MGG / Actualités jeux vidéo / Far Cry 4 /

Far Cry 4, PS4, Xbox One, PC

Far Cry 4, PS4, Xbox One, PC
0

Nous sommes enfin allés faire un tour sur les sentiers de Far Cry 4 : voici nos impressions sur le dernier open-world d'Ubisoft.

Far Cry 4, PS4, Xbox One, PC

Far Cry 4 - Le test

 

Nous sommes enfin allés faire un tour dans les montagnes du Kyrat de Far Cry 4 : voici nos impressions sur le dernier FPS en monde ouvert d'Ubisoft.

 

 

 

Genre : FPS

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

Supports : PC, PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360

Prix : 59,99€

PEGI : 18+

 

 

 

C'est Pagan yeah !


Ajay Ghale n'est pas ce qu'on pourrait appeler quelqu'un de chanceux : en route pour sa terre natale afin d'y disperser les cendres de sa défunte mère, le bonhomme va se faire embarquer par une troupe de soldats menée par un certain Pagan Min, sorte de croisement improbable entre un balai WC et un smoking Lagerfeld conçu en pleine descente d'acide. Tout cela va aller de mal en pis, puisque ce dernier semble avoir un lien plus ou moins direct avec Ajay, déclarant avoir été éperdument amoureux de la maman du jeune homme. PM semble quand même avoir un sacré grain et avant qu'il ne se serve de la précieuse urne comme d'un vulgaire pot de Nesquik, l'orphelin réussit à décamper avec l'aide du Sentier d'Or : un groupe de rebelles prêt à en découdre afin de libérer le Kyrat du joug du roi autoproclamé, Pagan Min. Dans tout ce fatras, Ghale fils se retrouvera à jouer les hommes de main pour Amina et Sabal, les deux têtes fortes au commandement du Sentier d'Or, deux personnes aux mentalités diamétralement opposées.

Comme vous l'aurez sans doute deviné, l'aventure vous proposera bien vite de vous ranger du côté de l'un ou de l'autre afin de changer le déroulement de l'histoire et des missions : un système de choix moraux bien intégré, même si les répercussions ne sont pas phénoménales. Par ailleurs, le cheminement scénaristique de FC4 est quasiment le même que celui de FC3, avec un jeune paumé transformé en Rambo de service et élevé au rang de messie par toute une nation. La sauce prend tout de même, et on s'attache au destin d'Ajay et aux différents personnages secondaires, soignés et complètement chtarbés, comme dans un bon film d'action des années 90. Dommage que le charismatique Pagan Min ne fasse pas plus d'apparition.

 

 

 

Quad, riz, lattes et râles


Far Cry 4 reprend à son compte la formule de son grand frère : on escalade des points de contrôle pour pouvoir visionner de nouvelles portions de la carte et débloquer les nombreuses activités annexes du périmètre, notre héros progresse à chaque meurtre en engrangeant de l'expérience, chaque niveau octroyant un point de compétence à dépenser dans deux arbres : celui du tigre, qui regroupe les skills offensifs, et celui de l'éléphant, concentré sur le soin et les capacités défensives. La cueillette et la chasse font aussi leur retour avec la fabrique d'accessoires toujours plus puissants comme un portefeuille au fond extensible ou, plus important, un sac pouvant contenir plus d'objets. Important, parce que vous allez en looter de la babiole qui ne sert qu'à la revente et à encombrer votre backpack, et ça en devient d'ailleurs un problème : on connaît le contenu d'un coffre avant même de l'avoir ouvert et alors que ces petites choses cachées devraient être rares et difficiles à trouver, elles sont ici abondantes et toujours indiquées. Finalement Far Cry 4 dispose d'un contenu très dense, mais bien trop facile à écumer à cause de toutes les indications qui nous sont données. Heureusement, cette quatrième itération de la licence n'est pas qu'un simple copier-coller de Far Cry 3 et ajoute quelques nouveautés comme des véhicules volants, la Wingsuit et le fameux grappin dont l'utilisation est malheureusement scriptée et ne servira finalement pas à grand-chose lors de vos promenades champêtres.

C'est triste, d'autant qu'il est parfois difficile d'avancer correctement en Kyrat tant les routes sont sinueuses et le dénivelé important :  il vous faudra bien souvent contourner une montagne pendant plusieurs centaines de mètres avant de pouvoir trouver le chemin qui vous intéresse, la faute justement aux prises de grappins bien trop rares. Le titre repompe également le système de bases à conquérir, et tenter de se les farcir discrètement est toujours aussi jubilatoire. Notons que ces activités de prises de position peuvent toutes être effectuées en coopération avec un ami : toujours sympa, même si on aurait bien entendu aimé que ce mode coop s'étende au reste du jeu. Enfin, entre deux fusillades explosives, il vous sera proposé de revivre l'histoire de Shangri La au travers d'hallucinations à l'esthétique sublime, mais aux phases de jeu redondantes et pas vraiment amusantes. On se retrouve donc avec un FPS en open-world nerveux, prenant, disposant d'une multitude de choses à faire vous détournant fréquemment de la partie scénarisée, mais qui ressemble malheureusement beaucoup trop à son aîné pour être pleinement satisfaisant.

 

 

 

Kyratéka


Techniquement, Far Cry 4 fait plaisir, car même si il n'atteint pas les 60 images par seconde et se tape un peu de clipping sur consoles, son 30fps solide (malgré quelques petites chutes de framerate, vraiment rares) et sa végétation d'une densité rare font le job et réussissent à nous mettre quelques pichenettes bien senties qui nous chauffent les mirettes. De toute façon, Kyrat est peut-être le plus gros atout de ce jeu : un univers majestueux et rempli de mystères, qui ne demande qu'à être exploré de fond en comble, une vraie réussite. Du côté bande-son, on a bien entendu le droit à de la musique orientale pur jus, mais aussi à la radio Free Kyrat qui viendra remplacer les messages du ministère de la Communication de Pagan, à chaque fois que vous capturerez une tour. Une bonne idée, bien exploitée avec un animateur en roue libre qui n'hésite pas à employer un langage fleuri pour faire passer ses idées.

 

 

Avec Far Cry 4, Ubisoft assure le service minimum en sortant une version 1.5 de l'excellent Far Cry 3 : il s'impose donc sans effort comme l'un des blockbusters de choix de cette fin d'année avec son histoire simple, mais efficace, son open-world gigantesque et ses innombrables quêtes annexes. Cependant, il est assez triste de constater que l'un des principaux acteurs de l'industrie se repose autant sur ses lauriers en ressassant depuis des années maintenant la même formule sur ses jeux à monde ouvert. La pilule passe encore pour le moment, mais l’écœurement risque d'arriver très vite si l'éditeur persiste sur cette voie.

Les plus et les moins

Kyrat, une province enchanteresse Far Cry 3.5
Contenu très dense Quelques bugs
Les captures de forteresses et de camps Ubisoft et les open-world : la même formule, toujours
Pagan Min Pagan min : trop peu présent
Gunfights nerveux    
Radio Free Kyrat : l'animateur en roue libre    

 

Testé à partir de la version PS4

0

L'actu

En Continu

18:09 Promos sur Far Cry Primal & The Division
02:18 FC4 : DLC la vallée des Yetis en vidéo
12:38 Far Cry 4 : Hurk DLC en vidéo
11:28 Test FC4 : Escape from Durgesh Prison
13:56 Far Cry 4 : Le DLC s'illustre
21:18 Far Cry 4 retiré du Xbox Live
14:03 Guide des trophées de Far Cry 4
10:19 Test de Far Cry 4
11:47 Far Cry 4 - Easter Egg Fin Alternative
19:06 Far Cry 4 : Le Season pass en vidéo

Guides

à découvrir

Guide des trophées de Far Cry 4
Far Cry 4 - Easter Egg Fin Alternative