MGG / Actualités jeux vidéo /

Test de ReCore, PC, Xbox One

Test de ReCore, PC, Xbox One
0

Après la sortie de Mighty No.9 plus tôt dans l'année, le producteur de renom Keiji Inafune nous présente son nouveau, ReCore, en exclusivité sur Xbox One. Nos impressions sur la bête ici.

Test de ReCore, PC, Xbox One

ReCore : le Test


Afin de bien démarrer la rentrée 2016, Microsoft dégaine une exclusivité qui sort un peu de ce que propose habituellement le catalogue Xbox. Ce jeu, c'est Recore, fruit d'une collaboration entre les japonais de Comcept et les texans d'Armature Studios. Disponible dès ce 13 Septembre 2016 sur Xbox One et Windows 10, nous avons pu retourner en long et en large la version One et vous livrons nos impressions.

 

Recpre - Trailer de lancement

 

ReCoreGenre : Action, Aventure, Shooter

Développeur : Armature Studio

Éditeur : Microsoft

Prix : 39,99€

Supports : Xbox One, PC (Windows 10)

PEGI : 12

Date de sortie : 13 septembre 2016

 

 

 

Inafuqui ?


annoncé il y a un peu plus d'un an à l'E3 2015, ReCore est une exclu Microsoft fomentée par deux équipes aux grands noms. Tout d'abord Comcept et son Keiji Inafune et Armature studios, dont une partie des développeurs travaillaient sur la cultissime saga Metroid Prime. Un gros indice sur le jeu s'échappe ainsi : ReCore sera clairement de l'école du gameplay. SPOILER Alert : c'est le cas.

Après une annonce en grande pompe, le jeu a tout simplement disparu des radars pendant une année entière pour enfin ressurgir à l'E3 2016 et sortir 3 mois plus tard. Ce genre de silence radio n'est jamais bon signe dans le monde du jeu vidéo, surtout quand on connaît la propension de Keiji Inafune à faire attendre son public pour un résultat loin des espérances (Mighty No.9 est son dernier exemple).

Au lieu de prendre son temps et de sortir comme le blockbuster qu'on pourrait penser qu'il est, ReCore arrive finalement comme un petit double A accouché dans la vitesse pour un prix allant de 28€ à 40€. Nos attentes déjà bien minimisées par toutes ces petites histoires, nous nous sommes lancé dans celui que l'on pourrait considéré comme le (petit) Ratchet & Clank de la Xbox One.

 

On se remet un extrait du magnifique premier trailer du jeu

 

D'or et de platine

 
Le jeu raconte l'histoire de Joule (prononcer Jul, comme le "rappeur"), une des seules survivantes humaines sur une planète où un groupe de robots fait loi. Mené par un méchant répondant au nom de Viktor (l'équipe chargé du nommage des persos s'est faite plaisir), il n'aura que cesse de vous mettre des bâtons dans les roues afin de ralentir votre quête pour le sauvetage de cette planète. C'est à peu près tout. L'histoire est simple, et à part nous faire esquisser de grands sourires à la simple évocation de "Joule", elle n'aura pas de réel importance dans le jeu. Quelques journaux audios viennent un peu étoffer le background des personnages, pour peu que l'on ait envie de s'y intéresser.

Pour servir cette histoire assez oubliable, le jeu s'offre une direction artistique toute aussi oubliable. Du sable, à perte de vue, et des plateformes. Du métal, des rochers, des entrepôts, on retourne dans les bases du jeu d'action-plateforme, pour un résultat très impersonnel et qui donne souvent l'impression de nous balader dans du vide. Pour couronner le tout, la partie technique n'est pas du tout au niveau.

Concernant la technique, nous évoquerons uniquement la version Xbox One du titre, pusique nous n'avons pas pu nous essayer à la version PC, apparemment meilleure sur ce point. On retrouve dans ReCore une grande palette d'ennemis qu'on croyait avoir oublier à la génération précédente : la trinité Alliasing, Clipping, Chargement. Ça grésille de partout, on voit les ombres et certaines textures s'afficher au fur et à mesure. On comprend de suite mieux que le jeu puisse tenir sur seulement 6 gigas. Les chargements sont légions et vous feront vous rappeler à quel point la mort est lente et douloureuse. Pour vous faire une échelle, on est à peu près sur ce que proposait Bloodborne à sa sortie (les mauvais souvenirs remontent).

 

Prenez cette image, baissez la résolution, rajoutez de l'aliasing et vous obtiendrez le rendu réel sur xbox One

 

Wesh alors


Avec des développeurs réputés pour avoir travailler pour certaines des plus grandes sagas que le jeu vidéo ait connu (Mega Man, Metroïd Prime), le jeu avait intérêt à assurer au niveau de son gameplay. Heureusement pour nous et pour lui, c'est exactement ce qu'il fait. Le jeu se présente sur la forme d'un TPS action/plateforme à l'instar d'un Ratchet & Clank, par exemple, avec quelques subtilités. Si les doubles sauts et les dash sont évidemment de mise, le jeu trouve son intérêt dans deux mécaniques.

Celles de tir, puisque notre Joule ne possèdera qu'une seule arme au long de l'aventure, mais une arme avec 4 types de tirs différents : un blanc, un rouge, un bleu et un jaune. Chaque arme dispose d'un tir rapide et d'un tir chargé, comme dans Mega Man ou Metroïd Prime (quelle coïncidence). Les couleurs des tirs correspondent à celles des ennemis rencontrés au fil du jeu. Si l'ennemi est rouge, il faudra le canarder avec le tir rouge, et ainsi de suite. Chaque couleur d'ennemis dispose de ses patterns d'attaque propre avec un élément lié (feu pour les rouges, glace pour les bleus...).

La deuxième mécanique originale du titre, c'est celle de compagnon. Au fil de l'aventure, le joueur va rencontrer une petite palette de robots avec chacun une habilité : un robot humanoïde à la force surhumaine, une araignée qui peut nous aider à grimper des surfaces verticalement et encore quelques uns que l'on vous laissera le plaisir de découvrir. Ceux-ci sont personnalisables via un système de craft simple à utiliser. Dommage cependant que l'évolution du joueur se fasse uniquement par "niveaux" et qu'il n'y ait aucune personnalisation d'équipement pour lui (ou elle, plutôt).

Les deux mécaniques serviront à parcourir un monde désertique construit à la manière d'un Ocarina of time, pour ne citer que lui. De grands paysages, des objets à récolter et des donjons qui permettent de mettre à profit toutes les mécaniques évoquées plus haut. Le level-design est classique mais réussi, et on se plaît à enchaîner les phases de plateforme pas toujours faciles et les combats en arène qui mettront vos réflexes à rude épreuve. Certains feraient presque penser à des manic shooters tellement ils sont frénétiques. Un grappin est également présent pour asséner des finish aux ennemis mais n'est pas vraiment exploité dans les donjons.

 

Seth l'araignée, indubitablement le beau gosse du jeu

 

Je tourne en rond


Pour ce qui est du contenu, il est difficile de savoir si ce qui a été fait sur ReCore est de la faute des développeurs eux-mêmes ou bien du producteur Microsoft. Une chose est sûre, il y a eu beaucoup de concessions entre la version prévue du titre et celle que nous avons chez nous aujourd'hui. Alors qu'il pourrait linéairement se terminer en moins de 5 heures, le jeu nous impose des conditions pour continuer l'histoire : récupérer 10, 20, 30 orbes disséminées dans les zones de sable ou bien dans les donjons, eux aussi cachés dans les zones de sable.

Vu l'absence totale d'un an du titre et sa sortie express, on peut aisément penser qu'il ne s'agit pas d'un choix de design mais bel et bien d'une technique pour gonfler artificiellement la durée du titre, afin que les joueurs ne se sentent pas arnaqués sur la marchandise. Paradoxalement, il y a un bon nombre de donjons cachés et d'activités annexes à réaliser dans le jeu. Pour une quarantaine d'euros, la galette est même assez bien fournie, juste mal agencée.

La partition musicale, enfin, est assez générique et le doublage français lorgne entre le passable et le calamiteux.

 

Joule prend la pose avec ses potos du quartier Nord

 

En conclusion

Quel casse-tête que ce ReCore ! Alors que le doute nous prenait avant la sortie du titre, ces heures de jeu permettent d'entrevoir un potentiel qui n'attend qu'à être exploité. Le gameplay est bon et ravive en nous les flammes d'un genre de moins en moins représenté. Malheureusement, l'emballage est tantôt paresseux, tantôt assez mal construit. L'histoire n'est pas vraiment prenante, la direction artistique trop terne et la technique en démotivera plus d'un. Si vous êtes de la fameuse école du gameplay et si courir après des orbes pendant des heures ne vous gène pas, alors on peut totalement vous conseiller ReCore. Si votre profil ne correspond pas, économisez plutôt pour les nombreuses sorties de fin d'année.

Les plus et les moins

Un des seuls platformers 3D sur la console La technique en mousse : alliasing, clipping
Les robots (surtout Seth, la petite araignée) Des chargements longs, très longs
Les gunfights hyper frénétiques Une direction artistique terne
C'est tout de même assez fluide Un scénario peu engageant
Le prix La progression qui casse le rythme
    Un potentiel général gâché
0
Robin Bouquet
Raiden Robin  - Journaliste

Fan de nombreux types de jeux, j'accroche surtout quand il faut faire souffrir ses méninges et peaufiner son gameplay. Des raids WoW, je suis passé aux CRPG, puis des tacticals aux 4X, mais aussi les jeux FromSoftware.

L'actu

En Continu

19:12 The Last of Us Part 1 : Où trouver toutes les blagues d'Ellie ?
19:12 The Last of Us Part 1 : Où trouver toutes les bandes dessinées du jeu
19:00 LoL : 4 fois où des joueurs ont été bannis « sans raison » par Riot Games
19:00 WoW WotLK : Le guide complet de l'Avant-garde de l'Alliance, l'une des réputations de l'Alliance
18:00 Le personnage que vous croisez à chaque game... mais auquel vous ne faites jamais attention
17:35 Spiderman : Voilà à quoi ça ressemble en vue à la première personne et c'est impressionnant !
17:30 WoW WotLK : Le guide complet de l'Expédition de la Horde, l'une des réputations de la Horde
17:20 Inside Star Citizen : Doing Time
17:01 Mastercard Nexus Tour : Qui remportera les Playoffs ?
17:00 Sonic Frontiers : On connait déjà la date de sortie grâce à un leak

Guides

à découvrir

League of Legends : Tier List des champions en Saison 12
Quels decks jouer pour l'extension "Meurtre au Château Nathria" ?
Calendrier des prochaines sorties de jeux vidéo : août 2022