Bloodborne, PS4
2

Notre verdict sur Bloodborne de From Software : les amateurs des Souls risquent d'avoir besoin d'une PS4.

Bloodborne, PS4

Exclusivité PS4 attendue comme le messie par de nombreux joueurs, Bloodborne de From Software est un Action-RPG largement inspiré de la série des Souls développée par le même studio (Dark Souls, Demon's Souls) et qui mettra vos nerfs à rude épreuve.

 


Genre : Action-RPG

Développeur : From Software

Éditeur : Sony

Support : PS4

Prix : 69,99€

PEGI : 18+

 

 

 

La chasse est ouverte


Dès les premières minutes de jeu, Bloodborne vous force à mettre les mains dans le cambouis. Avec une introduction minimaliste et un loup-garou en guise de première rencontre et sans aucun moyen efficace de vous défendre, vous décidez de prendre la poudre d'escampette, jusqu'à croiser des villageois zombies tout aussi peu aguicheurs : vous mourrez donc, inévitablement. Mais comme dans Demon's Souls à l'époque sur PS3, cette mort est tout à fait normale et ne sert finalement que de prétexte pour vous introduire au HUB central de l'aventure, le Rêve du Chasseur. Sorte de quartier général à partir duquel vous pourrez vous téléporter dans n'importe quelle zone du jeu, ce lieu plutôt paisible par rapport au monde éveillé vous servira aussi à faire quelques emplettes, à améliorer vos armes à l'atelier ou à augmenter vos compétences grâce à une intrigante femme-poupée (passées les deux premières heures de jeu). Votre première visite vous octroiera vos premières armes, une arme à feu à équiper en main gauche et une arme blanche à équiper en main droite : vos instruments de mort soigneusement sélectionnés, vous voilà prêt à retourner en découdre avec les bestioles qui vous ont mis à mal quelques instants plus tôt.

Bloodborne débute alors vraiment et vous laisse découvrir son gameplay très proche et pourtant si différent de celui des Souls. Première différence de taille : le nouveau titre de From Software n'apporte simplement aucune solution défensive efficace en dehors des esquives et vous pouvez dire au revoir aux boucliers qui vous auront sauvé la vie tant de fois dans les précédents épisodes de la série. À la place, tout tourne autour d'un système rapide lorsque vous ciblez un ennemi et de la présence de l'arme à feu qui permet d'interrompre l'assaut d'un ennemi voire même de le contrer si le coup de feu est suffisamment bien timé. Votre arme en main droite dispose quant à elle d'une panoplie d'attaques bien plus étendue, puisqu'elle pourra se transformer à loisir avec une simple pression sur L1. D'une version raccourcie, mais plus rapide et moins puissante à une version allongée plus lourde et plus puissante, ce couteau suisse mortel servira aussi à asséner quelques backstabs surpuissants appelés ici attaques viscérales. Pour les déclencher, il faudra arriver discrètement dans le dos d'un ennemi, lancer une attaque chargée en maintenant R2 et profiter de l'étourdissement de l'ennemi pour l'achever avec une attaque normale. 

 

 

 

Le Labyrinthe de PAN !


Mais ne vous faites pas trop d'illusions, même en maîtrisant correctement toutes ses mécaniques, Bloodborne ne vous laissera aucun moment de répit et il faudra surtout composer avec le positionnement des ennemis et des différents pièges qui vous attendent dans la ville de Yarnham. Et puis, il y a les boss : toujours aussi impressionnant, toujours aussi douloureux, From Software impressionne une fois de plus avec ce bestiaire horrifique de tout premier ordre, une grosse claque dans le museau. Ceci dit, mal préparé, vous risquez de revenir plus d'une fois près de la lanterne la plus proche, ces dernières faisant office de checkpoints capables de vous ramener directement dans le Rêve du Chasseur. C'est inévitable, il y a des moments où vous allez tout simplement devoir farmer du mob à la recherche de potions (bye bye fiole d'Estus) et de quelques gouttes de sang afin d'améliorer correctement votre personnage en vue des challenges qui l'attendent. De ce point de vue, Bloodborne fonctionne exactement comme ses grands frères : ici, le sang remplace les âmes en tant que monnaie d'échange, une monnaie qui vous sera retirée à chacune de vos morts et qui disparaîtra complètement si vous n'arrivez pas à la récupérer en retournant sur le lieu de votre décès, on connait la chanson. Cependant, BB avance quelques nouveautés, comme la possibilité de pouvoir (enfin) vendre des objets et le fait que les ennemis puissent carrément avaler le sang que vous avez laissé sur le terrain en passant de vie à trépas.

La seule solution pour le récupérer est d'anéantir ledit monstre, facilement reconnaissable grâce à ses yeux inondés de lumière. Mais au-delà de toutes ces épreuves imposées qui pourront parfois être prises comme des corvées, les développeurs de From Software nous plongent dans un univers cohérent au level design particulièrement léché comportant de nombreux embranchements et autres passages secrets. Puis il y a le multijoueur : autre grande force de la série des Souls, le online asynchrone fait ici son grand retour avec les taches de sang qui révèlent les derniers instants d'un autre chasseur ou les fameux messages au sol qui pourront tout aussi bien être une aide salvatrice qu'un vulgaire troll. Il est aussi toujours possible de recourir à l'invocation de joueurs ou de se faire invoquer soi-même pour jouer en coopération, même si la méthode permettant d'accéder à ce mode coopération n'est finalement pas très claire. Sans trop en dévoiler, les objets nécessaires aux invocations sont dispensés par un marchand qui n'apparaît qu'une fois votre niveau de lucidité suffisamment élevé, ce dernier augmentant au fur et à mesure de vos rencontres avec les boss du jeu ou grâce à l'usage de certains objets. Il est aussi possible d'explorer à trois des donjons générés aléatoirement appelés Donjons Calices et formés grâce à des artefacts que vous trouverez au cours de votre partie. C'est une très bonne idée qui booste la durée de vie de façon intelligente, seulement le level design des différents blocs de ces donjons est peu inspiré et pas franchement engageant. Pour ceux qui n'auraient pas encore eu leur dose en terminant l'aventure une première fois (il nous aura fallu près de trente-huit heures), un New game + est  bien entendu accessible avec un challenge encore plus relevé et l'occasion aussi de découvrir des passages secrets que vous n'aviez peut-être pas découverts lors de votre premier run.

 

 

 

Hémophilie


En termes de direction artistique pure, Bloodborne et son ambiance Angleterre victorienne glauque à souhait font des merveilles. Très inspirée et croulant sous les détails, l'atmosphère du jeu en impose et découvrir chacune de ses nouvelles zones est un des plaisirs qui font que l'on avance dans le jeu sans se lasser des nombreuses morts qui jalonnent notre périple. Malheureusement, ce niveau de détails a un coût et pas des moindres : les développeurs nous promettaient de tenter le 30 images par seconde constant, force est de constater que l'objectif est loin d'avoir été atteint sur la version finale. Rien de fondamentalement gênant, le jeu est jouable et il n'y a pas de saccades aussi prononcées que sur un Dark Souls par exemple.

L'autre reproche que l'on peut adresser à la technique de Bloodborne, ce sont ses temps de chargement qui durent en moyenne une quarantaine de secondes, une attente pénible dans un titre où la mort survient si facilement. Pas de panique cependant, Sony et From Software travailleraient actuellement de concert sur une solution permettant de raccourcir drastiquement ces loadings. Enfin, comment ne pas évoquer la bande-son du jeu et ses pistes d'anthologie ? Très discrète en temps normal, la musique s'octroiera quelques envolées lyriques lors des rencontres les plus musclées : une fois de plus, du miel pour les oreilles. Il est aussi à noter que le jeu dispose d'un doublage français intégral de bonne facture, chose suffisamment rare pour être soulignée, même si les puristes resteront sur la version anglaise sous-titrée, bien plus raccord avec l'ambiance du jeu.

 

 

 

Très fortement inspiré des Souls, Bloodborne sait toutefois se démarquer de ses aînés avec une tonne de bonnes idées, une nouvelle direction artistique sublime et un gameplay bien plus dynamique résolument axé sur l'offense. Toujours aussi brutal et exigeant, le titre de From Software n'est clairement pas du genre à faire dans la demi-mesure et gare à ceux qui se lanceraient dans l'aventure sans savoir dans quoi ils mettent les pieds : vous allez souffrir, et vous allez aimer ça.

Les plus et les moins

Level design au top Nombreux ralentissements
Direction artistique sublime Temps de chargement longuets (un patch est prévu)
Le gameplay des Souls, en plus viscéral Les donjons calices : une bonne idée, mal exploitée
Durée de vie conséquente    
Toujours aussi jouissif de défaire un boss récalcitrant    
Le multijoueur asynchrone fait toujours des merveilles    
Un titre qui ne prend pas les joueurs pour des idiots    

 

 

2
Voxel il y a 6 ans

Bien d'accord, ils ont vraiment réussi à renouveler le gameplay tout en gardant les bases solides des Souls. Pour ma part, c'es juste l'un des meilleurs jeux de ce début de génération (en même temps la concurrence n'était pas bien rude jusqu'ici).

shadowwx il y a 6 ans

Je lis le teste est pour la conclusion je n'aurai aps dit mieu, ce jeu est vraiment une merveille et je me dit a chaque nouveau de from software, il vont pas nous faire mieu (voir dejà vue) je me trompe a chaque fois :)

L'actu

En Continu

19:06 Le jeu sans lequel From Software n'aurait pas créé Dark Souls et ses suites
11:27 Dark Souls élu jeu ultime de tous les temps, le PC est élu meilleure plateforme
17:23 Bluepoint serait sur le remaster de Bloodborne, voire sur sa suite d'après une rumeur
17:16 Bloodborne : Une série serait en préparation sur HBO
12:18 Bloodborne, un petit patch pour la route
21:19 Bloodborne hors ligne quelques jours
10:33 Test de Bloodborne : The Old Hunters
10:30 De l'ajout de contenu dans Bloodborne
09:45 Bloodborne : Patch 1.05 à venir
09:29 Bloodborne : une extension dans l'année

Guides

à découvrir

Bloodborne : Guide de survie