Menu
Millenium / Actualités jeux vidéo / Counter Strike : Global Offensive /

CSGO - StarSeries i-League S8 : Les bonnes questions à se poser

CSGO - StarSeries i-League S8 : Les bonnes questions à se poser
0

Des équipes chinoises, dont le pays tape sur Hong Kong, se déplaçant en Turquie, qui dans le même temps tape sur les Kurdes: les autres acteurs du tournoi ne pouvaient rêver d’un meilleur contexte politique en se rendant à Belek. Ouais, belek, comme dans l’expression « fais belek ». Décidément…

CSGO - StarSeries i-League S8 : Les bonnes questions à se poser

EG, seule formation nord-américaine présente, va-t-elle assumer son statut de favori ?

S’il fallait établir une mini-rétrospective d'Evil Geniuses (n°3 mondial), voilà ce que ça donnerait: un roster faisant office de second couteau d’Amérique du Nord, régulièrement affiché dans le dernier carré des plus grosses compétitions mondiales, racheté par une structure mythique et remportant son premier titre majeur (l’ESL One de New York, fin septembre) dans la foulée.Plutôt sexy, à première vue. Oui. Sauf que cette même équipe s’est totalement effondrée en Suède, quelques jours après avoir fêté son titre. À cause de la fatigue, paraît-il. Bonne nouvelle pour eux: la fatigue devrait depuis s’être évaporée et l’équipe devrait se montrer chaude comme (la) Brehze, son joueur star, sûrement l’un des meilleurs manieurs de souris du globe ces derniers temps.

Que vaut Avangar depuis sa finale de Major ?

Un sous-marin. Voici le genre de véhicule qu’aurait pu emprunter le club kazakh pour se rendre en Turquie si un bout de Russie ne séparait pas la Mer Caspienne de la Mer Noire. Depuis leur finale perdue au Major de Berlin, Jame et ses potos n’ont pris part ni à l’ESL One de New York ni à la DreamHack de Malmö. Du coup, difficile de savoir avec quelles intentions se ramènera l’équipe qui a tout de même mangé Na’Vi, MIBR, ENCE et forZe pour s’emparer des BLAST Pro Series de Moscou, la seule LAN disputée par Avangar au cours des 31 derniers jours. Suspens, quand tu nous tiens.

Des Français taillés pour aller loin ?

Dans un monde parallèle où Vitality n’aurait pas livré son pire match depuis plusieurs mois, il y a quelques jours en Pro League face à NiP, on pourrait affirmer avec certitude que ces derniers sont parfaitement en droit de clamer une victoire finale sur l’événement qui débutera ce lundi. Mais même comme ça, à vrai dire: 5èmes mondiaux, finalistes de la fraîche DreamHack Malmö et forts d’un Shox idéalement greffé au rôle d’assistant d’un ZywOo dans une forme exceptionnelle, voilà toujours de bonnes raisons de croire à un sacre français.

Même si les chances francophones ne se résument pas qu’aux Vés. Puisqu’à quelques encablures de ces derniers se trouve un village d’irréductibles Gaulois, nommé G2, ayant intégré depuis peu deux valeureux guerriers Slaves à ses troupes: nexa et huNter. Lors de leur première bataille, l’ESL One de New York - avec seulement quelques heures de préparation dans les pattes -, le projet international fortifié de kennyS et ses acolytes s’était montré plutôt convaincant. Reste à voir ce que cela donnera avec de vrais préparatifs.

nexa, la recrue serbe de G2 - Counter Strike : Global Offensive
nexa, la recrue serbe de G2

Le Brésil au fond du trou ?

Il y avait toujours eu une équipe brésilienne en Legends Stage des Majors de CSGO depuis que Keyd Stars avait obtenu ce statut en mars 2015. Mais ça, c’était avec le drame du dernier été. Pendant que le Brasil perdait des hectares de forêt en Amazonie, le pays de la cachaça voyait également toutes ses équipes de Counter-Strike se ramasser au Major de Berlin. Là-bas, aucune formation auriverde n’a su rejoindre les playoffs. À l’image de 4 des 5 derniers gros événements de la planète CS auxquelles les candidats sud-américains se sont succédé pour ne jamais atteindre ne serait-ce que le top 8. Alors pas le choix, à Belek: il faudra pour MIBR, FURIA ou Imperial, redorer le blason et la devise « Ordre et progrès » du drapeau national.

Et sinon ?

C’est une sacrée foule qui s’avance en guise d’équipes à surveiller de près la semaine prochaine: Fnatic (n°4) qui a remporté la dernière DreamHack de Malmö en comptant sur un retour au manettes de son mythologique roster suédois, mousesports (n°7) sur une excellente dynamique - recoupé d’un winrate de 75% sur ces trois derniers mois - avec son équipe européenne, l’Ukraine de Na’Vi (n°9) et les progrès affichés depuis le retour de Guardian et le changement de rôle de la star S1mple, les australiens de Renegades (n°10) et leur très beau parcours au dernier Major, ainsi que des Ninjas In Pyjamas revigorés (n°11). Sans oublier les forces danoises de North (n°18) et Heroic (n°22), qui n’hésiteront pas à punir les moindres faux pas de leurs adversaires. Aucun doute possible: ces StarSeries & i-League S8 promettent un bon paquet de surprises !

Ce qu’il faut retenir de la DreamHack Masters de Malmö

Toutes les meilleures équipes - ou presque - de la planète Counter-Strike étaient réunies pour se la donner en Suède. Changement climatique et Greta Thunberg obligent, nous avons assisté à une scène CS en plein recyclage. Et la victoire finale de Fnatic, aussi.

Crédit Photo : HLTV

0

L'actu

En Continu

15:20 Astralis va entrer en bourse
18:39 OG s’annonce enfin sur Counter-Strike
15:48 Astralis remporte les Esports Championship Series
15:19 L’Asia Championships revient à mousesports
16:03 Vitality rate le coche en ESL Pro League
14:47 G2 se qualifie pour les finales de l’ESL Pro League
13:10 Astralis inarrêtable aux IEM de Beijing
12:23 Trois bonnes raisons de suivre les IEM de Beijing
13:51 100 Thieves de retour sur Counter-Strike
16:17 Pro League : Le tirage des groupes de G2 et Vitality

Articles

recommandés

ZywOo, le prophète en son pays
G2 recrute deux pépites
Shox chez Vitality

Guides

à découvrir

Le mode d'emploi du ranking dans CSGO
Guide : Plan maps officielles
Armes et accessoires de CS GO