MGG / Actualités jeux vidéo / Dossier : le gaming au féminin /

L'eSport féminin - Dossier : le gaming au féminin

Dossier : le gaming au féminin
L'eSport féminin
  • Présentation du dossier
  • Quelle place pour les femmes dans le gaming ?
  • La stéréotypisation des femmes dans les jeux vidéo
  • Communautés gaming : un milieu inhospitalier pour les femmes ?
  • En conclusion
10

Bannière gaming au féminin

L'eSport féminin

 


Nous l’avons vu : les femmes représentent près de la moitié des joueurs. Cependant, il semblerait que la parité soit loin d’être acquise dans l’eSport. Avec la quasi-inexistence de joueuses au niveau professionnel et les controverses autour du mode de compétition - mixte ou féminin -, il y a encore un long chemin à parcourir si l’on veut un jour, par exemple, assister à une finale mondiale de League of Legends où hommes et femmes s’affrontent en toute mixité. Nous vous proposons de décrypter cette problématique, de dresser les points positifs et encourageants mais surtout d’éclaircir certaines questions obscures, peut-être sans réponse, et sujettes à polémiques.

 

 

Des joueuses professionnelles minoritaires


Nous avons vu qu’un joueur sur deux est féminin. Mais il est important de noter que les jeux eSportifs, à ce jour, sont ceux où la présence féminine est la plus faible : FPS (25% de femmes), combat (30%), multijoueurs en ligne (30%), football (22%)... Il y a donc naturellement moins de joueuses que de joueurs professionnels. Pourtant, il y a encore moins de pro gameuses que de joueuses sur ces jeux. Pourquoi ?


La question du niveau: elle ne se pose pas. Aucune étude à ce jour n’a pu prouver qu’il y avait, biologiquement, de différences entre l’homme et la femme, à l’inverse du sport traditionnel.

En revanche, bien des théories pullulent sur le net. Certains pensent par exemple que cela vient des hormones ou d’un instinct primitif, qui pousserait les hommes à se dépasser et à aborder la compétition plus que la femme. Tout cela semble un peu farfelu, surtout lorsque l’on sait, que dans le sport traditionnel, les femmes sont bien présentes et s’affrontent avec autant de fougue que les hommes.


En creusant la question, des raisons plus valables se détachent.


L’aspect éducationnel et sociétal
: l’absence de femmes au niveau professionnel pourrait s’expliquer par leur éducation. C’est ce que nous a expliqué Vanessa Lalo, psychologue du numérique. “On ne pousse pas les petites filles à jouer aux jeux vidéo, ni à être la meilleure. On lui dit d’être belle et polie. C’est un véritable cliché sociologique et c’est communément plus admis pour les garçons d’être compétiteurs.” De cela découle des contraintes sociétales : on ne va pas encourager une femme à tout laisser tomber pour s’investir dans l’eSport. Ses proches ne l’accepteront pas aussi facilement que pour un homme, même si c’est difficile pour lui aussi.

Une question d’argent : Pour se lancer dans une carrière comme l’eSport, il faut avoir un minimum de garantie. On ne peut pas tout abandonner, sans être sûr de pouvoir en vivre par la suite. Du coup, on trouve un compromis : on continue de travailler tout en jouant. En l’état actuel, très peu d’équipes féminines sont suffisamment payées pour pleinement se consacrer au jeu, et cela se répercute sur leur niveau de jeu. Les cashprizes proposés lors des plus grands tournois féminins sont dérisoires en comparaison avec les plus grands tournois dits mixtes, mais où seuls des hommes concourent. Pour avoir une idée de ce que les meilleures joueuses gagnent sur l’intégralité de leur carrière, voici un tableau qui confrontent le total d’argent gagné par les meilleurs joueurs masculins et les meilleures joueuses dans l'histoire de l'eSport.


Joueuse
Total $
(tous jeux compris)
Jeu
(le plus lucratif)
  Joueur Total $
(tous jeux compris)
Jeu
(le plus lucratif)
Scarlett 193 190 Starcraft II KuroKy 3 367 188 Dota 2
Mystik 122 000 Halo: Reach Miracle 2 942 665 Dota 2
Ricki Ortiz 80 530 Street Fighter V UNiVeRsE 2 900 960 Dota 2
Kasumi Chan 55 000 Dead or Alive 4 Matumbaman 2 707 376 Dota 2
Sarah Lou 50 000 Dead or Alive 4 MinD_ContRoL 2 703 171 Dota 2
zAAz 24 918 CS:GO ppd 2 628 120 Dota 2
potter 22 895 CS SumaiL 2 601 795 Dota 2
juliano 22 048 CS:GO Fear 2 383 155 Dota 2
missharvey 21 305 CS GH 2 322 767 Dota 2
Vanessa 20 000 Dead or Alive 4 iceice 1 998 558 Dota 2

 

Intégrées dans le tableau masculin, Scarlett se retrouverait 296e et Mystik 300e.

 

Une pression trop forte : être une joueuse, même casual, ce n’est déjà pas une mince affaire. Il faut avoir un mental d’acier, et accepter de recevoir des insultes et des intimidations de toutes sortes. Alors être joueuse professionnelle, se mesurer aux hommes, subir le poids médiatique et les chats, est encore plus difficile, et n’est pas donné à tout le monde. Prenons Geguri, la coréenne professionnelle sur Overwatch. Elle a fait couler beaucoup d’encre en été 2016 avec 80% de taux de victoire sur le personnage Zarya. Accusée de tricherie, elle a dû prouver via un stream en direct que c’était son véritable niveau. Aujourd’hui, elle a accédé au statut de joueuse professionnelle chez l’équipe ROX Orcas. Rien que pour affronter cette situation, Geguri a fait preuve d’un sang-froid exceptionnel et a réussi à faire taire les mauvaises langues. Malheureusement, toutes les femmes n’ont pas cette capacité de passer outre cette pression. Eve, qui était la première joueuse pro sur StarCraft II, n’a pas réussi à faire abstraction des insultes et du harcèlement dont elle était victime. Elle est même allée jusqu’à supprimer son compte Twitter.

 

 

Geguri

Geguri avec son ancienne équipe EHOME Spear



Alors comment voir plus de filles au niveau professionnel ?


Cela sera possible, mais pas tout de suite. Pour espérer assister à des finales mondiales mixtes, bien des barrières devront tomber. D’abord, il faut permettre aux filles d’être plus nombreuses sur les jeux eSportifs, qui, par un souci marketing, visent un public majoritairement masculin. Cela évolue déjà : elle sont de plus en plus nombreuses à jouer et à s’ouvrir à de nouveaux types de jeu. “On commence à prendre conscience qu’on a trop genré l’éducation. Aujourd’hui, certains parents sont des gamers!”, déclare Vanessa Lalo. De plus en plus, on arrêtera de mettre les enfants dans les cases, comme le bleu et le rose, les voitures et les barbies. Lorsque la génération actuelle deviendra parent, les enfants seront encore plus encouragés à jouer et cela touchera bien sûr plus de filles. Ensuite, tout ne sera qu’enchaînement. Jouer contre des femmes deviendra plus naturel. Plus nombreuses, elles seront bien mieux intégrées au sein des communautés gaming. Des talents se détacheront, des icônes naîtront, et les joueuses les suivront. Des équipes mixtes se monteront, avec plus de facilités qu’à notre époque. Selon RoXy, ex-joueuse semi-pro de Shootmania et de CS:GO, “les teams mixtes, c’est très compliqué. Ça existe, on peut le voir avec la team Vitality sur Rainbow 6, mais le problème, c’est qu’il va toujours y avoir des soucis internes à cause des attentes entre les deux sexes. Aussi parce que, le garçon ne va pas être content que la fille soit meilleure que lui, et si elle est moins forte, alors on va remettre la faute sur elle. Pour que ça marche, il faut vraiment une symbiose parfaite, et ça me parait très compliqué avec les mœurs d’aujourd’hui”.

 

 

Tournois mixtes ou féminins ?


S’il n’y a pas de différence de niveau entre les deux sexes, alors la mixité doit exister dans les jeux vidéo. C’est un fait, homme ou femme, un joueur reste un joueur. Mais au jour d’aujourd’hui, très peu de femmes rivalisent avec les hommes et beaucoup préfèrent affronter d’autres filles (pour les mêmes raisons citées plus haut). Afin de les encourager à s’investir dans l’eSport, des tournois féminins ont vu le jour. Les organisateurs s’en sont d’ailleurs rendu compte : les filles sont motivées par ces tournois, elles se déplacent en LAN et des équipes sont créées. Laurène de l'ESWC partage cet avis : “Pour moi, les compétitions féminines, c’est de la discrimination positive. Il faut montrer aux femmes qu’elles ont autant de chances que les hommes de percer. L’objectif à terme, c’est de dissoudre les tournois féminins et de faire des tournois purement mixtes.”

De nombreuses joueuses déplorent le nombre limité de tournois féminins français. En nous parlant de son expérience, RoXy nous a avoué que les structures n’avaient pas les moyens suffisants pour envoyer une équipe féminine à l’étranger, comme aux Copenhagen Games ou à l’Intel Challenge de Katowice, où des tournois majeurs féminins sur CS:GO sont organisés et où les meilleures joueuses se retrouvent. Bjoran, ancien manager eSport Millenium, nous a expliqué que ce phénomène pouvait être comparé au football féminin, qui a mis du temps à se développer. “Il y a 5 ans, aucun journaliste ne se déplaçait pour les championnats d’Europe de football féminin. Aujourd’hui, elles sont professionnelles à 100%, avec des salaires corrects. C’est au fil du temps que ça s’est structuré. Pour l’eSport féminin, cela mettra 5 ou 10 ans, mais on y arrivera”.

 



  • Présentation du dossier
  • Quelle place pour les femmes dans le gaming ?
  • La stéréotypisation des femmes dans les jeux vidéo
  • Communautés gaming : un milieu inhospitalier pour les femmes ?
  • L'eSport féminin
  • En conclusion
10
Kaneda il y a 2 ans

cool d'avoir abordé ce sujet , bravo aux femmes qui tienne le coup face aux commentaire des gros frustré et imbeciles qui ne tolere pas la difference , c'est tellement facile d'insulter quelqu'un bien planquer derriere sont ordi ( souvent chez papa et maman pour certains ) , et ya des cons partout aussi autant chez les femmes que les hommes , mais chapeau bas à celle qui tiennent le choc et j'espere qu'il y en aura plus dans les année à venir , et les préjugés sont tenace malheureusement et c'est aux parents d'éduquer leurs enfants dans la bonne direction aussi , bref je le redit sympa d'avoir abordé ce sujet , et ... femmes je vous aime comme dirait julien , hihi

Andha il y a 4 ans

Très bon dossier, bien documenté, bien sourcé. Un bon état des lieux rapide de ce qu'est le jeu vidéo au féminin aujourd'hui. J'ai 38 ans, ça fait 35 ans que je joue aux jeux vidéo, ça n'a pas toujours été facile mais ça l'est de plus en plus. Par exemple, on ne dit plus aux petites filles (ou moins) que le jeu vidéo n'est pas pour elles. Ca ne choque plus les gens de dire que le jeu vidéo est ta passion (sauf ceux de ma génération, foutue mentalité de dinosaures :D).Le jeu vidéo comme le reste a un gros problème de sexisme, il se dissipe avec le temps, avec la connaissance et l'information donc merci à vous pour cet article car il contribue à casser les mythes et à sensibiliser hommes et femmes sur la question.

Valdsak il y a 4 ans

À noter que l'association PinkWard qui défendait la mixité dans les jeux vidéo a été dissoute récemment suite à des problèmes internes, mais que certain(e)s ancien(ne)s ont repris le flambeau avec OpenMindAir : https://www.facebook.com/OpenMindAir-1962422400656974/<br /> <br /> Concernant les teams mixtes, personnellement j'en ai fait plusieurs, je n'ai jamais constaté aucun problème "d'attente entre les deux sexes" ou de "rejet de la faute" voire de "non acception que la fille soit meilleure". Après j'ai jamais été pro ni semi-pro, mais c'est la preuve que c'est parfaitement possible pour peu que le comportement de chacun soit raisonnable et les choses claires.<br /> <br /> Concernant le montant total des gains, j'aurais bien aimé savoir le %age de joueuses de Dota 2 et le %age de pros sur Dota 2 qui est clairement le jeu qui donne les meilleurs cashprizes. S'il n'y a pas de femmes sur Dota2, l'écart va gonfler alors que la comparaison n'est pas effectuée sur le même support. Une comparaison avec des joueurs du même jeu (SC 2 et Halo Reach par exemple) aurait été plus pertinente je trouve.

Sheitaniña il y a 4 ans

La dite image représente non seulement une apparence "vestimentaire" + une attitude. L'idée n'est pas de dire qu'une fille pouponnée qui joue est forcement une e-girl. En revanche peu importe sa tenue, si la dite fille suce sa manette quand elle joue, même déguisée en licorne on peut se poser la question ^^

Sheitaniña il y a 4 ans

La dite image représente non seulement une apparence "vestimentaire" + une attitude. L'idée n'est pas de dire qu'une fille pouponnée qui joue est forcement une e-girl. En revanche peu importe sa tenue, si la dite fille suce sa manette quand elle joue, même déguisée en licorne on peut se poser la question ^^

Yumitre il y a 4 ans

Dossier intéressant mais je ne peux m'empêcher de remarquer votre petit dessin d'illustration dans la partie sur les stéréotypes pour illustrer les e-girls. En souhaitant dénoncer un cliché il en véhicule un autre : la e-girl du haut est coiffée et maquillée et celle du bas non. Pourquoi ne pas avoir mis exactement la même femme dans deux attitudes différentes ? En gros une fille sexy n'est pas une vraie gameuse... ? Perso, je ressemble à la fille du haut physiquement mais je joue comme celle du bas (Je joue demoniste destruction dans WoW). Y'a encore du boulot même avec les meilleures intentions du monde ;)

Yumitre il y a 4 ans

Dossier intéressant mais je ne peux m'empêcher de remarquer votre petit dessin d'illustration dans la partie sur les stéréotypes pour illustrer les e-girls. En souhaitant dénoncer un cliché il en véhicule un autre : la e-girl du haut est coiffée et maquillée et celle du bas non. Pourquoi ne pas avoir mis exactement la même femme dans deux attitudes différentes ? En gros une fille sexy n'est pas une vraie gameuse... ? Perso, je ressemble à la fille du haut physiquement mais je joue comme celle du bas (Je joue demoniste destruction dans WoW). Y'a encore du boulot même avec les meilleures intentions du monde ;)

Piconzaz il y a 4 ans

Chouette article de fond, comme il y en a peu sur Millenium ou ailleurs (en tous cas en langue française). Ni victimisant, ni aggressif, sans pour autant gommer ou minimiser quoi que ce soit, le ton me paraît très juste et soigné. Ce serait bien de voir plus souvent des articles de cette qualité, notamment sur ce thème. Merci !

Sheitaniña il y a 4 ans

Hey merci Irezumi pour ce commentaires, ça fait chaud au cœur ^^ <br /> En tout cas GG pour l'article. Moi qui avait peur que l'on tombe dans le pathos Féminazi, je trouve que l'article est très bien dosé, plein de justesse et bien renseigné. C'est cool comme approche surtout que le sujet et particulièrement épineux. Et sympa d'avoir pensé à demander l'avis d'homme et de gamers. ^^ GG encore

Haddock-Ken il y a 4 ans

Super dossier très documenté. Bravo mesdemoiselles et mesdames qui, malgré les kilo tonnes d'immondices que vous vous prenez régulièrement, persistez à jouer comme vous le voulez. Emmerdez les puceaux boutonneux et autres pseudos-machos-emasculés et profitez de ce superbe medium qu'est le jeu vidéo en essayant de ne pas vous en souciez, même si cela doit être parfois extrêmement difficile. Et dites vous bien que tous ces rageux n'ont qu'une trouille : que vous soyez meilleures qu'eux, ce qui est déjà bien souvent le cas.

L'actu

En Continu

07:00 Inside Star Citizen : A Space Odyssey
21:20 Diablo 2 Resurrected : Un Patch 12.2 massif avec des améliorations de qualité de vie
19:53 Une version VR de Cyberpunk 2077 en préparation
19:07 Star Citizen : timelapse de l'expansion humaine
18:26 Réussir toutes les quêtes de l'Homme des Souterrains sur Pokémon Diamant et Perle
17:21 Epic Games fait fuiter par erreur une partie de la cinématique du Chapitre 3
17:12 Warzone annonce des changements à venir sur l'équipement
16:46 Les quêtes et l'IA de New World vont évoluer dans le temps
16:30 Avant l'armée, Khan aura le droit à sa petite cérémonie de retraite
16:07 Vanguard/Warzone : La saison 1 se dévoile dans une nouvelle vidéo

Guides

à découvrir

League of Legends : Tier List des champions en Saison 11
Quels decks jouer pour l'extension Unis à Hurlevent sur Hearthstone ?