MGG / Actualités jeux vidéo / Dossier : le gaming au féminin /

Communautés gaming : un milieu inhospitalier pour les femmes ? - Dossier : le gaming au féminin

Dossier : le gaming au féminin
Communautés gaming : un milieu inhospitalier pour les femmes ?
  • Présentation du dossier
  • Quelle place pour les femmes dans le gaming ?
  • La stéréotypisation des femmes dans les jeux vidéo
  • L'eSport féminin
  • En conclusion
10

Bannière gaming au féminin

Communautés gaming: un milieu inhospitalier pour les femmes ?

 

On a vu plus haut que les communautés gaming contemporaines ne sont pas si masculines qu’auparavant, et que la parité s’est instaurée pour une très grande majorité des jeux stars. Problème résolu ? Les femmes seraient-elles acceptées, au même titre que les hommes, dans l’univers gaming ? Ce n’est malheureusement pas le cas. En dépit d’améliorations notables, les femmes continuent d’être la cible d’attaques sexistes, en permanence et sur tous les types de jeux en ligne. Force est de constater que l’hostilité envers les femmes règne aussi, d’une certaine manière, sur la sphère virtuelle. De ce point de vue, l’anonymat ambiant propre au web permet aux harceleurs de s’acharner sans crainte de représailles. Mais ce n’est pas là l’unique facteur de l’inhospitalité du gaming online. Pour Vanessa Lalo, psychologue spécialisée dans les jeux vidéo, la racine du mal est plus ancienne...

 

 

Le streaming féminin


Le stream est devenu un élément incontournable de la culture gaming moderne. Pour les néophytes, rappelons le principe : une personne se filme en train de jouer, tout en diffusant son propre gameplay à l’écran. Le stream se fait le plus souvent via Twitch, et inclut un chat, sur lequel les spectateurs interagissent avec le streameur. Et si ce dispositif, très en vogue, est indiscutablement démocratique puisqu’il “horizontalise” le rapport entre viewer et star du gaming (tout le monde peut discuter d’un contenu en live avec les présentateurs en question), reste que le contenu dudit chat est très souvent violent… Notamment quand le streamer est une streameuse !

Laure Valée, présentatrice et analyste pour les streams O’gaming, nous a fait part de la difficulté d’être une femme face à un chat rassemblant des milliers de gamers. Les remarques désobligeantes sur le physique pleuvent… Un véritable harcèlement virtuel, qu’on voit très rarement quand le caster est de sexe masculin. Virulents, les chats le sont souvent, envers la plupart des streamers et commentateurs eSportifs. Mais ils le sont encore davantage envers les femmes, malgré les efforts fournis par les modérateurs. "Lors de ma première apparition caméra, je n'ai reçu que des insultes : sur mon physique ou juste parce que je suis une femme. [...] Le chat Twitch, je le vois comme une cour de récrée où des milliers de personnes se retrouvent après une journée fatigante et qui viennent pour se défouler."

 

 

Laure Valée lors de la finale du segment d'été LCS EU à Paris-Bercy

Laure Valée lors de la finale du segment d'été LCS EU à Paris-Bercy © Millenium



Et il ne faut pas croire que cet acharnement d’un nouveau type n’existe que contre les personnalités féminines les plus influentes. Les “petites” streameuses ne sont pas en reste et subissent elles aussi de plein fouet les pressions des harceleurs.

Nous avons interviewé Sheitaniña, qui stream de manière amateure des FPS, principalement. La streameuse déplore elle aussi un harcèlement fréquent, outrageusement sexiste. “ J’ai déjà récolté beaucoup d’insultes et de remarques en stream, gratuitement, sans raison valable”, lance-t-elle. “Montre tes seins” et "Sale pute" sont des phrases que je vois souvent sur le chat, malheureusement…”.

Un peu comme la rue, les chats des streams seraient une sorte d’espace public 2.0, parfois très oppressant dès qu’on est une femme.

 

 

Des chiffres qui confirment le malaise


D’après notre sondage, 74,7% des gameuses se disent avoir été victimes, au moins une fois, de discrimination et de sexisme dans les jeux en ligne. Le chiffre est probant, et en dit long sur l'inhospitalité latente qui hante les chats et autres canaux vocaux. Le pire, c’est que 89,2 % des gameurs masculins prétendent n’avoir jamais discriminé une femme en jeu. De deux choses l’une. Il est très probable qu’une petite minorité d’hommes se conduise mal de manière répétitive envers les femmes, ce qui expliquerait cette inadéquation statistique. Mais il est aussi fort possible que beaucoup d’hommes n’assument pas leurs propos sexistes, ou même qu’ils ne réalisent pas tenir des discours discriminatoires. Cette dernière hypothèse retient particulièrement notre attention car elle serait la preuve d’un sexisme social latent, bien en amont du jeu vidéo et du gaming. Un autre chiffre confirme cette discrimination “invisibilisée” par les hommes : seuls 57,9% d’entre eux estiment avoir été témoins de propos sexistes en jeu.

Il y aurait donc un véritable problème de “conscience” autour du sexisme dans le gaming. Le respect des limites à ne pas dépasser n’est peut-être pas bien appréhendé par les communautés de joueurs qui sont, on le rappelle, souvent assez jeunes.

 

 

Un reflet social exacerbé par l'anonymat


Pour Vanessa Lalo, psychologue spécialisée dans le numérique et les jeux vidéo, on retrouve dans le gaming en ligne les mêmes problèmes qu’en société. Le machisme à travers les écrans est le même que celui qu’on identifie quotidiennement dans la “vraie vie”, il en est le reflet le plus strict. “Cette histoire de virilité exacerbée, c’est quelque chose qui transcende très largement le jeu vidéo”, explique l’experte. Autrement dit, l’univers gaming n’est pas plus sexiste ou hostile que d’autres champs sociaux : il ne fait que restituer virtuellement des stéréotypes en vogue actuellement. L’origine des maux que rencontrent les femmes aujourd’hui dans l’eSport et la pratique en ligne du jeu vidéo serait ainsi sociétale et éducationnelle. Selon Vanessa Lalo, le gaming n’est pas plus propice au machisme véhément qu’une autre discipline.

En revanche, elle admet que l’anonymat propre au virtuel tend à exacerber ce sexisme diffus. “Derrière un écran, beaucoup d’hommes se désinhibent et se lâchent. Les gamers sont souvent doux comme des agneaux, mais en groupe et cachés derrière leurs écrans, ils peuvent être terrifiants et dire des horreurs”, déplore-t-elle. Que le virtuel vainque la timidité, c’est plutôt une bonne chose. Qu’il accroisse la violence d'un sexe à l'autre, c’est un dommage collatéral très regrettable. En résumé, si le gaming n’est pas naturellement un terreau du sexisme, la “virtualisation” du joueur fait de ce milieu un vrai défouloir, qui dissout les seuils de respect que les gens se mettent entre eux en société.

Il est d’ailleurs édifiant de constater la différence entre le comportement des joueurs en ligne et lors des LAN. Si beaucoup de joueurs revendiquent de l’hostilité envers les femmes derrière leur écran, il sont beaucoup plus policés dans un face à face réel avec des joueuses. “Il y a une sorte de respect qui s’installe chez les équipes masculines quand elles voient une team féminine se déplacer en LAN”, témoigne RoXy, ancienne joueuse semi-professionnelle de CS:GO et de Shootmania.

L’autre explication de ce malaise virtuel est beaucoup plus psychologique. Vanessa Lalo parle de “peur de la femme castratrice”, et “d'humiliation de perdre contre une fille”. Propos corroborés par RoXy, qui a déjà vu des équipes masculines refuser de jouer un match contre sa team de joueuses. “Les hommes ne veulent pas partager ce terrain de jeu qui leur était autrefois réservé, d’où leurs réactions parfois très virulentes”.

 

 

Des joueuses sur-sexualisées par les hommes


Il est apparu dans notre sondage que la plupart des joueuses souhaitaient une chose en particulier : être considérées comme des joueuses, littéralement, et pas comme de potentielles cibles de drague. Il est intéressant de noter que certains joueurs considèrent d’emblée les gameuses comme des dragueuses en puissance, alors qu’elles ne sont souvent là que pour jouer, progresser et tryhard, exactement comme les hommes. Or, la dimension de séduction est présente en jeu et surtout en stream. Proposition de boost pour “acheter” un sentiment, drague ouverte ou commentaires désobligeants... Rares sont les femmes qui n’ont jamais été confrontées à ce genre de comportements, et encore plus rares sont celles qui n’ont jamais été considérées que comme des partenaires de jeu. Sur Twitch, les streameuses qui totalisent le plus de vues - et le plus de revenus - sont celles qui en montrent le plus. Et on ne parle pas ici de gameplay… À l’opposé, certaines joueuses talentueuses en terme de skill, qui n’ont rien à envier aux gamers les plus assidus, ne récoltent que peu de viewers.

La sexualisation des femmes qui passe avant leur compétence, ce n’est malheureusement pas nouveau, et force est de constater que l’univers gaming ne déroge pas à la règle. Contrecoup de cette dure réalité : beaucoup de femmes s’anonymisent totalement sur le plan virtuel (pseudo masculin et vocal interdit), pour jouer tranquillement...

 

 

  • Présentation du dossier
  • Quelle place pour les femmes dans le gaming ?
  • La stéréotypisation des femmes dans les jeux vidéo
  • Communautés gaming : un milieu inhospitalier pour les femmes ?
  • L'eSport féminin
  • En conclusion
10
Kaneda il y a 2 ans

cool d'avoir abordé ce sujet , bravo aux femmes qui tienne le coup face aux commentaire des gros frustré et imbeciles qui ne tolere pas la difference , c'est tellement facile d'insulter quelqu'un bien planquer derriere sont ordi ( souvent chez papa et maman pour certains ) , et ya des cons partout aussi autant chez les femmes que les hommes , mais chapeau bas à celle qui tiennent le choc et j'espere qu'il y en aura plus dans les année à venir , et les préjugés sont tenace malheureusement et c'est aux parents d'éduquer leurs enfants dans la bonne direction aussi , bref je le redit sympa d'avoir abordé ce sujet , et ... femmes je vous aime comme dirait julien , hihi

Andha il y a 4 ans

Très bon dossier, bien documenté, bien sourcé. Un bon état des lieux rapide de ce qu'est le jeu vidéo au féminin aujourd'hui. J'ai 38 ans, ça fait 35 ans que je joue aux jeux vidéo, ça n'a pas toujours été facile mais ça l'est de plus en plus. Par exemple, on ne dit plus aux petites filles (ou moins) que le jeu vidéo n'est pas pour elles. Ca ne choque plus les gens de dire que le jeu vidéo est ta passion (sauf ceux de ma génération, foutue mentalité de dinosaures :D).Le jeu vidéo comme le reste a un gros problème de sexisme, il se dissipe avec le temps, avec la connaissance et l'information donc merci à vous pour cet article car il contribue à casser les mythes et à sensibiliser hommes et femmes sur la question.

Valdsak il y a 4 ans

À noter que l'association PinkWard qui défendait la mixité dans les jeux vidéo a été dissoute récemment suite à des problèmes internes, mais que certain(e)s ancien(ne)s ont repris le flambeau avec OpenMindAir : https://www.facebook.com/OpenMindAir-1962422400656974/<br /> <br /> Concernant les teams mixtes, personnellement j'en ai fait plusieurs, je n'ai jamais constaté aucun problème "d'attente entre les deux sexes" ou de "rejet de la faute" voire de "non acception que la fille soit meilleure". Après j'ai jamais été pro ni semi-pro, mais c'est la preuve que c'est parfaitement possible pour peu que le comportement de chacun soit raisonnable et les choses claires.<br /> <br /> Concernant le montant total des gains, j'aurais bien aimé savoir le %age de joueuses de Dota 2 et le %age de pros sur Dota 2 qui est clairement le jeu qui donne les meilleurs cashprizes. S'il n'y a pas de femmes sur Dota2, l'écart va gonfler alors que la comparaison n'est pas effectuée sur le même support. Une comparaison avec des joueurs du même jeu (SC 2 et Halo Reach par exemple) aurait été plus pertinente je trouve.

Sheitaniña il y a 4 ans

La dite image représente non seulement une apparence "vestimentaire" + une attitude. L'idée n'est pas de dire qu'une fille pouponnée qui joue est forcement une e-girl. En revanche peu importe sa tenue, si la dite fille suce sa manette quand elle joue, même déguisée en licorne on peut se poser la question ^^

Sheitaniña il y a 4 ans

La dite image représente non seulement une apparence "vestimentaire" + une attitude. L'idée n'est pas de dire qu'une fille pouponnée qui joue est forcement une e-girl. En revanche peu importe sa tenue, si la dite fille suce sa manette quand elle joue, même déguisée en licorne on peut se poser la question ^^

Yumitre il y a 4 ans

Dossier intéressant mais je ne peux m'empêcher de remarquer votre petit dessin d'illustration dans la partie sur les stéréotypes pour illustrer les e-girls. En souhaitant dénoncer un cliché il en véhicule un autre : la e-girl du haut est coiffée et maquillée et celle du bas non. Pourquoi ne pas avoir mis exactement la même femme dans deux attitudes différentes ? En gros une fille sexy n'est pas une vraie gameuse... ? Perso, je ressemble à la fille du haut physiquement mais je joue comme celle du bas (Je joue demoniste destruction dans WoW). Y'a encore du boulot même avec les meilleures intentions du monde ;)

Yumitre il y a 4 ans

Dossier intéressant mais je ne peux m'empêcher de remarquer votre petit dessin d'illustration dans la partie sur les stéréotypes pour illustrer les e-girls. En souhaitant dénoncer un cliché il en véhicule un autre : la e-girl du haut est coiffée et maquillée et celle du bas non. Pourquoi ne pas avoir mis exactement la même femme dans deux attitudes différentes ? En gros une fille sexy n'est pas une vraie gameuse... ? Perso, je ressemble à la fille du haut physiquement mais je joue comme celle du bas (Je joue demoniste destruction dans WoW). Y'a encore du boulot même avec les meilleures intentions du monde ;)

Piconzaz il y a 4 ans

Chouette article de fond, comme il y en a peu sur Millenium ou ailleurs (en tous cas en langue française). Ni victimisant, ni aggressif, sans pour autant gommer ou minimiser quoi que ce soit, le ton me paraît très juste et soigné. Ce serait bien de voir plus souvent des articles de cette qualité, notamment sur ce thème. Merci !

Sheitaniña il y a 4 ans

Hey merci Irezumi pour ce commentaires, ça fait chaud au cœur ^^ <br /> En tout cas GG pour l'article. Moi qui avait peur que l'on tombe dans le pathos Féminazi, je trouve que l'article est très bien dosé, plein de justesse et bien renseigné. C'est cool comme approche surtout que le sujet et particulièrement épineux. Et sympa d'avoir pensé à demander l'avis d'homme et de gamers. ^^ GG encore

Haddock-Ken il y a 4 ans

Super dossier très documenté. Bravo mesdemoiselles et mesdames qui, malgré les kilo tonnes d'immondices que vous vous prenez régulièrement, persistez à jouer comme vous le voulez. Emmerdez les puceaux boutonneux et autres pseudos-machos-emasculés et profitez de ce superbe medium qu'est le jeu vidéo en essayant de ne pas vous en souciez, même si cela doit être parfois extrêmement difficile. Et dites vous bien que tous ces rageux n'ont qu'une trouille : que vous soyez meilleures qu'eux, ce qui est déjà bien souvent le cas.

L'actu

En Continu

19:53 Solution DCE pour Gelson Martins Grosses Recrues sur FIFA 22
19:29 Dupliquer ses Pokémons et objets dans Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante
19:21 Obtenir le Pokémon fabuleux Phione dans Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante
18:40 La Best Of TOTW 2 sur FIFA 22 avec Neymar IF !
18:25 Star Citizen - IAE2951 : Jour 9
17:40 Star Citizen : découvrez l'Odyssey, un vaisseau pour les longs voyages
17:30 Avant Adam, Team BDS officialise son coaching staff XXL en LEC
16:00 WoW : Premier aperçu des bonus d'ensemble du Prêtre au Patch 9.2
15:37 La Xbox Series S est la console la plus populaire du Black Friday selon Adobe Digital
15:10 Comment obtenir Motisma dans Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante ?

Guides

à découvrir

League of Legends : Tier List des champions en Saison 11
Quels decks jouer pour l'extension Unis à Hurlevent sur Hearthstone ?