Menu
Millenium / Actualités jeux vidéo / Rainbow Six Siege /

Rainbow Six : DreamHack Valencia 2019, les bonnes questions à se poser

Rainbow Six : DreamHack Valencia 2019, les bonnes questions à se poser
0

Le nouveau visage de Vitality, des Coréens qui peuvent créer la surprise, des Japs énervés et une scène espagnole qui va devoir prouver ce qu’elle vaut. Voici, en partie, ce qui vous attend ce week-end avec la DreamHack de Valencia version Rainbow Six.

Rainbow Six : DreamHack Valencia 2019, les bonnes questions à se poser

Que va donner Vitality façon Stigi en Lan ?

À en croire son utilisation depuis 3 matchs désormais, le Finlandais pourrait finir par prendre la place du « benché » Snky à titre définitif. Ce qui n’aurait rien de surprenant finalement, tant le move paraît évident. Pas parce que les deux joueurs portent tous les deux un pseudo en deux syllabes, commençant et finissant par le même son, non, mais plutôt parce que le finnois a mérité son heure de gloire à un moment où les V avaient cruellement besoin d’un bonhomme ultra-solide. Toquant à la porte des meilleures révélations de la saison passée en Challenger League, Stigi semble ainsi se fondre à merveille chez des Vitality qui viennent de s’imposer trois fois de suite avec lui, tout en passant automatiquement sur une communication en anglais. À voir si cette DreamHack Valencia persuadera l’équipe adoptive du Finlandais de passer à une officialisation, mais comme le dirait nos amis du ballon ovale : à lui de transformer l’essai.

Le Pays du matin frais va-t-il enfin mettre le feu à la scène Rainbow Six ?

Patron d’une Pro League estampillée South Korea, se jouant à seulement quatre formations, Cloud9 envisage sur le moyen terme un projet plus sérieux : ne plus faire office de cinquième roue du carrosse de l’Asie-Pacifique. Compliqué, quand on sait que les Australiens de Fnatic et les Japonais de Nora-Rengo sont depuis longtemps les plus performants de la région et de ce fait les seuls à croquer dans les rares places mises à destination pour les événements mondiaux. Encore frêle dans son coin d’Asie donc, la formation voisine de Kim Jong-un a peu de temps de jeu international à faire valoir. Autant dire que l’invitation espagnole reçue par les Coréens s’avère être une excellente opportunité de prise d’expérience. Une expérience qui fut par le passé tout aussi capable de poser des problèmes aux grands G2 et Liquid lors du Six Invitational 2019, que d'encaisser un 14-2 au premier tour d’une qualif’ de la Pro League océano-asiatique deux mois plus tard...

Les Japonais de Father’s Back vont-ils se prendre une valise ?

Si les doutes ont la peau dure en matière de Corée, le voisin japonais, lui, se porte à merveille. En grande partie grâce aux excellentes croisades de l’équipe Nora-Rengo et le fait de sortir de l’ombre des gamins exceptionnels, à l’image de Wokka qui s’était imposé comme l’un des meilleurs openers du monde. Alors, on se dit qu’avec un peu de chances, on pourrait découvrir quelques belles surprises du côté des mystérieux joueurs nippons qui se sont vus remettre un billet pour la côte est de l’Espagne. Attendez ! Quoi ?! On nous rappelle dans l’oreillette que Father’s Back est actuellement dernier de Pro League sur son île, avec 4 défaites en autant de matchs disputés. Aïe ! Mais tout n’est pas perdu : on parle quand même du top trois japonais d’il y a quatre mois. Et puis, au pire, une visite dans le Jardín del Turia c’est pas mal aussi.

©DreamHack - Rainbow Six Siege
©DreamHack

Où en est la scène espagnole ?

Autrefois, l’Espagne faisait partie intégrante de l’Euro de Rainbow Six avec son collectif phare de gBots. Mais depuis la relégation de la meilleure équipe ibérique en aout 2017, c’est le néant. Le pays s’en est retrouvé à jouer les petits bras sur le continent. La principale preuve du triste phénomène ? Sur les deux dernières saisons de Challenger League, aucun spanish ne figurait dans la liste des 40 joueurs recensés. Même constat en Pro League, avec un seul compétiteur espagnol répondant à l’appel. Alors, pour remédier à ce sombre constat, la contrée de Salvador Dalí a depuis impulsé, en mars dernier, les Spain Nationals. L’équivalent, à deux trois détails près, de notre 6 French League. Autant dire que les équipes de ce néo-Championnat d’Espagne, engagées à domicile dans le BYOC de la DreamHack Valencia, n’auront qu’un objectif ce week-end : replacer l’Espagne sur la carte des grands de l’Europe.

Pour rappel : la DreamHack Valencia a lieu ce weekend, du 5 au 7 juillet. Vous pourrez la suivre sur la chaîne officielle de Rainbow Six France.

esport-r6

LeStream Esport se sépare de son roster R6

Après un an passé sous les couleurs de LSE, le roster composé d'Alphama, Risze, Aceez, Hicks et Korey est relâché par la structure française. Une aubaine pour les écuries en quête de sang neuf en cette période de soldes.

0

L'actu

En Continu

00:01 Six Major de Raleigh : une nouvelle finale Team Empire vs G2 Esports
18:48 Un deuxième teaser pour l'opération Ember Rise
18:14 Ember Rise sera la prochaine opération de R6:S
19:00 Le guide des équipes du Six Major de Raleigh
13:50 BDS Esport grimpe en Challenger League
19:01 Kopp se pose chez MCES
19:41 R6FL : L'équipe type de la journée 7
23:20 R6 French League : résultats de la 7ème journée, reprise le 10 septembre
19:01 R6FL : L'équipe type de la journée 6
14:43 R6FL : L'équipe type de la journée 5

Articles

recommandés

Le guide incontournable des équipes de Pro League S10
Le guide complet des équipes de la 6 French League
L’heure de la franchise pour R6S ?

Guides

à découvrir

Le lexique de R6:S
Tout sur l'opérateur Lion
Tout sur Finka