MGG / Actualités jeux vidéo / League of Legends (LoL) /

LoL : Worlds, d'où vient la traditionnelle solidarité du LEC ?

LoL : Worlds, d'où vient la traditionnelle solidarité du LEC ?
5

L'espace d'expression offert par Twitter est toujours propice aux polémiques. Ce weekend, un énième débat a éclaté autour du supporteurisme et des Worlds de League of Legends. La tradition de soutenir toutes les équipes européennes en a pris pour son grade. Mais en fait, d'où vient-elle ?

Photo : LoL Esports

Kameto s'est retrouvé une nouvelle fois, malgré lui, obligé de réagir en stream à cause d'une énième polémique autour de la manière de supporter son équipe. Cette fois, c'est Melon qui a déclenché l'engrenage, en critiquant, avec des mots peu châtiés, une partie des supporteurs de la Karmine Corp qui désiraient voir la région européenne faire un bon gros flop aux Worlds de League of Legends. Le raisonnement est simple : le but est de placer la KC dans une position de force pour souligner son importance et son potentiel de carry le LEC.

Mais certains membres de la communauté, notamment les plus anciens, voient d'un mauvais œil ce manque de solidarité. Pour être honnête, on n'a pas vraiment envie de prendre part à ce débat, surtout que le serpent se mord la queue indéfiniment. Mais on s'est dit que c'était peut-être une bonne idée d'expliquer d'où vient cette traditionnelle solidarité européenne quand viennent les compétitions internationales League of Legends. 4 arguments principaux nous semblent dignes d'être mentionnés. Cela pourrait ainsi apaiser les tensions et clarifier certaines positions. Libre à vous ensuite de supporter votre équipe à la manière de Melon (LEC enjoyer) ou à la manière prônée par le boss de la Karmine (KC ou rien).

L'argument structurel : le story-telling de Riot Games

Le débat qui oppose la communauté est un peu un clash de génération. Chacun a découvert l'esport League of Legends à sa manière et les "nouveaux fans", sont aussi légitimes que les plus anciens. Il n'y a pas de hiérarchie à faire et c'est important de communiquer avec respect et ouverture. Les "Ultras" de la Karmine Corp sont en moyenne plus jeunes, étant donné que la structure est née en 2020. Ils n'ont donc peut-être pas connu le développement de la scène et la structuration des régions à partir de 2013. C'est cette structuration régionale qui explique en grande partie la solidarité prônée par certains anciens.

All-Stars, Rift Rivals, Battle of the Atlantic... Par le passé, de nombreuses compétitions ont opposé des régions, qui se battaient comme un seul homme contre une région concurrente. En 2015, les All-Stars Los Angeles avaient enchanté les fans avec une grande finale EU vs Corée du Sud... Côté européen, on retrouvait une équipe composite mélangeant plusieurs clubs : Huni et Rekkles (Fnatic), Amazing (Origen), Froggen (Elements) et Kasing (H2K). Face à eux, la LCK faisait bloc avec Marin, Score, Faker PraY et MadLife. Ce genre de confrontation a peu à peu disparu... Mais ceux qui ont connu cette époque ont souvent été marqués par ce genre d'initiative prise par Riot Games. Ce story-telling poussait tous les fans européens à s'intéresser à l'ensemble de leurs représentants.

L'argument pragmatique : l'indice des Worlds

League of Legends

Cet argument manque peut-être de passion et certains considèrent qu'il est hypocrite sur les bords. Mais la réalité est ce qu'elle est : les équipes concurrentes d'une même région partagent un intérêt commun. Riot Games établit un classement en fonction des résultats aux Worlds et au MSI. Celui-ci détermine alors la hiérarchie internationale avec de vrais effets : nombre de slots (3 ou 4) et statut (appartenance à un chapeau). Pour le moment, l'Europe est 3e du classement et c'est grâce à ça qu'elle a obtenu un 4e slot au mondial cette année. Si les LCS étaient devant, ils auraient récupéré ce slot, laissé vacant par la région russe.

Quand on sait qu'il est extrêmement difficile de se qualifier aux Worlds, avoir une place supplémentaire est une véritable bénédiction. Si on fait un peu plus compliqué, se pose aussi la question de la compétitivité, de l'audience et des sponsors que ramène une équipe européenne qui performe bien à l'international.

L'argument identitaire : la seule alternative à la coupe du monde

League of Legends

Sur League of Legends, il n'y a pas pour le moment de véritable coupe du monde par pays. Le projet est souvent évoqué, mais on ne sait pas s'il aura lieu un jour... Il faut donc se contenter des Worlds, qui sont littéralement des Championnats du monde. Le statut est un peu hybride et avec le système des imports, il est impossible de parler de France vs Brésil.

Mais, il faut quand même souligner qu'il existe un vrai marqueur identitaire au sein des régions compétitives. Si on met de côté l'Amérique du Nord qui aime bien recruter des talents pourtant dans le monde, dans les équipes coréennes, il n'y a que des Coréens. En Chine, il y a une petite ouverture aux Coréens mais la tendance est de moins en moins prégnante. Enfin, si on s'intéresse aux 4 équipes du LEC qui représenteront l'Europe cette année, il y a un Turc et un Coréen sur les 20 joueurs. Le reste est composé de Belges, d'Allemands, de Polonais, d'Espagnols... Alors que les fans de la Karmine Corp aiment bien invoquer le football et son système de supporteurs, il faut imaginer un PSG en ligue des champions avec quasiment que des Français... sans Neymar (Brésil), Messi (Argentine), Verrati (Italie) ou Hakimi (Maroc). On imagine que dans ce cadre, les fans des autres clubs de ligue 1 (OL, LOSC voir OM) seraient plus enclins à soutenir l'équipe.

L'argument émotionnel : quelque chose d'au final très subjectif

League of Legends

Cet argument reprend un peu tous les arguments précédemment cités, en ajoutant une petite dose de pathos. Les fans les plus anciens de League of Legends, les LEC enjoyers, ont appris avec le temps à apprécier tous les joueurs de l'élite européenne. À force de les voir évoluer et de suivre leurs aventures, même en tant que fans concurrents, ils ressentent une proximité avec ces derniers. Certains ont même porté par le passé les couleurs de leur équipe préférée... Si on prend l'exemple de Fnatic, les supporteurs ont sûrement gardé de l'affection pour des figures comme caPs (G2), Nisqy (MAD Lions), Rekkles (Karmine Corp) ou Selfmade (Vitality).

Des dinosaures comme Odoamne (Rogue) ou Jankos (G2) ont aussi gagné l'amour et le respect de tous. On ne sait pas si c'est propre à League of Legends, mais cet attachement émotionnel est un facteur qui rentre en compte dans la solidarité européenne défendue par certains.

esport-lol
Les 5 joueurs sous-cotés par le ranking Solary

Solary a régalé hier en faisant une Tierlist des légendes qui ont marqué la scène française de League of Legends. Il y a eu du débat, des anecdotes et des choix forts, pour notre plus grand bonheur. Merci pour les travaux, même si certains joueurs ont été un peu sous-côtés... selon nous !

5
Léo Lecherbonnier
Tipsalewo

Rédacteur-Gameur, combination idéale pour la recherche d'optimisation.

Sylvain il y a 1 an

Le plus important reste le fair-play et le respect dans la compète, supporting compris.<br /> Espérer la défaite d'une équipe au profit de la sienne, en dehors de toute forme de confrontation directe, c'est juste anti-sportif et n'a pas sa place en compétition. <br /> Je pense que le problème est malheureusement plus profond et identitaire que ça.

Light Passoire il y a 1 an

Il n'y a pas vraiment de mystère à mon avis. Les fans old school sont en majorité des fans de lol avant tout, qui font des games de soloQ depuis longtemps, et regardent toutes les games du tournoi parce qu'ils apprécient le jeu, même s'ils ont évidemment des équipes favorites (dont les défaites restent difficiles à vivre). Rien d'étonnant au fait de supporter RGE aux worlds, quand tu as passé l'année à regarder leurs joueurs se battre sur la faille. Peu importe que tu préfères G2 ou FNC.<br /> Par opposition, ceux qui sont fans de leur structure plus que du jeu, évidemment bien plus nombreux sur la scène française avec l'arrivée de la KC, ont tendance à moins regarder les matchs des autres équipes, et quand ils le font à regarder ces équipes dans une optique de comparaison avec la leur. Vues comme ça, les équipes peuvent bien être françaises ou européennes, elles ne sont pas différentes des équipes des autres ligues.

Alerionis il y a 1 an

Et 2014 ou on s'est retrouvé à soutenir les NA en quart on en parle?

Julien Liottier il y a 1 an

Assez d'accord avec le commentaire précédent.<br /> Après avoir été, comme beaucoup, hypé par ses débuts en LFL/EUM l'année dernière, la KC et ses "ultras" commencent à me sortir par les yeux.<br /> Que la KC commence à se qualifier aux playoffs de la LFL et se remette à gagner celle-ci (après 3 splits sans victoire) avant de vouloir carry la LEC. Pour le moment cette dernière s'en sort très bien sans eux et leur communauté toxique qui, à part les placer sur un piédestal quelque soit la situation et dénigrer voire être carrément odieux avec les autres équipes LFL, EUM et LEC, n'apporte rien.

Naikai WZ il y a 1 an

"Le but est de placer la KC dans une position de force pour souligner son importance et son potentiel de carry le LEC"<br /> <br /> Carry le LEC ? c'est une blague ? En l'état actuel des choses, ça fait même pas top 5/4. Que l'on soit FAN c'est une chose, mais faut redescendre à un moment.... C'est vraiment n'imp.

L'actu

En Continu

12:00 LoL : On connaît les 8 équipes invitées pour l'Esports World Cup 2024 !
15:00 Le prochain patch de League of Legends risque d'apporter de gros changements sur la scène compétitive ! Enfin des bonnes nouvelles ?
12:30 LFL Summer Split : La ligue française fait sa rentrée et la compétition s'annonce très serrée !
19:00 De nouveaux tricheurs se font bannir sur LoL mais aujourd'hui ils se plaignent et veulent récupérer leur argent
11:30 LoL : Faker intronisé au tout nouveau Hall of Legends de Riot Games !
19:30 MSI 2024 : La meta professionnelle a-t-elle un problème ?
21:30 Les joueurs de LoL demandent à Riot Games de supprimer cet objet qu'ils jugent complétement inutile
14:00 LFL : Preview du Summer Split, la Karmine Blue pourra-t-elle garder son titre ?
13:35 LoL : Quelles sont les principales conclusions à retenir de ce MSI 2024 ?
15:30 MSI 2024 : Enfin un titre international pour cette équipe emblématique de League of Legends !

Articles

recommandés

LoL — Patch notes 14.8 : Le patch du MSI 2024 !
LCK Spring Split : Une finale qui entre dans la légende !
Après plus de 14 ans, Riot Games régle enfin l'un des plus gros problèmes de LoL

Guides

à découvrir

League of Legends : Tier List des champions en Saison 13
Guide pour Ahri Mid en S13
Guide pour Ashe ADC en S13