Menu
Millenium / Actualités jeux vidéo / Shadow of the Colossus /

Test Shadow of the Colossus PS4

Test Shadow of the Colossus PS4
0

Second volet de la trilogie Ueda, Shadow of the Colossus reviendra dans un emballage flambant neuf sur PS4 dès le 7 février 2018. Nous avons pu poser nos mains pleines de doigts sur ce remake, voici ce que l'on en a pensé.

Test Shadow of the Colossus PS4

Bien loin d'Astera et de ses problèmes de monstres dépeints dans l'excellent Monster Hunter World, Shadow of the Colossus nous plonge dans un monde ouvert mélancolique plein de poésie et de charme. À l'intérieur de ces terres, vous devrez faire face à 16 colosses dans le seul et unique but de sauver la jeune femme qui accompagne notre héros, Wander.

Comparatif PS2/PS3/PS4

Wander woman

Le synopsis tient sur un post-it, et le jeu s'installe de toute façon très vite dans une routine jusqu'à son tout dernier acte. Mais plus que de simples cinématiques, c'est surtout l'environnement de SOTC qui nous raconte l'histoire de son univers : l'ambiance, toujours impeccable, nous permet de profiter des atmosphères du jeu d'une manière tout à fait unique.

C'est ce sentiment de solitude et d'abandon dans un univers qui nous dépasse que les puristes pouvaient s'inquiéter de voir disparaitre, avec cette restauration graphique nouvelle génération, pensée pour la PS4, et à fortiori la PS4 Pro. Car lors de sa sortie sur PS2 il y a 12 ans, le second titre de Fumito Ueda réussissait à créer un attachement tout particulier entre le destin de Wander et le joueur.

Le premier colosse. - Shadow of the Colossus
Le premier colosse.

Ce dernier parvenait malgré tout à passer à travers les énormes problèmes techniques de cette première version, pour ne ressentir que le côté «épique» du voyage de notre héros. Aujourd'hui, Bluepoint nous propose davantage qu'une simple remasterisation HD ou en 4K, mais bien une mise à jour graphique bien plus digne des capacités de la PS4.

Le résultat est là : testé sur PS4 Pro avec l'option "framerate", le jeu tourne en 1080p à 60 images par seconde sans jamais trahir cette promesse. Du point de vue artistique, Bluepoint a complètement réussi son pari en retravaillant l'oeuvre d'origine tout en conservant ce qui en faisait son charme.

Comme tout remake, le jeu s'adresse de toute façon en priorité à ceux qui n'ont pas encore eu la chance de connaitre ce morceau important de l'histoire pourtant bien chargée de la PS2, et de le faire dans les meilleures conditions possibles. Le contenu reste sensiblement le même, cependant, le refaire tout ce temps après peut aussi être une bonne idée, tant le bond technique est immense.

Shadow of the Colossus
Shadow of the Colossus

Agon et Ablette

On pourrait tout de même chipoter sur quelques mécaniques et animations qui auraient, elles-aussi, eu besoin d'une petite remise à nouveau : la roulade est toujours aussi pataude et s'accrocher à un monstre donne parfois lieu à des situations quelque peu incongrues. Il ne faudra par exemple pas s'étonner de finir la tête en bas, sans réussir à se replacer à cause de la caméra. Ces soucis étaient déjà présents il y a plus d'une décennie et malheureusement, ils semblent eux aussi avoir fait le voyage.

Profitons-en d'ailleurs pour rappeler comment le jeu fonctionne : Wander commence toujours son voyage depuis l'autel où se tient la jeune fille qu'il doit réveiller. De ce point clé, il lui sera demandé d'éradiquer le colosse énoncé par une voix mystérieuse : en brandissant l'épée dans la bonne direction, le faisceau de lumière qu'elle génère se concentre jusqu'à indiquer une destination générale.

Frapper les points marqués d'un sceau n'est pas une option, c'est une nécessité. - Shadow of the Colossus
Frapper les points marqués d'un sceau n'est pas une option, c'est une nécessité.

Arrivés sur place à l'aide de votre monture, qui soi dit-en passant a un comportement toujours aussi naturel excepté quelques anicroches sur certains rebords de falaises, vous devrez attirer votre proie et analyser son comportement, mais aussi l'emplacement de ses points faibles, toujours grâce à votre arme principale.

Et au cas où vous mettriez trop de temps à saisir la solution, la voix-off reviendra vous prêter main-forte avec quelques conseils avisés. La seconde phase, beaucoup plus intense, vous demandera de grimper sur la fourrure de la bête pour détruire les fameuses marques. Votre opposant ne se laissera évidemment pas faire et se débattra comme un forcené, histoire de gratter copieusement votre jauge d'endurance, qui une fois à 0, vous fera lâcher prise.

C'est à ce moment précis que la musique se met à s'emballer et que toute l'epicness de Shadow of the Colossus vous saute au visage. À noter que les compositions de Kô Ôtani n'ont pas eu besoin d'une quelconque réorchestration, tout est déjà parfait de ce côté-là, comme vous pouvez l'entendre ci-dessous.

Des frissons dans le dos qu'on vous dit !

Colosse copie

Mis à mort, le corps du colosse tombera et finira s'évaporer, ne laissant derrière lui qu'une énergie noire et mystérieuse qui va s'engouffrer dans le corps de Wander. À son réveil, il sera revenu auprès de sa douce, et il faudra à nouveau tout recommencer. Les 16 monuments que vous devrez combattre sont la deuxième très grande réussite du jeu : au comportement diablement crédible, ils finissent par se sentir vulnérables par les assauts du joueur. Eux qui ne semblaient avoir rien demandé à personne vont devoir mourir de la main de notre prétendu sauveur.

La question posée par Fumito Ueda est donc celle-ci : est-il juste de mettre fin à 16 vies pour n'en sauver qu'une ? Mais peu importe la réponse, votre rôle est d'achever les colosses, par vos actes, vous répondrez irrémédiablement "oui". Shadow of the Colossus conjugue donc toutes ces caractéristiques pour offrir une expérience qui est aux antipodes de la joie de vivre.

Il s'agit d'une expérience à part, toujours aussi prenante et puissante, et rien que pour cela, on peut féliciter les équipes de Bluepoint, car c'était fort probablement bien plus compliqué qu'on ne pourrait le penser.

Coucou toi... - Shadow of the Colossus
Coucou toi...
90

Le studio Bluepoint a réussi ce que beaucoup pensaient impossible en restituant toute l'aura et la magie du soft d'origine sorti sur PS2, il y a plus de dix ans. On pourra toujours lui reprocher les imperfections de sa mécanique d'accroche qui est pourtant au centre du gameplay, mais peu importe : SOTC n'a jamais été aussi majestueux, et les personnes qui ont raté ce voyage si particulier vont pouvoir prendre un pied immense en découvrant un monument du jeu vidéo, paré d'une technique qui fait enfin honneur à sa grandeur.

Shadow of the Colossus dans des conditions optimales
Epique, même plus de 10 ans plus tard
Un univers mélancolique saisissant
L'OST de Kô Ôtani, toujours au top
Prix doux (se trouve très facilement à 35€)
Quelques animations auraient eu besoin de corrections
La mécanique d'accroche, pas toujours très précise
0

L'actu

En Continu

23:26 Shadow of the Colossus PS4 : Découverte d'une nouvelle zone
16:21 Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 9, Basaran
15:50 Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 8, Kuromori
14:50 Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 7, Hydrus
14:29 Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 6, Barba
03:23 Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 5, Avion
02:38 Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 4, Phaedra
00:42 Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 3, Gaius
19:19 Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 2, Quadratus
19:10 Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 1, Valus

Articles

recommandés

Diablo 3 : Date de fin Saison 13 & date de démarrage de la Saison 14
Blackout, le Battle Royale de Black Ops 4
Test de ZombsRoyale : le Battle Royale 2D simple et efficace

Guides

à découvrir

Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 3, Gaius
Shadow of the Colossus PS4 : Découverte d'une nouvelle zone
Shadow of the Colossus PS4 : Colosse 9, Basaran