MGG / Actualités jeux vidéo / League of Legends (LoL) /

LoL : Le gros coup de gueule de GameWard, Riot répond !

LoL : Le gros coup de gueule de GameWard, Riot répond !
1

Les couche-tôt n'ont peut-être pas suivi le très gros coup de gueule poussé par GameWard hier soir. La structure française en avait gros sur la patate et a plusieurs réclamations, qui sur le papier semblent totalement légitimes.

LoL : Le gros coup de gueule de GameWard, Riot répond !

Photo : Karmine Corp

Hier, plusieurs équipes de la ligue française ont ouvertement dénoncé un traitement différentiel de la part de Riot Games qui avantagerait certains compétiteurs par rapport à d'autres. Elles réclament du changement et espèrent obtenir rapidement gain de cause.

Précisons, que les équipes avantagées, à savoir Vitality.Bee, Misfits Premier et BDS Academy ne sont pas directement en cause et que les organisateurs de la LFL n'y peuvent absolument rien. Le "coupable présumé" qui cristallise les critiques, c'est Riot Games. L'affaire est technique et pour les néophytes elle n'est pas si facile que ça à comprendre puisque c'est une histoire d'analyse de data, de codage et de librairies. Pour autant, derrière ce vocabulaire spécialisé se cachent des conséquences réelles et une injustice criante. On va donc essayer de vous débunker tout ça après avoir échangé avec l'un des lanceurs d'alerte, Xenesis, data analyste pour GamersOrigin.

D'où vient la fronde ?

Hier soir, deux structures ont mené la charge pour mettre en avant l'injustice : GamersOrigin (via Xenesis) et GameWard (via son coach Nicolas Perez). Mais plus globalement, ces deux structures parlent au nom d'un groupe de 7 équipes désavantagées où il faut rajouter la Karmine Corp, Solary, Mirage Elyandra, Team Oplon et LDLC OL. Ce groupe de 7, s'oppose en théorie (mais sans animosité) au groupe des 3 équipes académiques qui sont hébergées en LFL. À savoir Vitality.Bee, petite sœur de Team Vitality, Misfits Premier petite sœur de Misfits Gaming et BDS Academy, petite sœur de Team BDS.

Dans la réalité, il faut cependant souligner que l'opposition n'est pas si claire que cela... Avec un peu de recul, le coach de LDLC OL (Zeph) a pris la parole. Il n'a pas accès au fameux API Bayes mais il ne voit pas vraiment le souci et pense que "90 % des gens" ne seraient dans tous les cas pas capables de l'utiliser correctement afin d'en tirer un vrai avantage. GotoOne, le coach de BDS Academy a lui expliqué que même s'il a accès à cet "outil magique", il ne l'utilisait pas... En revanche, Realistik (Vitality.Bee) et Delord (Misfits Premier) ont indiqué qu'ils avaient recourt à l'outil de temps à autre... Il n'y a donc pas vraiment deux camps distincts mais des situations individuelles spécifiques à chaque équipe.

Si on élargit encore plus le spectre, comme l'a souligné l'analyste française d'Astralis arailla, cette injustice est globale au niveau européen et concerne toutes les ERL qui abritent des équipes académiques. Pour ne citer qu'elles, on pourrait citer SK Gaming Prime (ligue germanophone) ou G2 Artic et Fnatic TQ (ligue espagnole).

Mais de quelle injustice parle-t-on ?

Bon, jusqu'à présent on a posé les bases. Mais depuis le début on parle d'injustice, de traitement à deux vitesses et d'équipes laissées de côté, sans nommer les avantages et les désavantages en question. Il est l'heure de se salir les mains et d'entrer dans le technique. On s'excuse d'avance si en tentant de vulgariser la situation, nous l'a simplifions un peu trop.

Dans League of Legends, les datas (données) sont extrêmement importantes. Tout le monde connaît l'importance de la métagame et dans chaque équipe, staff technique et analystes se livrent une guerre des données pour en obtenir un maximum, les analyser et construire des stratégies optimales. On ne parle pas ici seulement des champions les plus OP du moment, mais de données bien plus poussées qui permettent d'augmenter ses chances de victoires. Et ce qui pose problème, c'est que Riot Games donne aux équipes LEC un outil supplémentaire (l'API de Bayes) pour analyser et décortiquer les scrims. Et comme en LEC, on est plutôt partageur, on fait également profiter les équipes académiques de cet outil de guerre... De leur côté, des équipes comme GO, GW ou KC n'ont pas accès à cet API et doivent se débrouiller comme elles peuvent. Xenesis nous expliquait que de son côté, il devait tout noter à la main en temps réel pour obtenir un faible montant d'informations et de données à exploiter.

Pour ceux qui ont encore du mal à comprendre ce que représente cet accès inégal aux données, voici quelques exemples concrets fournis par l'analyste de GO... qui est très bien placé pour parler de la situation étant donné qu'il avait par le passé accès à l'outil magique, en tant qu'analyste de Team Vitality (team LEC).

  • La position de chaque joueur à chaque seconde : permet notamment de calculer les meilleurs pathings dans la jungle, les habitudes de roaming des supports ou encore les habitudes de gank des junglers.
  • La position de toutes les wards posées : permet de calculer les zones d'ombre des ennemis et les failles de sa propre équipe.
  • Toutes les stats de tou les joueurs d'une partie à chaque seconde : on peut en déduire tout un tas de statistiques (itemisation, dégâts par minute, winrate d'un match-up) en découpant avec précision early/mid/late-game.

Actuellement, les équipes non-académiques en LEC doivent se contenter des statistiques qui figurent dans l'historique (ACS). En plus d'être limitées, elles ne permettent pas de découper ce qui se passe au sein d'une même partie et n'offrent qu'une vision globalisante. Pour donner un exemple, le late game énervé d'un Kassadin peut couvrir les données du champion en début de partie.

Pourquoi la situation est frustrante ?

Les équipes qui ne bénéficient pas de l'API en question sont frustrées devant cette situation, qu'on peut appeler sans sourciller injuste. Les données sont vraiment importantes dans le jeu et alors que la scène devient de plus en plus compétitive, chaque information supplémentaire peut faire la différence... Et quand il y a énormément d'enjeux derrière, on peut comprendre la colère de certains.

Ce qui n'arrange pas les choses, c'est que Riot Games aurait promis de rendre l'API disponible aux équipes d'ERL. Mais cette promesse, qui aurait été faite il y bien 6 mois n'a pas été tenue, malgré les nombreuses relances. Et selon Xenesis, ce n'est même pas une histoire de moyens... L'API étant déjà développé, il suffirait de donner des accès à des nouvelles équipes. On ne sait pas exactement combien de temps ça prendrait mais on comprend que certains s'impatientent un peu.

La réponse de Riot Games

(10/02/2022)

Riot Games a de son côté calmé le jeu. Les plaintes sur les réseaux et le drama sont rarement de bonnes choses. Après avoir contacté des gens à droite à gauche, nous pouvons confirmer que les demandes issues de certaines structures non-académiques ont bien été reçues et que Riot Games ne les a pas ignorées. Mais ces structures françaises auraient peut-être sous-estimé le travail à fournir et le temps nécessaire pour ajouter de nouveaux participants et donner l'accès à ce fameux API, en sachant en plus que Riot Games et la compagnie Bayes sont deux identités bien différentes. Il faudra donc se montrer patient et à l'heure actuelle, il est impossible de donner l'API à toutes les équipes de LFL, mais le sujet est pris très au sérieux.

De plus, il faut souligner que certaines équipes de LFL n'étaient pas forcément au courant de l'existence de cette API et on ne sait pas non plus si elles comptent toutes l'utiliser. L'affaire a donc fait grand bruit, mais on a l'impression que c'était, comme souvent, surtout une histoire de communication. Heureusement, la LFL continue et on va pouvoir se changer les idées avec du beau jeu.

esport-lol
G2 caPs, un meilleur roster cette année qu'avec Rekkles ?

Rasmus "caPs" Borregaard Winther a légèrement modifié son pseudonyme avant que la saison 2022 de League of Legends ne commence, mais le Danois reste toujours le même, sur le terrain comme en interview. Facétieux et naturel, il s'est livré sans retenue à notre micro juste après son match.

1
Léo Lecherbonnier
Tipsalewo

Rédacteur-Gameur, combination idéale pour la recherche d'optimisation.

Pailhé Mathieu il y a 2 ans

J'aime bien l'idée derrière ces articles. Partager l'actualité esportive qui a tendance à rester dans l'ombre mais par pitié relisez vous avant d'upload les articles...

L'actu

En Continu

14:39 Quels sont les matchs à ne pas manquer sur LoL cette semaine ?
17:11 LCK/LPL Summer Split : T1 en grande difficulté, Gen.G perd son premier nexus. On connaît les premiers qualifiés pour les playoffs de la LPL !
12:19 Playoffs LEC : La Karmine peut-elle sauver sa saison ? Qui peut arrêter G2 ?
20:18 Ce champion LoL vieux de 5 ans seulement va subir un grand changement, mais les fans demandent à Riot Games de ne rien faire
15:41 LFL Summer Split : Des playoffs aux Up&Down, tout s'est joué dans les derniers instants de la saison régulière
17:27 Cette nouveauté était tellement attendue sur LoL que les joueurs ont cassé les serveurs du jeu
16:38 Cet ancien coéquipier de Faker a rejoint l'un des favoris pour les Worlds ! Pourra-t-il obtenir son second titre aux dépends du goat ?
18:53 Cela fait plus de 10 ans que Riot Games essaie de régler ce problème sur LoL, mais les développeurs n'ont toujours pas trouvé de solution
18:31 "Les 65 000 dollars les plus rentables", la série Arcane est née de rien, et grâce à une scène que les spectateurs n'ont jamais vu
14:56 LoL : Le patch 14.14 annonciateur de grands changements dans la méta compétitive ?

Articles

recommandés

LoL — Patch notes 14.12 : Un nerf pour Twited Fate AD
"Je pense que c'est une blague", ce célèbre créateur de conteu ne comprend pas le prix des skins honorant Faker sur League of Legends
Après plus de 14 ans, Riot Games régle enfin l'un des plus gros problèmes de LoL

Guides

à découvrir

League of Legends : Tier List des champions en Saison 13
Guide pour Ahri Mid en S13
Guide pour Ashe ADC en S13