MGG / Dernières reviews de jeux /

Test de New Tales from the Borderlands – La relève est assurée

Test de New Tales from the Borderlands – La relève est assurée
0

La nouvelle mouture de Tales from the Borderlands proposée par Gearbox cherche à respecter à la fois l'esprit Telltale et Borderlands, pour nous proposer une aventure autour de trois nouveaux personnages principaux. Mais le modèle équivaut-il le maître ?

Test de New Tales from the Borderlands – La relève est assurée
85

Après Tales from the Borderlands, qui a su séduire son public en 2014, les fans attendent certainement beaucoup de New Tales from the Borderlands, que ce soit sur PC, Xbox Series, Xbox One, PS5, PS4 ou Switch. Mais suite à la fermeture de Telltale en 2018 et à la reprise de la licence par Gearbox Studio Québec, même si plusieurs membres de l’équipe originale ont été mis à contribution pour apporter leur savoir-faire en termes de jeux narratifs interactifs à embranchements scénaristiques, on est en droit de se poser la question de savoir si le studio québécois est capable de faire aussi bien. Bien que ce soit un spin-off de la série Borderlands, il ne s'agit toutefois pas une suite de Tales from the Borderlands, mais simplement de son successeur spirituel, ce qui ne l’empêche pas de proposer les deux jeux dans son édition Deluxe et, pour ne rien vous cacher, de ne pas avoir à rougir de la comparaison. Vraiment pas.

  • Genre : aventure narrative à embranchements
  • Date de sortie : 21 octobre 2022
  • Plateforme : PC, Xbox Series, Xbox One, PS5, PS4, Switch
  • Développeur : Gearbox Québec
  • Éditeur : 2K Games
  • Prix : 39,99€ disponible sur Amazon
  • Testé sur : PC

La scientifique idéaliste qui veut construire un monde meilleur

L’histoire de New Tales from the Borderlands démarre environ un an après la fin de Borderlands 3. La planète Prométhée, qu’Atlas avait revendiquée après sa découverte de la technologie éridienne, se remet à peine de l’invasion de Maliwan. C’est notamment le cas de la boutique de glace au yaourt de Francine Miscowicz, qui a été à moitié détruite. Depuis, Fran est dans l’attente de la prise en charge de la réparation par l’assurance, mais celle-ci tarde à venir. Et ce n’est pas sa susceptibilité exacerbée, ni sa très grande difficulté à gérer sa rage avec son envie tenace de taper sur tout et tout le monde, ou de congeler ceux qui la contrarient, qui vont arranger les choses.

Millenium

De son côté, le Dr Anuradha Dhar, une scientifique au grand cœur travaillant pour Atlas et se trouvant en orbite autour de Prométhée, à bord du vaisseau de la société, est sur le point de se faire renvoyer pour avoir fabriqué une arme qui ne tue pas. Pardon, un appareil, dit-elle. Il n’empêche que c’est un comble quand on œuvre pour un marchand d’armes. Et cela se déroule au moment même où une invasion commerciale planétaire lancée par Tediore, encore un autre concurrent, débute afin de s’emparer de la clé de l’Arche détenue par Atlas et récupérer un trésor sans prix au sein de la structure éridienne érigée par des aliens ancestraux. Anu décidera alors de rejoindre la ville de Méridien pour protéger son frère Octavio, un entrepreneur roublard à la langue bien pendue mais en mal de reconnaissance et de réussite, qui travaille justement pour Fran.

Millenium

C’est ainsi que ce trio d’anti-héros, accompagné de LOU13, dit Louis, un robot assassin accompagnant Octavio, va se retrouver entraîné dans la violence des affaires menées par des mégalomanes, dans un système capitaliste sans foi ni loi. Notons d’ailleurs au passage que le titre hérite d’un PEGI 18 du fait de ses thématiques faisant la part belle à la détresse physique, la violence sanguinolente, avec même un peu d’auto-mutilation, et des propos clairement destinés à un public adulte (la libido de Fran est en particulier fortement présente). Il n’empêche que c’est à nos 3 loosers que va incomber la lourde tâche de sauver le monde. Alors, oui, si Anu cherche effectivement à créer un monde meilleur, les motivations bien plus vénales d’Octavio et la seule soif de vengeance de Fran ne sont, certes, pas aussi louables, mais le groupe va devoir apprendre à œuvrer de concert. LOU13 décidera d’ailleurs de noter leur cohésion avec un niveau de skateboard (pourquoi pas, les cœurs et autres pouces bleus, c’est surfait, non ?).

Millenium

L’entrepreneur de seconde zone qui rêve de gloire et de richesse

Tout en explorant les thèmes de la violence et des inégalités, Gearbox nous livre des personnages particulièrement attachants. Que ce soit Anu, la fofolle angoissée, Octavio, le voleur compulsif fan de tacos et un peu benêt, Fran, la tatouée soupe au lait sur son hoverchair avec ses modules permettant d’exprimer sa haine, ou même LOU13, simplement programmé pour tuer avec un flegme implacable, tous ont beaucoup de personnalité. Et chacun sera amené à faire son introspection et à révéler ou découvrir ses sentiments. Mais les nombreux personnages secondaires ne sont pas en reste, même les soldats de base de Tediore, qui livrent leurs états d’âme, ont leur charme. Le soft devait initialement tourner autour de bien plus de monde, mais comme nombre de séances de motion capture ont dû être annulées pour cause de confinement, l’histoire est finalement devenue un peu plus intime en se recentrant autour de nos trois protagonistes.

Millenium

On croise toutefois tout un panel de paumés, mégalomanes et autres déjantés en tout genre. On a même droit à une arme dotée d’intelligence et de parole. Et il y a aussi des robots et des tacos, beaucoup de tacos. Quelques références à Borderlands 3 ou Tales from the Borderlands sont bien entendu présentes, comme Rhys Strongfork, le PDG d’Atlas avec son implant oculaire ECHO et son bras droit bionique, ou encore TIMM-E, son assistant qui rappelle grandement Claptrap et qu’Anu enverra en « voyage » dans une autre dimension grâce à son arme qui ne tue pas. Son... appareil, pardon, ce n’est pas une arme, c’est un appareil, on sait. Mais il n’est aucunement indispensable de connaître la licence pour profiter de New Tales from the Borderlands, ni même d’avoir joué à l’opus précédent de Telltale. Les néophytes sont les bienvenus.

Millenium

On retrouve en tout cas très bien le style graphique Telltale en cel shading avec son look cartoon réaliste. Les graphismes sont vraiment réussis, tout particulièrement les personnages et leur animation en motion capture. Les marques d’expression des visages sont toutefois un peu trop marquées à notre goût et il peut y avoir quelques temps morts dans les enchaînements. Notons également, la possibilité de personnaliser les accessoires et le skin de nos héros, avec parfois de simples teintures, mais aussi des styles très originaux. À quelques exceptions près, le jeu d’acteur est en tout cas vraiment convaincant. Quant au doublage, entièrement disponible en Français, on est face à une performance de très haute voltige. Combiné aux animations, c’est vraiment délectable, d’autant plus que les dialogues qui nous sont offerts sont ciselés à la perfection. La synchronisation labiale n’est peut-être pas toujours parfaite en Français, mais il n’y a rien de dramatique. On regrette par contre que certaines phrases aient parfois sauté lors de notre test.

Millenium

Et la vendeuse de glace colérique qui aime péter des gueules

Découpé en 5 épisodes, eux-mêmes décomposés en 4 à 6 chapitres, New Tales from the Borderlands reprend également la classique structure épisodique des jeux Telltale. Par contre, à l’image de Life is Strange : True Colors, il est considéré comme un standalone et, par conséquent, livré en un seul bloc. Chaque épisode est introduit par un narrateur qui nous conte l’histoire et contient une scène musicale, avec annonce du groupe et du titre du morceau, pendant que les personnages vaquent à leurs occupations. Au-delà d’être sympathiques, ces passages permettent aussi de profiter de bonnes pistes. De manière plus générale, la bande-son est en effet elle aussi très soignée. Enfin, toujours comme dans un jeu Telltale, chaque épisode s’achève sur la comparaison de vos choix, échecs et réussites, avec ceux des autres joueurs, ainsi que le niveau de skateboard de votre équipe. On notera au passage la présence toujours surprenante et rigolote d’un événement sorti de nulle part dans chaque lot.

Millenium

Il vous faudra ainsi une dizaine d’heures avant de voir défiler le générique de fin, mais vous pourrez toujours rejouer chaque épisode ou chaque chapitre à volonté, soit pour essayer d’autres options, soit pour récupérer les collectibles que vous auriez ratés, ce qui assure une certaine rejouabilité au titre. Il y a en effet un total de 17 archiiBôs à obtenir, ces figurines en plastique avec lesquelles vous pouvez vous lancer dans des combats. Vous obtiendrez celles-ci en les découvrant dans l’environnement ou en remportant des duels contre le Superfan brutal complètement nul (un soldat de Tediore) que vous croiserez toujours de manière totalement inattendue dans les endroits les plus improbables. Vous pouvez aussi faire des combats d’archiiBôs à partir du menu principal du jeu. Ceci dit, il n’y a aucun challenge ici. Il s’agit simplement d’enchainer bêtement attaques et esquives jusqu’à un QTE final enclenchant le finishing. Rien d’affolant, tout comme pour les autres mini-jeux proposés durant la partie, tel que le piratage avec l’ECHOdex d’Octavio : fermer des fenêtres, envoyer des spams, chasser des bugs (au sens littéral), … Tout ceci a en revanche l’intérêt d’être du grand n’importe quoi, et donc de s’inscrire parfaitement dans l’esprit du titre.

Millenium

Avant que certains ne crient, comme d'habitude, au scandale, rappelons que le concept de ce genre de production repose avant tout sur une aventure cinématique où les joueurs ne sont souvent que spectateurs et où ils n’interviennent que pour aiguiller l’histoire par leurs choix. Notons que, la plupart du temps, ceux-ci n’engendrent toutefois pas de difficiles dilemmes ni d’embranchements majeurs. C’est donc une sorte de film interactif, avec toutefois quelques passages d’exploration de type point and click et des phases d’action en QTE. Alors, oui, c’est vrai que l’on peut se demander s’il s’agit encore d’un jeu vidéo, surtout qu’ici, hormis pour les choix de dialogues et d’embranchements du scénario, les autres phases où vous serez mis à contribution sont quelque peu anecdotiques et dispensables. Il n’y a en effet aucune difficulté, on se rend simplement vers les points d’intérêt, on clique et on exécute les différents scripts prévus avant de passer au suivant. Les passages en QTE (appuyer, marteler, maintenir, enchaîner, …) vous sont de surcroît annoncés à l’avance et vous laissent largement le temps de presser les touches ou les directions demandées. En plus, même si vous vous trompez, peu importe, seules celles qui sont attendues sont retenues. Du moment que vous y recourez avant la fin du temps imparti, c’est validé. Il n’y a donc toujours pas de challenge à attendre ici.

Millenium

Mais la force, la très grande force du soft, réside dans son univers déjanté puisant dans la licence Borderlands, avec, par exemple, ses sadiques complètement barrés qui errent dans les rues de Méridien, et son humour omniprésent. Sur ce dernier point, le jeu est un véritable petit bijou, avec des événements qui ne manqueront pas de vous prendre au dépourvu. Que ce soit dans les propos, les situations cocasses qui vous sont présentées, ou même la gestuelle des personnages (Anu est en ce point remarquable), tout transpire continuellement la dérision décalée. Et cela fonctionne parfaitement, avec des scènes mythiques et des répliques aux petits oignons. TIMM-E, qui réapparait par exemple régulièrement de manière totalement loufoque pour s’empresser de disparaître à nouveau, exploite avec efficacité le comique de répétition, à l’image du Superfan brutal. Même les 4 réponses proposées, lors des choix de dialogue, savent faire preuve d'ironie, nous donnant envie de toutes les essayer et donc incitant une fois de plus à la rejouabilité. Et si vous tardez trop à répondre (attention, le temps est tout de même limité), votre interlocuteur qui s’impatiente saura là encore vous faire sourire par ses réactions et ses répliques. C’est juste super bien vu. Même l’échec mortel lors des phases de QTE est tentant, juste pour voir ce qui est prévu dans ce cas-là. Par contre, il faut ensuite se retaper toute la scène préalable sans pouvoir la passer, ça c’est dommage.

Millenium
85

Le nouveau Tales from the Borderlands change de main, mais garde l'esprit Telltale et plonge avec un humour efficace, permanent, décalé et jouissif dans l'univers déjanté de Borderlands, pour notre plus grand plaisir. On lui reprochera, certes, une technique légèrement perfectible ainsi qu'un manque de réelle implication du joueur et de challenge, mais qu'est-ce à côté des moments d'anthologie qu'il nous offre. Les personnages ont non seulement de la profondeur, mais ils sont également magnifiquement interprétés, tant en termes de motion capture que de jeu d'acteur ou de doublage, y compris en VF. Le jeu regorge de situations cocasses, et nombre de ses répliques pourraient bien devenir mythiques. C'est une véritable réussite dans son genre.

Un humour de tous les instants qui fait mouche
Des personnages attachants et hauts en couleurs
Des situations cocasses et totalement improbables
Les apparitions de TIMM-E et du Superfan
Les graphismes à la Telltale
Les animations et le doublage exceptionnel en VF
Les dialogues, excellents
Les grosses marques d’expressions des visages
Quelques lenteurs dans les enchaînements
Des morceaux de dialogues qui peuvent sauter
Des mini-jeux à l’intérêt discutable
Les choix sont rarement cruciaux
Comme d'habitude, certains diront que ce n'est pas un jeu vidéo
steam
Test d'Uncharted: Legacy of Thieves Collection sur PC

Le portage PC de la licence de Sony et Naughty Dog est enfin arrivé sous sa forme de compilation remasterisée pour la next gen. Voici notre avis sur les améliorations apportées ainsi que l'intérêt global de ce bundle qui comprend Uncharted 4: A Thief's End et The Lost Legacy.

Test A Plague Tale Requiem : Une suite rat-dicale qui sublime la série pour le meilleur et le pire !

Prochainement disponible, A Plague Tale Requiem est un jeu d’aventure mélant la narration, l’action et l’infiltration. Est-ce que le deuxième chapitre d’Asobo Studio vaut le détour ? Découvrez notre avis complet sur ce titre qui fait suite à un premier chapitre acclamé de tous.

Voir la suite
0
Hazziel Zen
Nyam Hazz

Editor

L'actu

En Continu

17:43 Cette romance est "presque inexistante" dans Baldur's Gate 3, à tel point que les joueurs demandent aux développeurs de la corriger
17:01 "Il est encore plus mignon maintenant", ce joueur de Zelda Tears of the Kingdom a construit cet incroyable animal mécanique
17:58 "Nous sommes enfin de retour", après des années d'attente, ce film de science-fiction sur Netflix va enfin avoir une suite
16:44 Méli et Mélo à la tête d'une métropole à gérer dans le prochain Animal Crossing ?
18:09 C'est certainement le film le plus maudit de l'histoire du cinéma : la moitié de l'équipe a subi les conséquences d'une explosion nucléaire
15:39 Ce moment que les fans ont adoré dans le dernier épisode de The Acolyte a été improvisé par la star de la série Star Wars, et vous ne le saviez surement pas
20:11 La dernière mise à jour gratuite de ce jeu de science-fiction vieux de 8 ans attire des milliers de nouveaux joueurs sur Steam
17:21 "Je ne veux pas que ça se reproduise", la star de la série The Boys a été virée du tournage pour une raison complétement inattendue
18:51 C'est officiel, EA Sports FC 25 va enfin supprimer cette fonctionnalité très controversée
17:29 "C'est tellement moche", les joueurs de Diablo 4 relancent la polémique autour des skins du jeu avec la nouvelle classe du Sacresprit

Guides

à découvrir

Calendrier des prochaines sorties de jeux vidéo : juillet 2024
Quels sont les meilleurs personnages sur Genshin Impact ?