MGG / Actualités jeux vidéo / Dragon Age : Inquisition /

Dragon Age 3, PC, Xbox One, PS4

Dragon Age 3, PC, Xbox One, PS4
2

Découvrez le test de Dragon Age 3 Inquisition.

Dragon Age 3, PC, Xbox One, PS4

Dragon Age Inquisition

Dragon Age 3 : Inquisition - Le Test

 

Après un Dragon Age : Origin acclamé, suivi quelques années plus tard d'un second épisode qui fut une totale déception, le nouveau titre de la licence de BioWare était attendu avec un mélange d'espoir et d'inquiétude. Dragon Age 3: Inquisition, toujours développé par le studio et édité par Electronic Arts, sera disponible le 20 novembre 2014 sur PC, PS3, PS4, Xbox 360 et Xbox One. Le moment est venu de découvrir si la série retrouvera ses lettres de noblesse avec notre test.

 

Dragon Age Inquisition : Histoire d'un héros

 

Dragon Age Inquisition

 

Genre : Action, RPG, Aventure

Date de sortie : 20 novembre 2014

Éditeur : Electronic Arts

Développeur : BioWare

Support : PC, Mac (Linux et Xbox One à venir)

Prix : 59,99€ environ

 

 

 

Monsieur l'Inquisiteur


Commençons par l'habituelle phase de création de personnages : le sexe et la race tout d'abord, avec les habituels humains, nains et elfes. Les Qunari, des géants cornus, sont aussi de la partie. Cela peut offrir certains bonus voire interdire l'accès à une classe dans certains cas, et surtout votre race aura un impact lors de l'histoire ; le racisme et la discrimination sont une réalité en Thedas.

 

 

Au regret de certains, les choix sont encore relativement limités avec seulement trois classes : Mage, Voleur et Guerrier. Chacune dispose cependant de quatre arbres de talents spécifiques dans lesquels il est possible d'investir librement des points. Ainsi, un voleur peut autant être un archer qu'un professionnel du plantage de couteau dans les reins, un Mage peut aussi bien être un soigneur/support qu'un lanceur de boules de feu ; le Guerrier, quant à lui, a évidemment la possibilité de s'orienter vers un rôle de tank, de berserker ou autre. À cela s'ajoutent des arbres uniques spéciaux qui viendront bien plus tard lors de la campagne en fonction du profil définitif du personnage.

 

Dragon Age Inquisition : Test

 

Vient ensuite la personnalisation du visage votre héros. Il faut reconnaître que les options en la matière sont incroyablement nombreuses et il est au final quasi certain que vous pourrez obtenir un résultat qui saura vous satisfaire. Accessoirement, cela sera la première occasion de voir à quel point tous les éléments pileux sont complètement hideux dans Dragon Age 3. Il faudra vous y faire, les barbes de trois jours sont dessinées au feutre et les cheveux sont en carton-pâte. Il est assez regrettable de voir ce genre d'éléments négligés alors que globalement le jeu est assez beau. Une fois notre puissant héros en devenir créé, il ne reste plus qu'à se lancer dans l'histoire.

 

Création de personnage

 

 

Entre deux apocalypses


Les choses ne vont pas fort dans le monde de Thedas. Quelques années après un Enclin qui a vu déferler des engeances difformes et toxiques sur le monde, une guerre entre Mages et Templiers a éclaté. Quand les différentes parties se rassemblent sous l'égide de la Chantrie pour tenter d'arriver à un accord, le sanctuaire où se trouvent tous leurs dirigeants explose littéralement et se retrouve remplacé par un cratère fumant et une titanesque faille menant vers l'immatériel. Des hordes de démons se mettent alors à en déferler. L'unique survivant de cette catastrophe porte une étrange marque et s'avère le seul à être capable de fermer la faille ainsi que toutes celles qui sont apparues dans la région. Avec l'aide de ceux qu'il peut rassembler, il lui faudra donc accomplir cet exploit et découvrir qui a orchestré ces sombres événements ; d’où le besoin de refonder l'Inquisition, de mener l'enquête et de repousser les hordes démoniaques.

 

Dragon Age Inquisition : Test

Votre fine équipe manque malheureusement un peu de piment, j'espère que vous n'avez rien contre les femmes balafrées ou à l'hygiène douteuse.

 

Dragon Age Inquisition prolonge donc l'histoire entamée par les deux premiers jeux : même si c'est un nouveau héros qui s'élève une fois encore, tous les événements et les choix faits dans ces derniers auront un impact plus ou moins important. Si vous n'y avez pas joué, ou que vous n'avez plus vos sauvegardes, ou encore si vous n'avez pas envie de repasser des centaines d'heures dessus pour obtenir votre scénario idéal, soyez rassuré : Electronic Arts et BioWare ont pensé à vous avec le site Dragon Keep. Ce dernier, bien qu'assez peu intuitif, permet de totalement configurer les dizaines de paramètres sur lesquels vos choix ont pu influer dans les deux premiers jeux avant d'importer le tout automatiquement. Les vieux fans apprécieront.

Sans vous dévoiler la suite de l'histoire, il apparaît cependant très rapidement que vos actes et vos choix auront une portée très importante, tout comme certaines décisions anodines faites dans les autres jeux. Il en va de même pour votre classe et même votre race, encore une fois. Pensez également à bien choisir vos alliances, qui recruter, qui épargner, etc. Il est sans doute possible de passer des centaines d'heures sur Dragon Age 3 sans avoir découvert toutes les issues possibles. C'est dans tous les cas un des très gros points forts au niveau scénaristique. L'histoire en elle-même, bien que relativement classique, dispose d'une grande profondeur et vous aurez la liberté d'influer significativement sur son déroulement, vous n'allez pas seulement être porté vers son déroulement.

 

Dragon Age Inquisition : Test

Un indice : cette réponse sert à tenter de démarrer une romance.

 

Si vous adorez découvrir tous les détails sur un univers et ses personnages, vous devriez être aux anges dans tous les cas. On retrouve ici la patte BioWare avec des tonnes de livres éparpillés partout, et surtout des coéquipiers extrêmement loquaces qui ne manqueront pas de vous tenir en haleine de très longues minutes alors qu'ils vous racontent leur histoire personnelle, celle de leur ordre ou encore de leur pays d'origine. Le doublage intégral et en français des dialogues est sans conteste un des gros points forts de la scénarisation. Tout le monde n'aime pas lire des pavés de texte, alors qu'écouter un dialogue est tout de même nettement plus intéressant. Votre personnage dispose lui aussi d'une voix propre et doublée. Comme depuis longtemps dans les jeux BioWare, vous pourrez choisir vos réponses sur la roue centrale en fonction de différentes orientations. Vous n'êtes pas tenu par la main comme dans un Mass Effect avec des choix "gentils" en bleu et des choix "méchants" en rouge, mais quelques icônes parfois un peu abstraites vous aident à savoir dans quel sens vous allez orienter la conversation. Par exemple, si vous souhaitez approfondir le sujet actuel sans avancer davantage, ou si vous souhaitez donner une certaine image de votre personnage. Les choix importants sont néanmoins signalés en gros lorsque cela va vous permettre de recruter quelqu'un ou de le chasser à jamais.

 

L'inquisiteur et ses partisans

 

 

Balade à Ferelden et Orlaïs


Comme beaucoup de jeux de cette nouvelle génération, Dragon Age Inquisition est doté d'un monde ouvert, même s'il serait plus juste de dire semi-ouvert. Vous ne pouvez pas juste lancer votre partie et aller explorer l'autre bout de la région en ignorant la trame principale comme vous le feriez dans un Skyrim. Vous allez devoir suivre une ligne directrice qui est la sauvegarde de Thédas et de nombreux rebondissements scénaristiques sont à prévoir. De nouvelles régions et de nouveaux événements seront débloqués au fur et à mesure. Cependant, les différentes sous-régions sont très vastes et disposent de décors variés : forêt enneigée, valons verdoyants, marais embrumés, château croulant et corrompu, ruines naines obscures, etc. Force est de reconnaître que les décors sont très diversifiés et assez jolis. Il faudra tout de même éviter de regarder la végétation de trop près pour ne pas voir les vilains polygones, mais peu importe. Les cartes débordent littéralement d'éléments à découvrir, on ne peut pas faire deux pas sans voir un bâtiment en ruines, un chariot dévasté ou un des 21 589 éléments secondaires à ramasser pour des quêtes plus qu'annexes.

 

Dragon Age Inquisition : Test

Les décors sont généralement superbes

 

Plus d'une fois, vous partirez donc accomplir une quête principale dans une région avec pour objectif d'avancer dans l'histoire principale, pour vous retrouver cinq heures après avec quinze quêtes de plus, la moitié de la région explorée et une absence totale de progression dans la mission qui vous avait fait venir à la base. C'est un des grands charmes du titre, d'autant qu'au final extrêmement peu de quêtes sont inutiles, étant donné qu'elles alimentent plus ou moins directement la puissance de l'Inquisition en plus de la vôtre, ce qui vous donnera accès à toujours plus de quêtes et de missions. C'est assez diabolique. Néanmoins, comme mentionné ci-dessus, les développeurs sont probablement allés un peu trop loin en la matière. Devoir ramasser des centaines de fleurs, des minéraux, des composants d'artisanat, des plans, les 21 bouteilles cachées, les 21 chansons, les 22 éclats mystérieux plus tous les objets à équiper, cela finit par faire un peu trop et nuit à l'action. Marteler la touche V pour afficher (insuffisamment) la présence d'objets aux alentours devient vite assez pénible et cela finit par altérer un peu le plaisir de jeu. À vous de voir si vous êtes du genre complétionniste ou si vous préférez vous concentrer sur l'action. Vous pourrez alors sortir votre monture et ignorer tous ces précieux objets que vous ratez en traversant la campagne environnante.

Notons au passage que les cartes du jeu ne sont pas toujours très claires, rejoindre certains objectifs sur des cartes accidentées devient alors un véritable calvaire. Il est difficile de juger s'il vous faut trouver un chemin alternatif ou s'il vous faudra faire de l'escalade. J'ai tout de même réussi à me perdre trente minutes dans mon propre château, incapable de rejoindre la salle demandée pour faire avancer l'histoire. À ma décharge, ce dernier dispose de trois niveaux, de quatre points de voyage rapide et de plusieurs dizaines de PNJ (qui aiment changer de place). Se retrouver au milieu de tous ces escaliers, portes et couloirs donne parfois l'impression d'avoir affaire à un labyrinthe. C'est d'autant plus compliqué quand on s'arrête tous les deux mètres pour parler à un compagnon ou pour remplir le codex.

 

Dragon Age Inquisition : Test

Il vous faudra souvent faire machine arrière pour retourner ramasser des objets auparavant cachés.

 

 

Alors, Action ou RPG à l'ancienne?


L'aspect scénaristique n'a certes rien à envier aux glorieux RPG d'antan, et si ce n'est la laideur de beaucoup de personnages on ne peut pas vraiment émettre de critique sur ce point. Par contre les choix faits par BioWare pour le système de combat risquent de davantage partager les joueurs. Les bases sont assez classiques, vous investissez des points obtenus à chaque niveau dans des arbres de talents afin d'obtenir des bonus passifs ou de nouvelles techniques. Cela permet donc de déterminer le ou les rôles du personnage. Néanmoins le fait que le mana/l'endurance soient combinés aux temps de recharge limite très fortement les combinaisons exotiques. Votre réserve de mana et de consommables sont très limitées. Votre vie ne se régénère pas non plus, et il n'y a pas à proprement parler de sorts de soin. À cause de (ou grâce à) tout cela un seul personnage ne peut clairement pas tout faire ni décimer l'ennemi en utilisant en simultané toutes ses techniques les plus puissantes. Comme vous l'apprendrez ici le travail d'équipe prime.

 

Dragon Age Inquisition : Test

 

Dragon Age Inquisition se joue à la troisième personne, tout se déroule en temps réel et à défaut de consignes de votre part vos coéquipiers feront à peu près ce qu'on peut attendre d'eux. Cependant il est possible de mettre le jeu en pause n'importe quand et de changer le personnage que vous contrôlez, vous pouvez donc aller de compagnon en compagnon pour donner individuellement des ordres avant de retirer la pause. Si vous jouez en mode de difficulté Normal ou en Facile vous pouvez probablement vous en passer et traiter Inquisition comme un jeu d'action en ne contrôlant que votre personnage et en envoyant vos techniques chaque fois qu'elles sont disponibles. Cela s'avère néanmoins très vite ennuyeux, car les combats peuvent durer plusieurs minutes, cela les fait dans ce cas ressembler à un raid sur un MMO, sans avoir à bouger. Alors qu'avec une difficulté plus élevée il vous faudra rapidement user et abuser de la pause et avoir une excellente combinaison de talents au sein de votre groupe pour vous en sortir. Donc un tank, un rogue pour les serrures et les dégâts, un mage pour soigner et/ou faire des dégâts, etc. Malheureusement c'est ici que le jeu montre ses faiblesses, outre la personnalisation assez limitée des personnages, la faute en incombant aux nombre limité de classes (beaucoup de personnages risquent d'avoir le même profil au final), l'interface a ici clairement été conçue pour les consoles et donc les pads en tête.

Lorsque vous activez la pause, il est possible de naviguer au-dessus du champ de bataille, malheureusement il est impossible de prendre beaucoup de recul, et il vous faudra passer de personnage en personnage sans cesse pour donner vos ordres. Le processus est dans l'essence similaire à celui d'un Baldur's Gate, mais sans vous offrir la vision du champ de bataille ni l'ergonomie requise pour le faire d'une façon efficace et agréable, ce qui est fort dommage. Il vous faudra donc voir comment vous souhaitez aborder la chose.

 

Gameplay

 

 

Le trône du pape


Un autre des éléments centraux de l'histoire et du gameplay est la gestion de l'inquisition elle-même. Il vous faudra en permanence chercher à recruter de nouveaux agents. Quasiment toutes vos actions étendront l'influence de l'inquisition, ce qui vous permettra de mener des opérations dans de nouvelles régions comme dit. En ce sens vous ne pourrez pas vous contenter de suivre la trame principale puisqu'il sera nécessaire de suffisamment améliorer vos forces pour pouvoir réaliser vos prochains objectifs. Après tout il n'est pas question des actions d'un seul homme ni de celles d'un petit groupe d'aventuriers dans le cas présent, mais de toute une organisation qui fait face à une armée.

Il vous faudra donc réaliser les missions demandées, établir de nouveaux campements et surtout trouver du ravitaillement. Lorsqu'à un certain point du jeu vous débloquerez Fort Céleste, un gigantesque château qui s'avère cependant délabré, il vous faudra veiller à le restaurer et à l'exploiter pour obtenir de nombreux bonus.

Les nombreux occupants présents vous offriront aussi toutes sortes de service, l'arcaniste et le forgeron entre autres vous permettront d'utiliser le très important et omniprésent système d'artisanat. Quand il faut équiper une petite dizaine de personnages, on ne peut pas se contenter du butin trouvé au sol. Vous pourrez donc choisir parmi différents matériaux aux propriétés propres, puis améliorer des parts précises des armes et armures afin d'obtenir le résultat demandé. Autant dire que cela alimentera votre frénésie de récolteur lorsque vous serez dans la nature. Si on ajoute tous les autres PNJ comme les marchands, les gardes et vos conseillers vous pouvez passer de très, très longs moments à aller de l'un à l'autre entre chaque mission. Il ne vaut mieux pas être pressé ni impatient si vous voulez vraiment profiter du jeu.

Votre inquisition va donc monter en niveau en parallèle de vos personnages, cela vous permettra de choisir parmi différents bonus qui auront un impact direct sur le gameplay. Ces derniers sont les bienvenus étant donné la pauvreté en terme de personnalisation des personnages. Ces bonus sont assez variés, certains permettent d'obtenir plus d'expérience avec le codex et d'avoir accès à des réponses additionnelles lors des dialogues. D'autres permettent d'agrandir votre inventaire ou de récolter plus de composants d'artisanat.

 

Dragon Age Inquisition : Test

Malheureusement tous les petits marqueurs sont des missions pour vos conseillers.

 

Votre haut conseil et la carte stratégique vous permettront aussi de déployer des forces en votre nom, non seulement pour débloquer de nouvelles régions et l'histoire, mais aussi pour réaliser des missions en votre nom. Bien que vous ayez à ramasser vous-même du bois pour réparer le château assez étrangement, vos conseillers acceptent de mener des missions diplomatiques/d'espionnage/d'escorte et autres de façon autonome. Vous avez juste à sélectionner le marqueur sur la carte et à les y envoyer. Le succès est garanti et le temps requis est indiqué, celui-ci dépend de la compétence du conseiller sélectionné. Cela permet de récolter quelques objets, de l'influence et de l'or quand vous ne jouez pas ou pour rentabiliser le temps passé dans la nature, néanmoins on ne peut pas dire que cela demande beaucoup d'efforts ni de réflexion. Cela ressemble davantage à une app mobile qu'à une véritable fonctionnalité, mais peu importe, c'est un des avantages quand on est le chef.

En tant que grand Inquisiteur vous aurez aussi le privilège de décider de quelle couleur seront les tapisseries du château, quels seront les motifs des vitraux et à quoi ressemblera votre trône. Mais chose plus amusante, vous pourrez surtout décider de rendre la justice. Il est quand même nettement plus intéressant de décider du sort de ses ennemis et des gueux locaux que de toujours les tuer/sauver au fond d'un donjon. Vous pouvez par exemple juger un de vos anciens adversaires et décider de l'emprisonner, de l'exécuter, ou même de le forcer à travailler pour vous ce qui renforcera l'inquisition, mais à quel prix? Cela ne manquera évidemment pas de susciter des réactions auprès de vos compagnons. Vous pourrez aussi décider de faire exécuter un pouilleux parce qu'il a osé lancer une chèvre sur vos remparts et personne n'osera vous contredire ouvertement.

 

Choix et conséquences

 

 

Multijoueurs


Nous n'avons pas eu l'occasion de tester le multijoueurs, cependant tout laisse à penser que celui-ci fonctionne sur un modèle extrêmement similaire à celui de Mass Effect 3. Il est indépendant du mode solo, vous débloquez différentes combinaisons de classes et de races comme défenseur nain ou mage spiritualiste elfe via le mode solo. Vous pouvez les faire monter en niveau et les équiper lors de missions dans des donjons spéciaux avec d'autres joueurs. La monnaie récoltée permet alors d'acheter des coffres au contenu aléatoire, mais qui servira pour tous vos personnages multijoueurs. La progression dans ce mode peut aussi se faire via une monnaie spéciale en jeu contre de l'argent réel (je ne dirais pas micro transaction vu les montants). Mais étant donné le contenu du mode solo et le profil du jeu il y a assez peu de raisons que vous alliez en multijoueur à moins d'être un enragé du genre.

 

 

En conclusion

 

Dragon Age Inquisition réussit à redorer le blason de la série, et avec elle BioWare nous offre une vaste aventure particulièrement riche et épique qui va bien au-delà de la simple exploration. Il vous faudra bien peser le pour et le contre de vos choix afin de mener l'inquisition et votre héros vers la victoire et la fin désirée. Ses graphismes et sa direction artistique sont globalement très agréables à l’œil et ses régions vastes et (trop) pleines d'éléments à découvrir contribueront aussi à vous maintenir en haleine même si vous ne comptez pas refaire le jeu plusieurs fois. Au final le gameplay et probablement le seul élément qui est vraiment critiquable et qui est susceptible de diviser les joueurs, d'un coté les fans des RPG à l'ancienne qui ne trouveront probablement pas la vue tactique pratique ou assez riche. De l'autre coté ceux qui préfèrent les jeux purement action seront probablement forcés de se rabattre sur les niveaux de difficulté inférieurs.

Les plus et les moins

De très nombreux choix aux conséquences importantes Personnages laids et peu charismatiques
Le contrôle et la gestion de l'Inquisition Interface tactique très peu adaptée au PC
Un univers immense et varié Des spécialisations trop conventionnelles
L'artisanat La navigation et l'orientation parfois difficile
Une énorme durée de vie De nombreuses missions optionnelles dénuées d’intérêt qui surchargent la carte
Le site Dragon Keep L'inventaire trop réduit et peu pratique et peu lisible
Doublage intégral en français relativement réussi Très gourmand sur PC
2
Robin Bouquet
Raiden Robin  - Journaliste

Fan de nombreux types de jeux, j'accroche surtout quand il faut faire souffrir ses méninges et peaufiner son gameplay. Des raids WoW, je suis passé aux CRPG, puis des tacticals aux 4X, mais aussi les jeux FromSoftware.

Wolphoenix il y a 9 ans

Question de gout...J'ai vraiment pas accroché a DA:O personnellement, je l'ai trouvé laborieux, jamais réussi a le finir. Cela dit, meme si j'avais préféré le gameplay de DA II a celui du premier opus, il faut reconnaître que niveau écriture et finalisation, le premier était bien au dessus.

Mini-Bang il y a 9 ans

Mon dieu, on a l'impression qu'un dragon a bavé sur la moitié des décors... Les armures, les sorts et certains décors sont tellement lisses et brillant que ça en devient affreusement laid, les personnages j'en parle pas... La barre des spels et de vie ressemble à un retro game ou à un jeux only console... Et ils donnent même des indices sur les dialogues... D'après ce que j'en ai vu, bioware n'est toujours pas capable de sortir une suite qui vaudrait ne serai-ce que la moitié de Dragon Age Origins... Perso je suis encore dessus, et je trouve les graphismes, le gameplay et surtout le background bien meilleur que le nouveau, c'est dire!! Comment peut-on à ce point progresser à reculons?!

L'actu

En Continu

20:05 Le prochain Dragon Age victime d'un énorme leak, et ce que l'on y découvre donne envie !
21:15 DA inquisition : Palais des perles noires
19:19 Dragon Age Inquisition : DLC multi
18:08 Test de DA3 : Les Crocs d'Hakkon
10:31 Dragon Age Inquisition - Patch 6
14:23 Dragon Age Inquisition : DLC disponible
14:20 Dragon Age Inquisition : Un gros patch
11:03 Live Dragon Age Inquisition jeudi soir
10:37 Dragon Age 3 : Trailer de lancement
10:26 Dragon Age 3 Inquisition : Le Test

Guides

à découvrir

Quels decks jouer en Standard actuellement ?
Calendrier des prochaines sorties de jeux vidéo : février 2024
Quels sont les meilleurs personnages sur Genshin Impact ?