MGG / Actualités jeux vidéo / Doom Eternal /

Test de DOOM PC, PS4, Xbox One

Test de DOOM PC, PS4, Xbox One
0

20 ans après Doom 64, la licence fait son grand retour sur consoles Nintendo, pour l'occasion on vous a fait le bilan de ce portage Switch. Is Nintendoomed ?

Test de DOOM PC, PS4, Xbox One

Test de DOOM sur PC et à présent sur Switch


Nous sommes retourné une fois de plus dans les 7 cercles de l'Enfer afin de découvrir le portage de DOOM sur la dernière console en date de Nintendo : la Switch. Vous pourrez la découvrir un peu plus bas, en parallèle de  notre ressenti sur la version PC. Pour mémoire DOOM est un titre développé par ID Software, édité par Bethesda qui était sorti le 13 mai 2016 sur PC, PS4 et Xbox One.

 

 

Doomsday


Pour être tout à fait honnêtes, nous n'étions pas des plus rassurés en lançant ce renouveau de la licence culte de fast-FPS d'ID : avec une campagne publicitaire qui aura provoqué quelques saignements auditifs jusqu'à six mois avant sa sortie à chaque coupure pub sur toutes les Web-TV françaises et un éditeur refusant d'envoyer des review codes avant la sortie officielle, on était en droit de se ronger les sangs quant à la qualité de ce reboot. D'autant que la phase de bêta ouverte ne nous avait clairement pas convaincus, la faute à un gameplay mollasson, ainsi qu'à un gros manque de charisme. Qu'à cela ne tienne, par amour du sport, nous avons tout de même téléchargé les quelques 40go du FPS afin de se faire une idée précise sur le titre d'ID et, ô joie, nos craintes n'étaient pas (toutes) fondées ! Après un lancement particulièrement musclé à base de bourre-pifs explosant le crâne de quelques démons qui osèrent s'approcher trop près, on commence à faire avancer notre space-marine dans les premiers couloirs du jeu, mais après 15 secondes, quelque chose ne va pas : un petit tour dans les options, changement du FOV pour un 130° plus à propos pour ce genre de jeu, et en avant Guingamp !

Car contrairement à nos inquiétudes sur le rythme du jeu, DOOM file bon train, avec des combats viscéraux et brutaux, malheureusement stoppés nets par une fausse bonne idée sur laquelle nous reviendrons un peu plus loin dans le test. L'introduction reste en tout cas très agréable à parcourir, malgré une surcouche scénaristique dont on se serait bien passés : les différents protagonistes ont un charisme de pétoncle, tandis que les dialogues sont tous plus bateaux les uns que les autres... Enfin, rien de bien grave cela dit, nous sommes dans DOOM après tout. Non, ce qui réussit franchement à ces premières heures de jeu, c'est toute cette phase d'acclimatation aux nouveautés du jeu et en particulier son système de progression plutôt malin. 

 

 

Carcasses : ON


Avec DOOM, ID a trouvé le bon équilibrage entre tradition et modernité, en revenant au level-design labyrinthique bourré de secrets qui faisait toute la saveur des premiers épisodes, tout en conservant des affrontements jouissifs et ultra-violents comme on les aime, en particulier après une journée particulièrement tendue. Il s'agit donc d'un « véritable » opus de la licence, avec tout ce que cela implique en termes d'exigence et de puissance de feu. Mais à côté de cela, les développeurs ont intégré tout un tas de nouvelles mécaniques vraiment bien vues, comme une amélioration des armes via un système de points de compétences basique, mais aussi des runes à débloquer en complétant des salles de défis annexes, des statuettes à retrouver, des cœurs d'amélioration... Au final, les stages du jeu se retrouvent bourrés d'éléments annexes à déverrouiller et qui seront utiles par la suite. C'est également sans compter les améliorations de l'armure associés à l'avancée du scénario, comme par exemple les bottes de propulsion qui autorisent le double saut. Finalement, il n'y a qu'une petite originalité qui nous aura laissés plutôt dubitatifs  : les Glory Kills, qui sont en fait les exécutions permettant de récupérer des points de vie et des munitions en abondance sur le cadavre des ennemis.

Le gros problème de ces finish moves est qu'ils deviennent tout simplement nécessaires dès la deuxième partie du jeu, et que ces derniers coupent momentanément l'action. On aurait aimé que les GK soient tout simplement optionnels ou qu'on puisse désactiver leur animation dans les options afin de rester dans le flow de la partie. On pourra également pester face au dernier tiers de l'aventure qui se révèle sacrément flemmard, avec des arènes qui s'enchaînent bêtement, sans véritable liant comme dans les premières heures de l'aventure. Peu importe, ID a tout de même réussi à renouer avec la recette des bons vieux FPS d'antan pour sa campagne et on reste accrochés à son combo clavier / souris jusqu'au dénouement, grâce à ses affrontements particulièrement jouissifs et nerveux : dommage qu'on ne puisse pas en dire autant de son mode multijoueur.

 

 

Le Noël des Petits Animaux de la Forêt


Après avoir retourné la campagne, nous nous sommes évidemment tournés vers les modes multijoueurs : plutôt variés, avec une sélection d'une bonne douzaine de cartes, on a clairement fait pire pour un lancement de service. Cependant, si le contenu est largement suffisant pour maintenir les excités de la gâchette sur les serveurs, il en est tout autrement de l'ambiance globale et des efforts apportés à l'ergonomie de ce pan compétitif de DOOM. Pour faire simple : tout est très kitsch, sans âme, terne... bref, au bout d'une dizaine de matchs, on s'ennuie ferme, malheureusement. De plus, même si le gameplay de la campagne solo est là, tout y est plus pataud, avec un équilibrage aux fraises et une voix-off qui donne tout simplement envie de passer l'arme à gauche. Après le niveau 8 atteint sur les serveurs, nous décidâmes enfin de voir ce que donnait le fameux Snapmap, qui permet tout simplement à la communauté de s'essayer au level-design avec une création de map complète. Et effectivement, l'outil est très puissant, avec la possibilité de lancer des scripts et l'accès complet aux fichiers du jeu, comme le bestiaire, la configuration des salles, etc. D'autant que techniquement, le bébé d'ID se défend plutôt bien, avec des gerbes de sang abondantes et des jeux de lumière particulièrement agréables à l’œil : cependant, on aurait aimé que le même soin soit apporté à la bande-son du jeu, particulièrement marquante sur les premiers opus. Certes, les riffs de gratte bien gras sont toujours présents, mais tout est mêlé à de la dubstep lourdingue, pour un rendu oubliable en quelques secondes.

 

 

 

Quoi de neuf sur Nintendo Switch ?

Bethesda étant bien décidé à soutenir la dernière console de Nintendo, DOOM est logiquement le premier à se voir porter dessus. Et le bilan est très positif ! Le portage est de bonne facture puisqu'il offre des visuels avec certes quelques compromis mais fidèles au jeu original. Le jeu est en 720p et résiste à l'envie de descendre sous les 30 fps la plupart du temps, chose pour le moins surprenante lorsqu'on garde en tête que la console est une simple tablette guère plus épaisse qu'un smartphone actuel. Évidemment, il va falloir vous retirer immédiatement l'idée de vous frotter avec insistance aux parois du jeu : les textures sont assez compressées et le jeu peut se montrer légèrement flou, reste qu'il conserve quelques panoramas bien agréables. Toute la partie technique était la grande interrogation de ce portage, et le boulot a été très bien fait de ce côté-là. Les premiers septiques peuvent donc être rassurés, l'expérience offerte par DOOM sur Switch ne diffère en rien de celle sur les autres plateformes.




Et sa capacité à jouer en mode nomade est un immense plus non-négligeable car le jeu s'adapte plutôt correctement aux maniements aux Joy-Cons. On regrette par contre la disparition du mode Snapmap qui n'est pas présent dans la version Switch. Dommage aussi que les développeurs de chez Panic Button n'aient pas intégré du multijoueur local qui aurait eu sa place ici grâce aux manettes de la Switch. Ce sont quelques petits détails qui viennent entacher le tout mais pour faire le bilan de DOOM sur Switch, il est clair que nous le recommandons si le jeu vous tentait déjà lors de sa sortie l'année dernière. iD Software vient bousculer les habituelles sorties tout public du côté de Nintendo pour tenter de se frayer un chemin chez un public plus âgé, et de toute évidence, le pari est réussi dès lors que vous êtes prêt à le payer plein tarif, c'est-à-dire 60€ alors qu'il est disponible à moitié prix sur d'autres plateformes.

Mattrio

 

 

Note globale

Il revient de loin ce DOOM, mais finalement ID a réussi à trouver le bon compromis entre tradition et modernité pour sa campagne solo. Tout particulièrement jouissif au cours de ses premières heures avec l'acclimatation à un gameplay old-school agrémenté d'un système de progression malin poussant à l'exploration de niveaux au level-design alambiqués, le mode solo de ce reboot est une belle réussite, seulement ternie par une dernière partie un peu plus flemmarde et cette fausse bonne idée des Glory Kills. Nous restons cependant plus réservés sur les modes multijoueurs du jeu, avec un contenu certes conséquent, mais aux sensations annihilées par un manque d'ambiance manifeste qui rebutera bon nombre de joueurs.

Les plus et les moins

Un vrai DOOM à l'ancienne. Les Glory Kills : une nécessité dont on se serait bien passés.
Un système de progression malin et qui pousse à l'exploration. Une seconde partie de campagne plus flemmarde.
Un multijoueur complet... ... qui manque clairement de charisme.
Level-design labyrinthique bourré de secrets. Personnages secondaires ratés.
Jouissif et nerveux. Bande-son décevante.
Snapmap, un outil de création puissant. Trop cher sur Switch
Un scénario qui s'efface très vite (oui c'est un bon point dans le cas présent).    
0

L'actu

En Continu

16:44 Une boucherie sans fin dans le mode Horde de Doom Eternal avec la MàJ 6.66
18:23 La Quakecon 2021 se tiendra du 19 au 21 aout
20:01 Doom Eternal est désormais disponible en version next-gen sur PS5 et Xbox Series
16:09 Le trailer DCL 2 de Doom Eternal : The Ancient God et sa date de sortie
15:32 Teaser du DLC 2 The Ancient Gods de Doom Eternal
17:20 Doom Eternal : le DLC The Ancient Gods Part One est disponible
21:27 DOOM Eternal : The Ancient Gods Part 1 sort les armes
20:22 Doom Eternal : Trailer de gameplay de l'extension The Ancient Gods épisode 1
11:21 Doom Eternal : Teaser trailer du DLC The Ancient Gods, Part One
23:07 Bethesda annonce DOOM Eternal et The Elder Scroll Online sur PS5 et Xbox Series X

Articles

recommandés

Doom Eternal : Liste des armes & leurs modifications
Doom Eternal : Gameplay du Battle Mode
Calendrier des sorties de jeux

Guides

à découvrir

Soluce Doom Eternal - Mission 9 - Taras Nabad : Walkthrough & secrets
Soluce Doom Eternal : Mission 3 - Base d'Adepte : Walkthrough & secrets
Doom Eternal : Liste des armes & leurs modifications