MGG / Dernières reviews de jeux / Gears of War /

Test Gears Tactics sur PC

Test Gears Tactics sur PC
0

Quand Gears of Wars, dont les forces sont l'action débridée et la violence, se lance dans un spin-off tactique, il est normal d'avoir des doutes. Celui-ci propose de former une escouade et de la commander pour venir à bout des hordes Locustes et de boss gigantesques. Voici notre verdict.

Test Gears Tactics sur PC
77

Après un report et des doutes sur ce qu'il serait capable d'offrir, Gears Tactics est arrivé entre nos mains. En tant que grands fans des jeux du genre nous étions particulièrement curieux de voir ce qu'il aurait à proposer, d'autant que comme l'a prouvé Phoenix Point, il n'est vraiment pas facile de sortir un bon jeu tactique, même pour les vétérans du genre.

  • Genre : Tactique au tour par tour
  • Date de sortie : 28 avril 2020
  • Plateforme : PC
  • Développeurs : Splash Damage, The Coalition
  • Éditeur : Xbox Game Studios
  • Prix : 69,99€, aussi disponible via le Gamepass sur le Microsoft Store

Hammer time

Gears Tactics est une préquelle des jeux Gears of War, la campagne se déroule vers le début du conflit contre les Locustes, lorsque ce brave président Prescott ordonne les frappes orbitales sur les cités afin de tenter d'éliminer l'envahisseur. Il confie ensuite la tâche à Gabe Diaz (le père de Kait Diaz, la protagoniste de Gears 5) de traquer Ukkon, le généticien des Locustes. Ce farceur créé en boucle de nouvelles monstruosités, ce qui menace la survie de l'humanité. Bien entendu, Prescott donne cette mission vitale sans fournir de moyens, d'hommes, ni même les informations vitales à sa disposition, cela ne serait pas drôle sinon. Assisté d'un vieux soldat grincheux et facho du nom de Sid Redburn, Gabe devra faire avec les moyens du bord pour mener sa mission à bien.

Gears of War

N'attendez pas grand chose du jeu en termes d'histoire. Il y a bien quelques petites révélations ici et là, mais elles ne surprendront pas les fans. On retiendra surtout les nombreuses interactions entre les personnages, qui ressemblent à des caricatures tirées de films d'action américains comme dirait un ami. Ce sont tous des badass désagréables qui apprennent à travailler ensemble, tant bien que mal. Il n'y a pas de grands développements, mais des clins d’œil ici et là aux autres titres et aux futurs événements.

Gears of War

Mettre les couverts

Comme l'avaient bien montré les trailers, Gears Tactics possède effectivement des mécanismes de jeu très similaires aux nouveaux Xcom. Les combats sont gérés au tour par tour, un camp après l'autre, avec un système de points d'action par personnage, qui peuvent servir à se déplacer ou à tirer. Une différence technique ici est que les personnages disposent de 3 points d'action au lieu de 2, et il est tout à fait possible de tirer 3 fois par tour avec le même personnage dès le départ. Se mettre à couvert est ici vital pour ne pas se faire transformer en passoire par l'ennemi. Il faudra faire usage des couvertures basses ou complètes pour approcher l'ennemi, et idéalement l'attaquer sur les flancs afin de passer outre sa couverture. Ces dernières ont en effet un impact majeur sur les chances de toucher et sur la réduction des dégâts. Attendez-vous d'ailleurs à rater des tirs à 90% de chances de toucher, cela fait partie de l'expérience. On notera au passage que les décors, généralement très jolis et pleins de détails ont néanmoins le défaut d'être indestructibles dans la majorité des cas (hormis quelques caisses en bois ici et là).

Nothing personnel kid. - Gears of War
Nothing personnel kid.

Conformément à l'esprit de la licence, vous pourrez faire un usage libéral des grenades afin de dégrossir les rangs ennemis, ce qui ne sera pas du luxe vu le rapport de force. Votre escouade pourra comprendre au maximum 4 soldats seulement, ce qui est bien peu. Et de nombreuses missions ne vous permettront de n'en utiliser que 2, voire un seul, probablement par souci d'équilibrage. Ce n'est pas sans rappeler Dawn of War 2, avec son groupe de héros surpuissants à plus d'un titre (et pas que pour les tronçonneuses). Les points communs entre les 2 jeux sont fort nombreux, tant en bien qu'en mal. De leur côté, les Locustes se compteront parfois par dizaines. Les mécanismes propres aux Gears sont d'ailleurs fort bien introduits. Les charges à la tronçonneuse et à la baïonnette sont redoutables et sanglantes, même si elles perdent de leur superbe par la suite quand la majorité des ennemis vous démoliront automatiquement si vous approchez en mêlée.

Gears of War

Les ennemis ne mourront pas toujours quand leur vie tombera à zéro, il arrivera régulièrement qu'ils agonisent au sol, dans l'attente d'une exécution particulièrement grotesque de la part d'un de vos soldats. Cette exécution sommaire aura pour effet d'offrir un point d'action bonus à tout le reste de l'équipe. Ainsi, en multipliant les exécutions, les charges au Lanzor tronçonneuse et d'autres mécanismes similaires, vous pouvez trancher dans les rangs ennemis d'une manière aussi inhabituelle que réjouissante pour le genre. Un autre détail amusant est que si l'un de vos personnages est mis à terre, vous pouvez simplement le relever en amenant un de vos soldats à proximité, exactement comme dans les jeux principaux. Attention néanmoins, les Locustes n'hésiteront pas à les exécuter d'une façon tout aussi humiliante s'ils en ont l'occasion. Si la victime est un de vos soldats génériques, sa mort sera permanente, mais si c'est un de vos héros liés à l'histoire, un game over instantané vous attend.

Les snipers, toujours aussi OP. - Gears of War
Les snipers, toujours aussi OP.

Un des principaux attraits de Gears Tactics est la façon dont il exploite les particularités des Gears pour enrichir son gameplay et innover. Les trous par lesquels les Locustes sortent du sol sont des fléaux qui peuvent être gérés de plusieurs manières, vous pouvez simplement lancer une grenade après avoir tué les renforts qui en sont sortis, ou vous pouvez anticiper et poser un explosif avant même son ouverture. Il est même possible de donner un coup de pied à un de ces insupportables tickers pour le faire tomber et exploser à l'intérieur afin de provoquer son effondrement. L'envoyer aux ennemis est aussi une option, bien entendu, pour un résultat jouissif.

Gears of War
Gears of War

Le bestiaire est évidemment fidèle à celui des jeux, et certains des boss les plus iconiques de la licence comme le Brumak ou le Corpser seront présents, bien qu'ils soient au final bien peu nombreux. Il est aussi regrettable qu'ils ne soient affrontés qu'une fois durant la campagne, et qu'ils ne viennent jamais épicer les missions annexes par la suite. C'est une opportunité manquée. À défaut de boss, certains ennemis élites redoutables, comme les gardes théron et les boomers, vous donneront du fil à retordre en revanche, avec leurs armes surpuissantes. Cependant, ils laisseront tomber ces dernières sur le terrain à leur mort, vous pourrez alors les ramasser et en faire usage, ce qui a généralement pour résultat de rendre le reste de la mission trivial.

Les boss sont durs et intéressants mais trop rares. - Gears of War
Les boss sont durs et intéressants mais trop rares.

Out of Gears

Bien que les missions soient particulièrement impressionnantes au départ avec leur mélange bien trouvé de tactique et d'action, on se rend assez rapidement compte que la dimension stratégique du jeu n'a pas eu droit à la même attention. Il existe 5 classes différentes, qui couvrent les archétypes trouvés dans Xcom entre autres (lourd, éclaireur, assaut, médecin, sniper), chacune ayant un immense arbre de talent qui permet de créer des builds originaux, ce qui permet de spécialiser ses soldats et de créer des synergies. Malheureusement, avec seulement 4 places dans le groupe dans le meilleur des cas, et 4 puis 5 héros dans le roster, dont une grande partie doit obligatoirement participer, cela ne donne pas une grande liberté de choix au joueur.

Gears of War
Gears of War

Au départ, vos recrues génériques n'auront que bien peu d'occasions de participer. Et même si cela s'améliore par la suite, le système de recrutement est absurde. Le niveau des nouvelles recrues disponibles entre chaque mission augmente plus vite que celui de vos soldats qui participent, et ces dernières sont gratuites. On se trouve à recruter tous les nouveaux soldats possibles puis à les virer de l'équipe, avec les vétérans, pour les dépouiller de leur équipement au passage. La raison ? Ces derniers arrivent avec des objets introuvables autrement en jeu, et d'une qualité supérieure à ceux de vos héros, que vous avez pourtant ramassé sur le champ de bataille après avoir versé sang et larmes. Signalons au passage que la campagne vous met sur des rails et qu'il n'y a pas de ressource particulière à gérer, ni de déplacements sur la carte globale.

Gears of War
Gears of War

À partir d'un certain point de la campagne, le niveau des nouvelles recrues se stabilise enfin, et les nombreuses missions annexes à accomplir pour progresser dans la campagne nous ont finalement permis d'utiliser autre chose que nos héros. Mais nos retours sur la chose sont mitigés. Ces missions sont générées de façon procédurale, avec un objectif (parmi 5 ou 6 différents), une des cartes fixes du jeu (vous allez souvent revoir les mêmes), un objectif secondaire bonus (prendre une certaine classe, finir en X tours, etc.) et éventuellement des modificateurs positifs ou négatifs (interdiction d'utiliser les grenades, réduction des temps de recharge). Cela reste frais un moment, et permet de goûter un peu à la liberté tout en obtenant parfois de l'équipement exceptionnel. Mais leur équilibrage est douteux, se retrouver à devoir gérer une mission faite pour 4 soldats avec seulement 1 ou 2 n'est pas une mince affaire, cela a même frôlé l'impossible une ou deux fois.

Gears of War
Gears of War

Si on met de côté la gestion pénible de l'inventaire et du recrutement, la personnalisation de l'équipement et des compétence est très satisfaisante. Le fait de pouvoir changer 4 composants sur chaque arme, les grenades et les 3 pièces d'armure, le tout avec des bonus et des niveaux de qualité varié offre de très nombreuses possibilités. Surtout si vous les combinez aux différentes classes et aux nombreux talents. Vous aurez clairement les outils pour personnaliser votre approche des batailles.

Gears of War
Gears of War

Malheureusement, le train-train finit par s'installer assez rapidement. On alterne 2 ou 3 batailles annexes avec des objectifs vus et revus, sur des cartes à présent connues par cœur. Le brouillard de guerre cache les ennemis, mais pas le terrain, on finit donc par connaître les lieux et le timing de déploiement des renforts ennemis comme sa poche. Bien que les modificateurs et objectifs secondaires offrent de la variété, cela devient vite horriblement répétitif. On a alors hâte d'avancer dans la campagne. Cette dernière a été bouclée en une trentaine d'heures en difficile dans notre cas, et il faut admettre qu'elle a été plutôt satisfaisante, même en tant que vétéran du genre. Cependant, sa rejouabilité est tristement pauvre, pour les raisons listées plus haut. Le bestiaire n'est pas si large, et les réactions des ennemis deviennent très prévisibles à la longue.

Le Boomer, l'ennemi des temps modernes. - Gears of War
Le Boomer, l'ennemi des temps modernes.

Augmenter encore la difficulté est une option, mais le reste ne va quasiment pas changer d'une partie à l'autre. Le mode Ironman s'annonce aussi douloureux, puisque ce mode est généralement compensé par le fait que vos troupes soient remplaçables dans d'autres tacticals comme Xcom ou même Darkest Dungeon, alors qu'ici, le moindre faux pas ou coup de malchance avec un héros vous vaudra un "Game Over". Une autre option est de continuer de jouer après avoir terminé l'histoire. On se lance alors dans un cycle similaire qui alterne une sélection de quêtes annexes générées aléatoirement, et une quête spéciale (à présent aléatoire aussi) pour obtenir de nouveaux objets. La puissance des troupes ennemies augmente aussi progressivement à chaque cycle. Le principe aurait pu être séduisant avec plus de variété dans les cartes, objectifs, événements et ennemis. Il n'y a pas de surprise, et même la difficulté reste trop faible une fois tous les mécanismes du jeu maîtrisés. Les ennemis sont généralement devenus bien trop prévisibles à ce point.

77

Malgré ses défauts, Gears Tactics devrait parvenir à satisfaire les tacticiens et les fans de la licence, en poussant les joueurs à être agressifs tout en faisant preuve d'une certaine finesse. Leurs efforts sont alors récompensés par des gerbes de sang et la victoire. C'est un plaisir de faire sa campagne, qui dispose d'une durée de vie correcte, mais elle pèche en la matière face à la concurrence dans le genre, la dimension stratégique est quasi-inexistante et la rejouabilité est vraiment minimale. Cela en fait un excellent jeu à faire à l'occasion via le Gamepass, mais probablement pas un sur lequel beaucoup vont choisir de s'attarder.

Les spécificités des jeux Gears of War dans un tactical
Les boss
Personnalisation de l'équipement et des talents
Les décors
Mécanismes de gameplay intéressants
Un bon challenge
Les massacres à la tronçonneuse, exécuter des locusts et shooter des tickers
Escouade bien trop réduite
Système de recrutement presque inutile
Gestion de l'inventaire pénible
Rejouabilité vraiment faiblarde
Jouer après la fin de la campagne n'a que peu d'intérêt
Des cartes qui manquent de variété
top-jeux

Rejoignez Millenium TOP Jeux

Rejoignez l'équipe dédiée au jeu vidéo généraliste sur Millenium, que cela soit pour corriger, tester, faire des news ou des guides.

Calendrier des sorties de jeux

Retrouvez notre calendrier des sorties de jeux vidéo en 2021, 2022, ainsi que des années à venir sur PC, Xbox One, PS4, Nintendo Switch, Google Stadia, Xbox Series X, PS5 et autres : les prochains jeux ou DLC vous seront présentés avec leurs dates de sortie lorsque celles-ci sont disponibles.

Voir la suite
0

L'actu

En Continu

19:28 Gears Tactics pour Xbox est enfin passé Gold
15:00 Test de Gears Tactics : Quand Xcom rencontre Dawn of War 2
10:23 Gears Tactics : Trailer de lancement
13:49 Gears of War 4 gratuit temporairement
10:55 Gears of War Paris Open à 16h00
19:23 Gfinity London, Millenium top 9/12
02:40 OpTic Gaming remporte la MLG Colombus
11:04 Sortie de Gears of War 4 !
20:55 [M] recrute une équipe Gears of War
13:34 Gears of War 4 : les 20 premières minutes

Guides

à découvrir

L'ESL lance la Gears of War Pro-League