Menu
Millenium / Actualités jeux vidéo / Assassin's Creed Unity /

Assassin's Creed Unity, Xbox One, PS4

Assassin's Creed Unity, Xbox One, PS4
0

Découvrez le test de Assassin's Creed Unity.

Assassin's Creed Unity, Xbox One, PS4

Assassin's Creed Unity - Le Test


Après sept ans et huit épisodes sortis sur la génération Xbox 360/PS3, il est temps pour Assassin's Creed d'entrer dans la nouvelle génération. C'est donc avec Assassin's Creed Unity que la licence débarque sur nos chères PlayStation 4 et Xbox One, ainsi que sur nos dévoués PC répondant toujours à l'appel.

 

Trailer de lancement

 

Genre : Yamakasi dans Paris, Infiltration, Action, Aventure

Éditeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft Montréal

Support : PS4, Xbox One, PC

PEGI : 18

Prix : 69,99€

 

 

 

Un assassin dans la ville


Nous voilà donc propulsés en pleine Révolution Française. Arno, après un drame familial, est adopté par Monsieur De La Serre, lui-même père d'Élise De La Serre. Dès le début du jeu, on découvre que la famille d'Arno et celle des De Le Serre ont des motivations différentes qui ont été cachées à Arno le plus longtemps possible, mais après un assassinat dont il est le principal suspect, les langues se délient et le voilà opposé à son amie de toujours, Élise. C'est donc une nouvelle fois la quête d'une vengeance personnelle qui mènera Arno à croiser la secte des Assassins et à adhérer à leur crédo. Malgré un contexte historique lourd, ce dernier n'est donc qu'une toile de fond à une histoire plus personnelle et malheureusement sans grande envergure, même si nous serons amenés à croiser des têtes légendaires de cette période. Le silence sera gardé sur leurs noms de manière à préserver un peu de surprise, mais il faut reconnaître que notre côté chauvin en a pour son argent et il est très plaisant d'être l'allié ou l'ennemi de figures emblématiques de notre Histoire.

 

La vision d'aigle est toujours de la partie.

 

 

La Révolution tranquille

 
Assassin's Creed Unity doit être l'occasion pour la licence de revoir ses mécaniques, histoire de rajeunir une machine qui commence à vieillir, voire à lasser pour certains. Le temps de mettre en pratique le gameplay, on remarque finalement plus des ajustements que de véritables bouleversements. Le parkour a été fluidifié, mais continue de poser souci quant à sa précision : si les actions sont toujours aussi simples à effectuer, suivre une trajectoire précise continue d'être problématique, sans parler des éternelles collisions hasardeuses et on se retrouve souvent frustré par le gameplay. Les combats, l'autre point méritant d'être amélioré, ont aussi été repensés, notamment l'IA. Finis les gardes qui attendent gentiment en file indienne de se faire embrocher, il va falloir être prudent dans vos approches, le nombre d'ennemis étant vite un gros handicap. Quand on n'hésitait pas à aller au combat face à une douzaine de gardes précédemment, désormais, on n'hésitera pas à fuir dès que plus de quatre gardes se présenteront à vous. Sans compter qu'Arno est très sensible et meurt finalement assez vite. On trouvera cependant une parade pour venir facilement à bout des gardes. Un conseil, les fumigènes sont vos amis et en plus ils ne coûtent pas cher.

 

Les combats demandent désormais une certaine prudence.

 

 

Le bossu de Notre Dame


Si Ubisoft a ajusté son gameplay, certains pans de ce dernier se retrouvent amputés de manière drastique et incompréhensible. Alors que la foule n'a jamais été aussi dense, il est désormais impossible de se faire une place proprement au milieu de celle-ci. Avant une pression sur B ou rond, et vous repoussiez délicatement vos voisins. Désormais, il n'est pas rare de se retrouver bloqué en deux PNJ et de forcer le passage en prenant le risque d'attirer l'attention. De même, il est désormais impossible de se battre à la lame secrète, un détail certes, mais qui enlève un certain charme pour ceux qui aiment les défis. En revanche Ubisoft a cru bon d'ajouter des micro-transactions pour tenter de vous soustraire quelques roubles. Un ajout douteux, qui continue de gangrener les productions nouvelle génération, et qui finira tôt ou tard par altérer le gameplay pour celui qui se contentera de n'acheter que le jeu sans repasser à la caisse. Le summum du bon goût est de proposer des transactions jusqu'à 100€ pour acheter des points, vous permettant d'améliorer votre équipement plus vite ou booster temporairement vos capacités.

 

Un regard de braise.

 

 

La ville lumière


On critique, on critique, mais on oublie l'essentiel : Paris. La reine de cet opus. Si on peut reprocher pas mal de choses à Ubisoft, on est obligé de souligner le travail effectué sur la ville. Ambiance, modélisation, effet de lumière, densité de la foule, tout est fait pour nous mettre dans l'ambiance. De plus, de nombreuses activités annexes sont là pour vous détourner de la trame principale, et il est conseillé d'y prêter attention tant certaines peuvent être intéressantes (même si d'autres se révèlent ennuyeuses à souhait). Vous ajouterez à ça un jeu d'acteur dans l'ensemble réussi et vous obtenez tout de même un opus charmant. Le dernier regret que l'on est obligé de formuler vient de l'état du jeu à sa sortie. Truffé de bugs parfois bloquants, parfois marrants, mais constamment là pour casser l'immersion du joueur, il est intolérable pour un développeur comme Ubisoft de sortir un jeu dans cet état. Malheureusement l'approche des fêtes a certainement contraint les développeurs à finir le jeu à la hâte au lieu de le peaufiner. Dommage, les défauts techniques entachent vraiment la qualité.

 

Le nombre de PNJ à l'écran est bluffant.

 

Ubisoft nous sert un épisode nouvelle génération en dents de scie. Si la ville de Paris et les activités qu'elle propose est bluffante, le fait d'amputer son gameplay, d'ajouter des micro transactions mal venues et surtout de livrer le jeu dans un état indigne du statut d'un des plus gros développeurs mondial empêche le jeu d'atteindre le niveau auquel il aurait dû être. Assassin's Creed Unity aurait dû être le meilleur épisode de la saga, il laisse un goût amer au joueur. En espérant que les patchs prévus par Ubisoft viennent régler tout ça.

Les plus et les moins

Paris Le gameplay amputé
Variété des missions principales Les micro transactions & l'app mobile
Variété et nombre de quêtes annexes Les bugs
L'IA améliorée... ...mais toujours imparfaite
0

L'actu

En Continu

10:26 Calendrier des sorties de jeux
16:18 The Ezio Collection est disponible
11:01 Assassin's creed : Le film se dévoile
18:01 Test Assassin's Creed Chronicles : India
10:35 Kickstarter : Sélection d'avril
10:49 AC Chronicles : China en vidéo
09:00 Assassin's Creed Chronicles : China
13:05 Dead Kings, nouveau DLC pour ACU
20:19 AC Unity Dead Kings : Trailer et date
15:15 Xbox One en promo chez Auchan

Articles

recommandés

Nouveau Leak Overwatch : Sigma, le héros 31 se révèle un peu plus
La nouvelle extension Throne of Eldraine commence son teasing !

Guides

à découvrir

Calendrier des sorties de jeux
Guide des trophées d'AC Unity
Assassin's Creed Unity : Multijoueurs