

Aussi tôt dit, aussi tôt fait, les vénézuéliens démunis s'emparent des grottes des revenants, dans lesquelles, on amasse très vite quelques millions de pièces d'or. Il faut 8 millions de pièces pour gagner 1 dollar sur les principaux sites d'échange. Déjà une manne financière dans un pays où le salaire moyen est tombé à 3,6 dollars par mois. Alors on optimise, on se relaie avec des amis ou des cousins pour jouer vingt quatre heures sur vingt quatre, on expulse les autres joueurs pour ne pas se faire chiper une partie des monstres, et puis parce que faire du pvp coûte du précieux temps de farm, on embauche un voisin pour surveiller l'entrée des grottes pendant qu'on continue à grind. Le groupe grossit naturellement, la mafia apparaît comme apparaît n'importe quel groupe voulant s'assurer l'exclusivité d'un produit. Une fois la machine parfaitement huilée, les grottes crachent 480 millions de pièces d'or toutes les vingt quatre heures, c'est cinquante six dollars par jour. Pas assez pour déchaîner les passions des farmeurs originaires du reste du monde, mais toute la différence du monde pour les vénézuéliens.

Voilà pourquoi les guildes qui ont tenté de libérer les grottes ont eu l'impression d'affronter une inépuisable armée, entre les joueurs venus passer un bon moment et les farmeurs le niveau d’engagement n'a rien à voir, c'est la rencontre de deux univers n'ayant en commun que leur présence sur Runescape, le jeu des uns est devenu la source de survie des autres.

0

L'actu

En Continu

14:44 Metroid Dread : Mercury Steam défend sa position sur les développeurs non-crédités
13:31 Le patch LoL 11.20 débarque cette nuit !
13:13 Halloween démarre pour de bon avec le patch 18.21
13:00 Fin de cycle sur le PBE 11.21
12:11 Plus de 20 millions de copies de Monster Hunter World vendues
11:41 L'Action des Worlds 2021 : MAD Carzzy envoie son équipe en quart !
11:30 Valve contrôle la compatibilité des jeux avec le Steam Deck
11:29 WoW : La Sanssaint est de retour pour un Halloween des plus terrrrrrrriffiants !
11:07 Les 16 nouveaux habitants d'Animal Crossing New Horizons
10:54 Les derniers cosmétiques de Halloween ont été dataminés à travers le patch 18.21

Guides

à découvrir

League of Legends : Tier List des champions en Saison 11
Quels decks jouer pour l'extension Unis à Hurlevent sur Hearthstone ?
Calendrier des sorties de jeux